Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

mes dernières lectures

Par Posted on 0 Aucun tag 0

J’ai hélas eu peu de temps pour lire dernièrement. Je n’ai lu que des romans dits pour la jeunesse, et ce sont de belles lectures, d’autant plus qu’elles font suite à de belles rencontres (merci les salons du livre).

Pour commencer, désir de louer le roman absolument magistral de François Place, La douane volante.

Ce fut un très grand plaisir de lecture. Le grand François Place (dont j’avais déjà beaucoup aimé les illustrations toutes en retenue dans Tobie Holness) est un formidable conteur, maniant tour à tour poésie et précision scientifique. La douane volante est un pur roman initiatique que j’ai envie de conseiller à tous les adolescents (je l’ai mis entre les mains de mon fils de 12 ans avec le grand espoir qu’il le lise). Ce qui est formidable c’est qu’il montre le monde tel qu’il est, avec sa violence, sa dureté, ses déceptions, mais le personnage de Gwen est si lumineux qu’on sort de ce roman empli d’espoir. J’ai tout bonnement adoré les personnages, tous dépeints avec tendresse, même les plus durs. Rien n’est manichéen. Chaque personnage peut tour à tour être bon et mauvais, et c’est particulièrement vrai pour le personnage incroyablement juste et frappant qu’est Jorn. L’oiseau pittoresque qui accompagne Gwen apporte une touche de gaieté quand le tour des événements en manque. Une touche de fantastique nous permet de supporter la noirceur, parfois, mais ce monde parallèle vit bien sous l’ombre de la première guerre mondiale. Et pour finir j’ai aussi adoré la fin, surprenante et pleine de possibles.

Je n’ai qu’une envie désormais : me précipiter sur les autres romans de François Place (c’est extra qu’il y en ait d’autres).

Ensuite j’ai lu Le livre de toutes les réponses sauf une de Manon Fargetton. C’est un roman assez court pour Manon qui peut écrire de gros pavés ! J’ai hâte de lire ses thrillers chez Rageot et pourquoi pas ses romans de fantasy (même si je ne suis pas particulièrement fan du genre). Celui-ci fut pour moi un amuse-bouche.

J’ai pu déjà avec ce roman me rendre compte de l’attention portée aux personnages et à leurs différences, et au souci d’accrocher un jeune lecteur pour qu’il tourne les pages. Mission réussie ! Cette histoire est particulière, naviguant entre le récit de vie quotidienne et le roman fantastique. Ce fut une lecture très agréable, au creux d’une belle amitié entre 3 ados atypiques.

Et enfin pour les plus jeunes (dès 9 ans, je dirais), j’ai beaucoup aimé Le choix de Sam de Eward Van de Vendel.

Bon d’abord, j’avoue, j’adore les histoires de chien. Oui, d’accord, j’aime les chiens ! J’en avais un petite, et – même si dans mon cas c’était un tout petit caniche nain un peu ridicule – il peut se créer des liens forts avec cet animal. En table ronde avec Edward Van de Vendel, j’ai appris que son roman était tiré d’une histoire vraie vécue par les enfants de son frère. Elle m’a beaucoup touchée et c’est raconté avec grande humilité (il en faut toujours énormément quand on s’adresse aux enfants). Très beau roman donc, qui fait réfléchir sur les hommes (comme dans La Douane Volante, ils ne sont ni totalement bons ni totalement mauvais)… N’hésitez pas à l’offrir aux enfants autour de vous.

J’ai encore une grande pile de romans d’amis ou de connaissances auteurs jeunesse à lire, j’en ai très envie mais le temps me manque atrocement. Et j’ai aussi envie de lire des romans qui ne sont pas estampillés jeunesse, comme ma lecture actuelle. Mais c’est génial d’avoir tant à lire devant soi…

En attendant je retourne dans la bulle de mes propres personnages et de leurs sauts dans la vie, à pieds joints ou sur la pointe des orteils. Portez-vous bien…

partager

Concours GRAND SAUT

CONCOURS GRAND SAUT ! Hey, vous savez quoi ? J’adorerais recevoir ici, ou sur FB, ou Instagram, vos meilleures photos de Grand Saut quel qu’il soit : dans la mer, dans la piscine, entre deux murs, chez vous, peu importe ! Je choisirai en toute subjectivité celle qui me plaira le plus et l’heureux(se) élu(e) recevra un exemplaire de Le Grand Saut T1 aux éditions Nathan, dédicacé par mes soins ! Elle est pas belle, la vie ? (Vous avez 1 mois, donc jusqu’au 11 février).

(Le Grand Saut des frères Cohen. J’attends le vôtre – moins périlleux, hein !)

partager

parution aujourd’hui du Grand Saut 1

Voilà, c’est le grand jour ! Pour accompagner cette sortie, voici ci-dessous un petit florilège de toutes les bonnes critiques voire coups de coeur de ceux qui ont pu lire les épreuves non corrigées, merci à vous toutes et tous.

