Super-Vanessa dans ma boîte aux lettres

Le facteur vient de m’apporter un beau cadeau : mes exemplaires de Super Vanessa et la crique aux fantômes, dans la superbe collection Pepix de Sarbacane ! Attention, ce roman est truffé de fantômes et autres phénomènes paranormaux (ou presque).

Je suis fan des petits fantômes en cabochons !


J’aime beaucoup de toute façon les illustrations de Caroline Ayrault, qui a su par exemple admirablement croquer Vanessa. J’adore aussi le plan de Cygne-sur-mer :

Et toutes les autres ! C’est un roman bourré d’illustrations, très aéré, parfait pour les petits lecteurs qui commencent à avoir envie de lire de vrais romans déjà un peu conséquents.
Il s’agit bien sûr de la suite de Super Louis et l’île aux quarante crânes, mais qu’on n’est pas obligé d’avoir lu avant.


Super Vanessa et la crique aux fantômes paraîtra le 24 aout. Encore une petite semaine à patienter.

********

J’en profite pour vous informer que Ma mère est maire, aux éditions Talents Hauts, vient d’être réédité. Chouette !

suite textes atelier à la manière d’U4

Par 0 Pas de mot-clé Permalien 0

U4

22 juillet, 10h:30

Ça y est, je suis dehors. Je redécouvre l’air frais, il n’y a pas un bruit, plus personne dans les rues, seuls des dizaines de cadavres les occupent. J’avance, sans savoir quoi penser.

Sur Marseille, ma ville toujours ensoleillée, flotte aujourd’hui la mort…

Je suis maintenant assise sur un banc face au vieux port, je vois La bonne mère, elle, est toujours là, elle scintille toujours mais tristement. Il faut que je me reprenne en main, que je trouve d’autres adolescents comme moi, il faut que je fasse quelque chose, que j’arrête de pleurer.

Je me lève et marche au hasard, je passe à côté de l’hôtel de ville, j’arrive place de Bargemon et là se trouvent des montagnes de cadavres, soudain une jeune fille passe, elle court très vite, son visage montre qu’elle a peur, je cours pour lui demander ce qu’il se passe mais elle a déjà disparue, je continue dans l’avenue Saint Jean en faisant maintenant plus attention. J’arrive place de Lenche, au loin je vois un groupe de mon âge, je me dirige vers eux, enfin, je ne vais plus être seule ! En m’approchant je distingue qu’ils sont armés, lorsqu’ils me voient ils se mettent à crier, à courir et je les entends charger leurs armes, soudain une balle passe à deux centimètres de mon épaule, cette fois je ne cherche pas à comprendre, je ne dois pas rester une minute de plus ! À ma droite se trouve l’escalier des Accoules, je n’hésite pas, je grimpe les marches quatre à quatre, c’est très pentu et je me fatigue vite, je regarde derrière moi, ils me suivent, la peur prend le dessus et me fait continuer encore plus vite. Je tourne à gauche, passe à côté de travaux abandonnés, évite constamment des cadavres que je n’ose même pas regarder . Derrière moi j’entends toujours des coups de feu, mais ils commencent à être plus lointain, je traverse la place des Moulins que je connais bien, et cours droit vers le vieux moulin. Je le contourne rapidement, la porte est bien sûre fermée, je rassemble mes dernières forces et casse la porte en bois. Je me précipite à l’intérieur, il était temps, quelques secondes plus tard je les entends passer, par chance ils ne pensent pas à regarder ma cachette. Lorsque les derniers ados de la patrouille traversent la place, j’entends l’un d’eux dire « Il ne faut pas qu’elle nous échappe, elle va piller tous les magasins, comme les autres ! » C’est donc en reprenant mon souffle que je comprends la cause de cette course poursuite, cette fois je m’en suis sortie, mais est-ce que je survivrai ?