éditions Nathan, janvier 2017

Le grand saut Tome 1

Coup de ❤️ de la librairie du Pavé du Canal (Montigny Le Bretonneux) : Lumineuse adolescence. Il y a des livres que vous n’avez pas envie de lâcher…. Florence Hinckel amorce une nouvelle série mettant en lumière 6 amis, 3 filles Iris, Marion, Rebecca, 3 garçons Paul, Alex, Sam qui se connaissent depuis la sixième. Nous sommes à l’aube de leurs 17 ans au moment de la Terminale, au moment où leur avenir se joue. Un énorme coup de coeur.

Coup de ❤️ du Journal d’un éternel adoLe club des six est super attachant !!! C’est un roman plein de réalisme autour de l’adolescence. L’année des 17 ans, c’est le passage à l’age adulte, la fin de certaines illusions, la peur de l’après, de tout ce qui n’inquiétait pas jusqu’alors : la politique, la crise, le chômage etc… C’est aussi et surtout un roman sur l’amitié. Celle qui semble indestructible mais qui dépend avant tout des personnes qui elles changent avec le temps. Viennent donc les questions, les doutes, l’envie de retrouver cette intensité passée.

Une jeune anonyme névrosée : Chaque personnage à sa manière est terriblement touchant et attachant. Avec eux j’ai replongé dans mon adolescence, je me suis remémoré mon année de Terminale… On sent que l’auteure s’est renseignée, a fait des recherches et avait envie de représenter la jeunesse actuelle avec exactitude. Son récit est sincère, plein d’émotions, d’espoir et authenticité…. Ça faisait bien longtemps que je ne m’étais pas autant plongée et perdue dans un roman, Florence Hinckel me rappelle pourquoi j’aime autant lire et surtout pourquoi j’aime autant la littérature jeunesse. Lisez ce roman ! Il n’est pas parfait et vous serez peut-être parfois un peu agacé par les personnages mais après tout, c’est cette imperfection qui rend ce roman aussi parfait !

Tempsdemots : Je me suis laissée prendre par ces personnages aussi vrais que nature, qui passent par toutes les émotions et deviennent rapidement des adolescents auxquels on s’attache au fil des pages… En bref un roman qui aura su me ramener en terminale, aux côtés de ses personnages que j’aurai aimé et vu grandir au fil des pages, pour lesquels j’ai été heureuse et triste et que j’ai hâte de retrouver pour la suite de leur aventure : la vie tout simplement.

Culturevsnews : Florence Hinckel se met à renverser la vapeur, à contrecarrer les idées reçues pour nous présenter une image différente par l’intermédiaire du groupe. Personnalités atypiques, particulières, différentes, c’est à ce niveau un vrai régal de lire sur ses personnages qui prennent plaisir à faire poindre des situations d’une pertinence rare et intelligente, avec des instants très drôles et très révélateurs de l’esprit, des sentiments de ces quelques adolescents mal dans leur peau ! Chacun est à ce titre émouvant, drôle et l’observation qu’en fait Florence Hinckel est tout bonnement épatante ! Un livre léger et profond à la fois, où la période de l’adolescence est traitée avec justesse, par un prisme différent pour aborder justement les personnalités qui sortent du lot, celles qu’on ne comprend pas toujours, qu’on ne cible pas et qui dérangent un groupe.

Le monde de Païkanne : J’ai vraiment apprécié faire la connaissance de ce groupe d’amis.

Les lectures de Mylène : J’ai pris plaisir à suivre l’évolution de ces six adolescents, de les voir tomber et se relever, les voir se prendre des claques et réagir… La plume de l’auteur nous permet de nous imaginer leurs sentiments, de les ressentir et de vouloir le meilleur pour eux. Le final m’a totalement scotchée et je suis curieuse de découvrir la suite !!

Elicecteur sur Babelio : J’ai beaucoup aimé ce roman, que je trouve très moderne et dans l’air du temps. On y suit la vie d’un groupe d’adolescents, au fil des jours, chacun ses histoires, chacun ses tourments. La lecture est fluide et on passe de personnages en personnages, tout en suivant une trame principale, que l’on découvrira vers la fin. Fin ouverte, qui nous laisse avec un grand point d’interrogation… Lecture à recommander. Je terminerai par cette note : résolument moderne.

Nouveautés jeunesse : Une belle histoire émouvante où chacun cherche à définir sa place. Le récit explore de façon réaliste le conflit qui peut exister entre l’individu et le groupe et leur nécessaire mise en opposition afin de tenter de mieux se connaître. Mais le roman parle aussi et avant tout de sentiments avec une absence de hiérarchie entre amitié et amour. Il y a enfin de la tragédie dans cette histoire qui est aussi celle de l’impossibilité de dire. Un beau livre que l’on ne lâche plus tant on souhaite connaître le destin de ces jeunes, leurs choix, leur futur. A lire !

Un brin de lecture : Le grand saut est une histoire réaliste qui nous entraîne au cœur de l’âme adolescente avec des personnages qui se sont liés d’une amitié forte et sincère il y a plusieurs années et qui veillent les uns sur les autres. Les adolescents qui liront les lignes de ce récit pourront facilement s’identifier aux personnages car chacun a une personnalité et une vie de famille différente qui peuvent se rapprocher de près ou de loin à la vie du lecteur. Cette histoire est très bien écrite et j’ai passé un très bon moment de lecture avec des personnages attachants qui parfois vont vivre des choses qu’ils auraient préféré éviter. Une histoire sensible et ultra-réaliste.   

Ma bibliothèque roseJ’ai plongé dans ce roman comme nos héros sautent des falaises : en retenant mon souffle et en prenant mon élan. Et je suis tombée, tombée amoureuse des six personnages, du réalisme parfois trop tangible de leurs histoires, du décor de ces histoires qui a ravivé en moi de nombreux souvenirs. Le grand saut est un roman terriblement beau, douloureusement sincère, puissant aussi, qui ne vous laissera pas indifférent et vous fera surement attendre, comme moi, le deuxième tome avec impatience. Affaire à suivre donc.

Acheter Le Grand Saut 1 :

Vign_logo_place_des_libraires_ws1012165489

(Vous aurez compris qu’on trouve mon roman dans toutes les librairies, même celles en ligne, mais que je souhaite soutenir en premier lieu les librairies physiques, humaines et indépendantes).

 

partager

soyons éclectiques (en toute lucidité)

Petit message avant une pause (toute relative, en tout cas pause internautique), d’abord pour envoyer mes pensées tristes vers Berlin… Ensuite pour vous souhaiter à vous tous qui me lisez d’excellentes fêtes de fin d’année, je dirais même encore meilleures que d’habitude vu le contexte, et puis pour partager avec vous une ode à l’éclectisme. Oui tout à fait. Tout est en lien, d’ailleurs.

Pourquoi ? Parce que l’élitisme me hérisse, m’écrase, et fait passer des chefs d’oeuvre classiques pour des oeuvres inaccessibles et, disons-le, chiantes au possible. Surprise totale quand je m’y suis mise de découvrir combien Flaubert, Balzac ou Proust avaient d’humour, par exemple (qu’on peut nommer « avoir de l’esprit » avec un petit doigt en l’air). Combien Céline parlait au et du peuple (incroyable que ce soient les hautes sphères qui se le soient approprié). Etc, etc, etc… Une forme d’annexion des oeuvres les plus puissantes et passionnantes de notre patrimoine, au profit d’une minorité (qui d’ailleurs en parle beaucoup sans les lire vraiment, qui plus est). Vraiment aucun besoin d’autodafé, hélas…

Mais également parce que d’autres chefs d’oeuvre sont sous-estimés (par les mêmes, d’ailleurs mais comme ils parlent beaucoup on n’entend qu’eux), parce qu’ils sont catalogués en sous-genres, ou à destination des mioches ou ados, vous savez ces catégories de la population qui n’aiment que la nourriture à cochon, c’est bien connu. SF, polar, BD ou littérature jeunesse (qui n’est pourtant pas un genre), même combat.

Mais encore parce que la médiocrité me plombe, m’attriste, me vide. Et qu’au milieu de cet élitisme et de ce mépris, elle fait son lit tout tranquillement. On lui dresse même une voie royale. Et parce que médiocrité peut rimer avec obscurantisme. On y plonge, on y nage déjà, veillons à ne pas nous y noyer.

C’est dans cet esprit que je souhaite une meilleure représentation dans les médias des oeuvres de qualité hélas méprisées, pourtant diablement contemporaines et pour cette raison plus accessibles que les classiques qui peuvent faire peur à certains, et que je me réjouis sincèrement quand c’est le cas, pour que la vraie médiocrité recule, et la pénombre grandissante qui l’accompagne, et dont on voit la grande cape s’abattre en divers endroits du monde, que ce soit à Alep ou à Berlin, ou plus « subtilement » sur la campagne présidentielle de notre pays.

En cette période de cadeaux de Noël, soyons donc éclectiques, mais en toute lumière, avec discernement, et sans jugement a priori de genre ou de classe d’âge. Pour cela, faites confiance à vos libraires physiques plus qu’à vos libraires virtuels (dont les conseils ne se basent que sur les meilleures ventes).

Pour illustrer mon propos, voici les dernières pages de mon Grand Saut, (que vous ne pouvez pas offrir à Noël puisque pas encore paru – flûte, pas vrai ?) où je me suis lâchée niveau citations ! Et j’avoue une certaine fierté de voir côte à côte Blaise Pascal, Atomic Betty, Coldplay et Arthur Rimbaud, entre beaucoup d’autres.

 

 

 

(J’avoue également que c’est un peu aussi pour vous mettre encore davantage l’eau à la bouche avant sa sortie le 5 janvier !)

Profitez bien de vos proches en ce bout d’an…

partager