 

Judith

*******

22 juillet, 10 : 30

Toujours aucun bruit. Je suis sortie de chez moi ce matin et suis venue m’asseoir sur un banc du vieux port duquel je n’ai pas bougé. J’observe distraitement le mouvement des bateaux sur les vagues. Tout est calme et silencieux autour de moi. Un groupe de trois ados arrive au loin, ils ne m’ont pas vu ; c’est la deuxième fois que je les aperçois. Tous portent une casquette rouge. Je me lève et m’avance dans leur direction. Ils viennent de me voir et semblent s’agiter. Des couteaux brillent à leurs ceintures, tous les trois s’en saisissent et se mettent a courir vers moi. L’un d’eux le lance en me visant. Je suis soudain saisie d’une peur violente, sous le choc je m’enfuie en courant. Mes poursuivants sont rapides et me rattrapent petit à petit. Je remonte à toute vitesse les escaliers des Accoules, épuisée je cherche un endroit où me cacher. Je me précipite dans un hall d’immeuble ouvert et enjambe les escaliers sans cesser de courir, la peur a pris l’emprise de mon corps et je ne sais pas où mettre de la tête. Je n’entends plus mes traqueurs, je prie pour qu’ils ne m’aient pas vu entrer dan l’immeuble. Je m’engouffre dans un appartement ouvert et me blottit au hasard derrière un canapé. Je regarde ma montre. Cela fait 10 minutes que je suis cachée, je me hisse hors de ma cachette et me baisse sous la fenêtre pour l’ouvrir sans me faire repérer. J’entends des voix, ce sont eux, «on l’a perdu» disent ils en me qualifiant de voleuse, «elle va tout prendre dans les magasins sans en laisser pour les autres» ; mes assaillants se promettent de me retrouver en disparaissant. Cette fois je m’en suis sortie, mais est ce que je survivrai ?

 

Anna

Partir en livre ou l’occasion de réfléchir à des ateliers hors cadre scolaire habituel

Par 0 Pas de mot-clé Permalien 0
Dans le cadre de Partir en livre, le théâtre Massalia a choisi cinq écrivaines et/ou illustratrices qui ont mené durant toute la semaine des ateliers dans différents quartiers de Marseille. Ramona Badescu, Raphaële Frier, Amélie Jackowski, Pascale Breysse et moi-même nous sommes ensuite réunies le samedi à la plage du Prado pour d’autres ateliers (contre vents et marées).
fofolles
(On n’a pas été que sérieuses)

 

Avant toute chose j’aimerais remercier la super équipe du théâtre Massalia, adorable, gentille et compétente (Émilie, Pascale et Guillaume entre autres, vous étiez au top !).

 

13707712_1218843024832613_3217441758567247878_n

 

Pour moi, cette proposition est arrivée à point nommé dans ma réflexion sur les ateliers d’écriture.  Voici donc (tada !)…

ATELIERS d’ECRITURE : l’état de mes réflexions

Une équation compliquée

Je précise que les ateliers d’écriture que je souhaite mener doivent aboutir à des textes narratifs construits (je ne souhaite pas mener des ateliers d’écriture courte que les professeurs peuvent organiser eux-mêmes en classe sans l’aide d’un écrivain, ils le font d’ailleurs très bien et sont formés pour ça : consignes oulipiennes, haïkus, etc…)

Je me pose énormément de questions sur la façon de mener ce type d’atelier. Jusque-là je l’ai toujours fait dans le cadre d’un groupe-classe entier. On appelle ça parfois aussi un public captif et, en effet, à chaque fois, quatre ou cinq participants semblent durant toute la durée des ateliers n’avoir qu’une envie : fuir cette captivité. Plus sérieusement, des élèves sont en grande souffrance face à l’écrit. Je le sais d’autant mieux que j’ai été longtemps instit, je connais cette souffrance due à un sentiment d’échec chez certains élèves. Pour ces élèves-là, quel sens peut avoir un atelier d’écriture d’un texte « long » ? Il faut que le professeur fasse à ces élèves en souffrance d’autres propositions enthousiasmantes et adaptées (les fameuses consignes oulipiennes, par exemple), il ne s’agit pas de les laisser sur le côté de la route, surtout pas ! Il faut bien comprendre aussi que mon but n’est pas d’avoir que des participants sans difficulté scolaire, bien au contraire.  Mon but est de n’avoir que des participants qui ont ENVIE d’écrire. Mais comment y parvenir ?

L’écrivain a-t-il le devoir, comme le professeur, d’offrir des ateliers sous forme de pédagogie différenciée, qui donneraient envie d’écrire à tous et chacun ? Un écrivain n’est pas un professeur, j’ai tendance, là où j’en suis de mes réflexions à répondre : non.

A l’inverse, on n’est pas à l’abri de surprises magiques : un gamin qui n’arrive à pas grand-chose dans le cadre scolaire ordinaire et qui se révèle face à un écrivain, qui apporte autre chose, un autre horizon. Ce qui est beau, c’est que cela arrive presque à chaque cycle d’atelier.

Je n’ai donc pas résolu cette équation compliquée entre souffrance et magie. Et j’ai cette année refusé tout un cycle d’atelier en classes de collège pour me laisser le temps d’y réfléchir.

 

Parmi les solutions : des participants qui ont ENVIE d’écrire

La grande idée de Partir en livre, même si la formule est améliorable (notamment à cause d’une communication encore beaucoup trop faible dans les médias, surtout pour les événements non parisiens – sauf si les organisateurs mettent le paquet, parce qu’ils en ont les moyens, comme Quais du polar à Lyon sur U4, avec Vincent Villeminot, relayé sur M6 – merci M6 !), la grande idée donc c’est de sortir ENFIN du cadre scolaire la littérature jeunesse, ainsi que les ateliers qui y sont liés, puisque c’est pendant les vacances, et de leur épargner toute lourdeur pédagogique.

C’est donc la toute première fois que j’ai eu ce grand luxe de pouvoir bénéficier de participants VOLONTAIRES pour mon atelier d’écriture.

Et, bon sang, quel bonheur ! Je me suis retrouvée avec 16 jeunes gens de 11 à 15 ans, qui tous ont l’écriture dans le sang, et le grand désir de l’améliorer – au départ je ne voulais que 12 participants, mais ils se sont bousculés au portillon -. Ou bien ils avaient tout simplement le désir de vivre une expérience particulière en compagnie d’un écrivain. Est-ce qu’on n’est pas là dans le véritable objectif d’un atelier d’écriture ? Le gros écueil, bien sûr, dans ces cas-là, c’est de n’avoir que des ados de bonne famille, dont les parents ont fait la démarche de l’inscription. Mais il faut compter sur tout le travail fait toute l’année par des structures comme la Friche, qui permet de repérer des enfants moins favorisés. Ils sont alors appelés et accompagnés dans l’inscription. Ce sont des ados tout autant motivés, voire plus.

 

Mais surtout des groupes limités en nombre

Aussi je pose la question : est-ce que dans le cadre scolaire on ne pourrait pas procéder de la même façon ? Le grand avantage de l’école publique c’est de brasser toutes les strates de la société. Dans chacune d’elles on peut trouver des enfants ou des ados passionnés par l’écriture. Est-ce qu’au collège et au lycée, au moins, on ne pourrait pas quelquefois exploser le cadre du « tous ensemble à toute force » ? Pourquoi ne pas rassembler des groupes de volontaires glanés dans toutes les classes ?  Je suis certaine qu’on trouverait parmi ces volontaires tous les milieux sociaux et pas seulement ceux qui sont favorisés. De plus, la différence d’âge en collège ou lycée, lorsque l’ENVIE est là, n’a aucune importance. Lorsque l’envie est là, plus rien d’autre n’a d’importance… hormis le nombre de participants, qui en a une, de grande importance (justement si on a tous les milieux sociaux et donc sans doute des niveaux hétérogènes). Et c’est un autre argument que j’avance : un cycle d’atelier ne peut se mener à plus de 12, allez 15-16 grand maximum. Un groupe-classe de 30 n’est pas possible. De plus travailler au long cours sur 12 textes avec 12 ados est déjà un travail monumental, or on me propose le plus souvent de mener un cycle d’ateliers avec 2 voire 3 classes sur la même période. Comment peut-on amener plus de 60 gamins à améliorer leur texte de façon fine, avec de vrais conseils d’écrivain ? Si on veut bien le faire, c’est un travail de titan. Autant dire adieu à sa propre écriture ! (c’est d’ailleurs pour la même raison que je suis de plus en plus obligée de refuser de lire et de donner mon avis sur les textes que m’envoient les apprentis écrivains. C’est un crève-coeur pour moi, mais c’est une activité très chronophage et le travail typique d’un atelier d’écriture tel que je le conçois, qu’il m’est donc difficile de faire ainsi de façon « sauvage »).

 

 C’est possible !

Professeurs, cellules lecture des mairies ou des bibliothèques, je vous invite à y réfléchir de votre côté. Ensemble, on peut sans doute contourner les gros défauts de l’Education Nationale (trop gros effectifs, manque de moyens, machine à broyer les plus faibles), avec un minimum d’inventivité et d’audace, couplés avec le désir de ne pas rester dans les clous prédéfinis. C’est à mon avis la seule façon d’offrir des ateliers de très grande qualité, où le plaisir prédomine.

 

Présentons les ateliers d’écriture, tout comme la lecture, comme une chance, une grande chance, un plaisir, un très grand plaisir, et non comme une corvée obligatoire et forcément perçue comme pédagogique. Pour cela, il ne suffit pas de le marteler à des élèves peu convaincus (ah, la souffrance d’entendre : « les enfants, il faut que vous réalisiez la chance que vous avez ! »), non, trois fois non, il faut cependant repenser toute la façon de les proposer et de les mener, dans les meilleures conditions possibles. Et ça, j’ai envie de le répéter : DANS LES MEILLEURES CONDITIONS POSSIBLES (ce qui inclut aussi des salles d’atelier qui soient agréables, spacieuses, climatisées – ou chauffées – au besoin, et sans une foultitude  de toiles d’araignée collées sur les vitres au point de ne plus voir la lumière – oui oui c’est du vécu marseillais… Mais là, je sais que cela relève d’une volonté politique qui dépasse les organisateurs).

 

****************

 

Parlons maintenant de cet atelier marseillais !
Les 16 participants avaient presque tous lu U4.Yannis avant de venir. Ils connaissaient donc le contexte, dans lequel ils allaient devoir se couler à leur tour. Vendredi matin, nous nous sommes promenés dans le quartier du Panier, munis de plans, de matériel de notes ou de prises de photos. Bref, les repérages, comme au cinéma ! L’après-midi, phase d’écriture : situer dans ces lieux une course-poursuite. Juste avant la fin de leurs textes, chacun a lu le sien devant le groupe, chargé d’émettre ses remarques et critiques. C’était une phase passionnante ! Acuité, remarques acérées sur la cohérence, la crédibilité, etc… Là, j’ai commencé à éprouver le haut niveau du groupe. Le soir, chez eux, ils devaient, lorsqu’ils le pouvaient, taper leur texte à l’ordi.
Le lendemain, sur la plage du Prado, ils ont lu leurs textes (que beaucoup avaient étoffé le soir) devant un public assez scotché, je dois dire, d’autant plus que l’ambiance météorologique apportait un plus indéniable au contexte post-apocalyptique : éclairs qui zébraient le ciel au-dessus de la mer, tonnerre tonitruant, pluie, couleurs métalliques de la mer.

 

13697123_1218843041499278_3980180597095941955_n

 

Je vais vous livrer ici en plusieurs fois leurs textes bruts. En effet, puisque l’atelier n’a eu lieu qu’en une fois je n’ai  eu le temps de leur donner que des conseils narratifs, et ils ont eu de leur côté peu de temps pour corriger les fautes d’orthographe, les erreurs de concordance des temps, de formulations etc…
Attention, la violence est présente dans ces textes, comme elle peut l’être dans nos romans U4. C’était d’ailleurs surprenant de voir certains frêles ados lire des textes aussi forts devant nous.
Vous savez tous dans quel contexte ces textes ont été écrits. J’ai entendu l’un des participants dire : « ça ressemble à l’attentat de Munich ». Je pense sincèrement que l’écriture (tout comme la lecture) peut aussi avoir une fonction cathartique.
Voici pour commencer les textes de Liv, Ivan, Sarah, Dimitri, Milo, Félix, Adam, Gaétan et Macéo.

 

*******

 

22 JUILLET, 10H30

La mer et les bateaux s’agitent. Il fait beau.

Je suis assise sur mon banc. Celui que préférait ma sœur. Elle allait toujours s’assoir là.

Un bruit me fait sursauter. Je me retourne. Rien. Ça doit venir d’ailleurs. En effet, quand je regarde vers la gauche, j’aperçois une silhouette sur le quai, près de la grande roue. La personne essaie visiblement de se cacher, mais n’y arrive pas très bien.

Je me lève.

– Mieux vaut ne pas trop traîner là, Millie.

Parler à ma petite sœur comme si elle était encore là me rassure.

Je fais d’abord quelques pas tranquillement, pour vérifier si l’individu veut vraiment me courir après. Malheureusement, oui. Il me suit.

Alors je cours. Je passe devant la Maison Diamantée et arrive dans la rue Caisserie.

Essoufflée, les joues en feu, je m’arrête un instant. La rue est vide. Les parasols et les chaises des terrasses de café sont renversés. Je tends l’oreille. Une personne court, tout près. Ses chaussures claquent sur le sol.

Soudain un coup de feu résonne. Des cris, aussi. Il y a donc plusieurs personnes. J’hésite. J’ai très envie de retourner sur mes pas pour voir ce qui se passe. Mais finalement, je choisis la prudence. Je repars. Mes pieds se dirigent vers la place de Lenche. J’avance doucement vers la Montée des Accoules.

Au loin, j’entends encore des cris et, toutes les deux minutes environ, un coup de feu. Et puis, tout à coup, le silence tombe. Et deux personnes débarquent sur la place.

– Éléa, cours !

– Lison ?

En effet, c’est mon amie qui court comme une folle, suivie par un garçon avec une casquette rouge.

Après un moment d’hésitation, je fonce vers les marches.

Je n’ai jamais été très forte en course, Lison me dépasse donc facilement.

– Par ici !

Elle s’engouffre dans une ruelle et s’arrête devant une porte. D’une main fébrile, elle sort de sa poche un trousseau de clés. La porte s’ouvre. Elle me fait signe d’entrer, avant de pénétrer elle aussi dans l’immeuble.

Pendant quelques minutes, nous attendons, tremblantes, dans le hall sombre.

Enfin, un cri de rage retentit, signe que notre poursuivant laisse tomber.

– Faites gaffe à vous, les gamines ! Vous êtes sur la liste noire des Casquettes rouges !

Nous soupirons de soulagement.

Cette fois-ci, je men suis sortie. Mais est-ce que je survivrai ?

Je n’en sais rien, mais au moins je ne suis plus seule.

Liv

*******

 

2 Juillet, 10h 30
Après avoir marché plusieurs heures en quête d’un quelconque signe de vie, je m’assois sur un des bancs du vieux port, en attendant de repartir en ville. La mer est est plutôt agitée, et la chaleur pesante. Je tombe de sommeil mais, entendant l’éclat de vitres brisée je me redresses brusquement. De l’autre côté du port j’aperçois alors un groupe de jeunes arborant des casquettes rouges, vandalisant les magasins des environs. Ils me voient, m’interpellent et commencent à courir dans ma direction, me prenant au dépourvu. Je me lève alors brusquement et cours dans la direction opposée, vers l’hôtel de ville. Remontant la rue à toute vitesse, j’arrive sur un carrefour, où je me retourne pour jeter un œil à mes poursuivants, qui apparaissent brusquement au coin de la rue. Pris de panique, je tourne à droite et arrive devant un grand bâtiment dont la porte est grande ouverte. Je me précipite à l’intérieur , apparemment c’était une prison. En courant dans les couloirs, j’aperçois du coin de l’œil les corps sans vie des anciens prisonniers. Mes poursuivants se rapprochent, je braque dans une pièce et bloque la porte derrière moi. Je les entends essayer de la forcer. La fenêtre est ouverte, un camion en contrebas. Je suis au premier étage, c’est jouable. Je saute, et atterris sur le véhicule. Je descends et m’éloigne, ne pensant qu’à quitter la ville.

Ivan

*******

 

U4. Julie.

22, juillet 10h30

Je sors de chez moi et comme à mon habitude, je m’assis sur le banc en face du ferry boat. La mer est déchainée, cela lui donne un côté rebelle. Tout semble désert et chaotique, par terre, je vois un cadavre par ici et un autre par là. Tout à coup, il me semble entendre des cris de terreur. Je me dirige vers ses bruits qui viennent de derrière l’hôtel de ville. Je remarque que c’est les patrouilleurs alias les écorchés. Ils sont en train de capturer une fille. Elle ne doit pas avoir plus de 16 ans. J’ai peur qu’ils me trouvent. Heureusement, ils repartent avec leur nouvelle trouvaille. Je pense qu’il faut que je les suive. Cette jeune fille n’a rien fait. Au bout de quelques minutes, je reconnais la place de l’Anche. J’ai tellement faim, je regarde dans un snack, il ne reste même pas une rondelle de tomate. Tout a été dévalisé. Je sors du fast-food pour suivre les écorchés mais plus aucunes traces. Ils se sont comme volatilisés. Je continue quand même jusqu’à la rue des Mouettes. Epuisée, je me repose sur un banc.

– Hé toi !!! crie un écorché

Je me retourne et voit un patrouilleur courir dans ma direction. Je prends mon élan et je cours à toute vitesse bien décidé à les semer. En slalomant entre cinq ou six voitures, le patrouilleur perd ma trace. Je vois une armurerie un peu plus loin. Je rentre pour trouver une arme. Génial, je trouve un couteau. En sortant quelqu’un m’assomme et je perds connaissance. A mon réveil, je suis seule dans une cellule. Des tas de questions se bousculent dans ma tête : « Où suis-je ?», « Que va-t-il m’arriver ? », « Où sont les autres prisonniers ? » « Vais-je mourir ? ».

Sarah

*******

22/07, 10 h 30

J’arrive sur le Vieux Port, fatigué d’avoir couru toute la nuit pour trouver quelqu’un, apparemment en vain avec mon chien Tiramisu.
J’aperçois une douzaine de personnes se dirigeant vers moi, ils ont tous un chapeau violet sur la tête, je m’enfuis vers la place de Lenche. Là je trébuche, la patrouille se rapproche, je me relève mais il est trop tard, Tiramisu arrive pour me sauvé il saute sur le premier venu, la personne sort un couteau et tue Tiramisu. Je m’effondre, je ne sais pas si c’est à cause de la mort de Tiramisu ou le choc de la matraque derrière la tête, quand je me réveille je suis dans un commissariat, pourquoi m’ont-ils enfermé là? Me pensent-ils dangereux ? De peu, j’arrive à enfoncer la porte, des tonnes de policiers morts gisent sur le sol, je récupère des armes: pistolets, matraque et couteau.

Dans mes souvenirs il y a pas loin un magasin de bouffe chinoise. Je manger, puis je m’endors.
Cette fois je m’en suis sorti mais est-ce-que je survivrai ?

Dimitri

*******

 

Les deux nouvelles suivantes, de Milo et Félix, proposent un croisement de personnages, comme dans nos romans U4 :

22 JUILLET, 10h30

Je suis chez moi quand me vient l’idée d’allé dehors. Sortir après cette semaine de chao et de solitude dans ma chambre… Par précaution je prends le flingue dans le tiroir du bureau, je sais que papa le cache ici, enfin.. cachai… Je sors. Dehors, un léger vent et un ciel parsemé de nuage. Je passe par la plaine, avance droit dans une rue puis descend les reformés, puis la cannebière. J’arrive au vieux port, j’hésite de quel côté allez. Je pars sur ma droite. En avançant j’aperçois une silhouette descendant  sur la rive. Je sers le flingue dans ma poche, mais… ma main tremble! Arriverai-je à tirer? Je ne sais pas et je chasse cette pensé. Je continue d’avancer quand… J’arrive face à un banc où est assise…:

-Louise?!

-Arthur?!

22 juillet, 11h30

Cela fait déjà presque une heure qu’on parle assis sur le banc quand la porte de l’hôtel de ville s’ouvre! Je me tourne et aperçois un garçon lourdement armé. Il s’approche et nous braque! Il nous fouille et me prend mes armes! Merde! J’aurais du être attentif! tac tac tac tac ! Nous nous tournons tous les trois et voyons le gang « vandale crew »! Un regard vers louise et cet inconnu suffit pour me faire comprendre qu’il faut fuir. Je cours le plus vite possible! Un instant je crois voir la mort m’ouvrir les bras. On tourne puis retourne. Un bâtiment me paraît idéal. Je leur fais signe de me suivre. On déboule dans le hall.

22 juillet, 21h30

Il est 21h30. Je laisse mes nouveaux compagnons et vais dans ma chambre improvisé. Je m’allonge et ferme les yeux. Je tente de m’endormir après cet journée riche en émotion, mais une pensée me hante… Cet fois-ci je m’en sort vivant mais… cet chance continuera-t-elle?

Milo
*******

22 juillet, 10h30

Ce matin je me suis réveillé tot, je décide de sortir mais pas tout seul.

Mon téléphone fonctionne et j’arrive a joindre plus de la moitié de mes contacts.

Je leur donne rendez vous sur le vieux port dans deux heures mais d’abord je vais sonner cher garance, Nael, Bruno et deux autres amis à moi qui habitent dans ma rue. A 6, on se dirige vite vers le vieux port car là bas se trouve un magasin d’armes, sur la route nous trouvons des affiches avec marquer en grand « vandal crew ».

Sur la cannebière il y a beaucoup de cadavres, nous arrivons rapidement au magasin.

Il c’est déjà fait visiter, surement par ce vandal crew mais il reste assez d’armes pour nous. Je dis a Bruno ; « essaye de prendre beaucoup de munitions et moi je prend les flingues avec les autres, au vieux port on sera une trentaine il en faudra pour tout le monde. On fourre ce qu’on a volé dans des sacs et nous allons sous l’ombrière là ou se trouve notre lieu de rendez vous .

Sur la route nous n’avons vu personne mais je crois avoir vu une ou deux tetes se cacher derrière des fenetres.

A 13h, nous sommes 34 et il y a beaucoup de mes amis, nous sommes décidés a aller au fort St Jean, c’est un endroit ou nous pourrons nous cacher et nous defendre d’en haut en plaçant des gens sur la passerelle et les coursives.

Quand on arrive au ferry boat, quelqu’un crie ; « ATTENTION UN AUTRE GROUPE » on s’arrete tous d’un coup et on regarde en face de nous, je vois une vingtaine d’ados avec des t-shirts noirs et jaunes : « c’est donc eux l’autre groupe du quartier » me di-je dans ma tete . Il n’y a presque aucunes filles dans leur groupe et ils ont l’air bien armés .

Personne ne bouge dans les deux équipes mais au bout d’un moment un des leur crie ; « Poir aller de ce coté il faudra se battre contre nous, mais je propose que nous enlevions toutes armes (couteaux ou pistolets) et de faire ça à mains nues ».

Notre groupe accepte la proposition ce qui nous soulagent tous, il n’y aura pas de morts.

Je crie ; « 1, 2, 3 » et nous nous lançons les uns sur les autres, notre première bataille de gang est lancée, les armes tombent les unes après les autres sur le sol dans un tintement strident pour les couteaux. Je cours vers un garçon plus grand que moi et lui envoi un coup de poing dans la bouche, avant qu’il n’est le temps de reprendre ces esprits je passe a quelqu’un d’autre. Je regarde un peu autour de moi, tout a l’air de bien se passer, deux de mes amis sont a terre mais ils n’ont pas l’air d’etre trop mal en point, je vois déjà des membres du camp adverse partir et d’autre se faisant frapper a terre. Je suis aux prises avec deux gars mais je suis fatigué et j’ai mal, je me suis prit un coup douloureux a la cuisse, je met un coup de boule mais je vacille et m’évanoui .

Je me reveille avec du sang sur la bouche, je suis allongé par terre. Des gens autour de moi aident les blessés et crient victoire, on me demande si sa va je répond que oui mais dit gravement : « je m’en suis sortit aujourd’hui mais j’ai peur que vivre dans ce monde soit très dur ».

Félix

*******

 

22 JUILLET 10H30

Bonjour je m’appelle Ash, j’ai 16 ans. Je suis un malade mental. Je suis le dernier survivant de mon hôpital psychiatrique, moi et les autres malades on était casés dans un bâtiment à coté du vieux port après la catastrophe U4, les gens pas comme nous avaient peur de nous c’est pour ça qu’ils nous on mis ici. Mon problème est que je suis d’une extrême violence et je fais des crises de colère sans savoir pourquoi. Je pense des fois à ma maladie, j’en suis conscient…

Il n’y a presque plus rien à manger et je ne compte pas moisir ici éternellement. Le problème c’est que la porte est fermée, et la porte du bureau ou il y a la clé est fermée. Il fait froid et ça pue l’hôpital, mais les rats sont là, deux passent devant moi, ses rats m’énervent, j’en attrape un et l’écrase jusqu’a ce qu’il n’en reste plus rien ! Je me dirige vers le bureau de la direction, la porte est fermée, je recule et je l’enfonce ,elle ce casse avec un grand fracas . Je me dirige vers le bureau puis j’ouvre les tiroirs, je trouve la clé, à côté des clés… un flingue. Un flingue, ces fils de pute avaient un flingue ! Si je pouvais je les aurais tous butés. Ils avaient peur de nous…

Je prends le flingue et je tire sur le mur ; je ressens la colère la rage en moi. Je prends la clé je monte je fais mon sac je prends de la bouffe, fringues et lampe torche, puis je pars en direction de la porte, j’insère la clé, le click de la serrure me fait du bien.Je prends une grand inspiration et j’ouvre la porte .Le soleil me fait mal au yeux une odeur de putréfaction mélangée à la mer m’écoeure, je tourne ma tête à gauche et à droite je longe le vieux port, un homme débarque devant moi, il s’approche de moi et me saute dessus, il me plante un couteau dans le ventre, je hurle, et je sors mon flingue et j’appuie sur la détente, un bruit sourd me fait mal au oreille, il s’écroule devant moi, il est mort.

Un gout d’amertume me monte à la gorge et tout à coup une douleur me prend, c’est ma blessure, je sors de mon sac un foulard et je l’enroule autour de mon ventre; je fais une petit pause.

Quelques minutes plus tard je reprends la marche pour me diriger vers l’hôtel de ville, je trouverai peut être une voiture.

Il faut que je quitte Marseille, je dois retrouver ma meilleure amie, elle a le même âge que moi, elle est la seule qui arrive à contrôler mes crises de colère, elle a déménagé un mois avant la catastrophe U4 .

Quelques minutes plus tard j’arrive à l’hôtel de ville, il n’y a personne. Il est grand beau, la brise marine me fait du bien, je pénétre à l’intérieur… il y a plein de corps,  surtout des militaires, ils sont morts par U4. C’est sûr ils devaient protéger l’hôtel de ville. J’en profite pour prendre 1 fusil d’assaut, 4 pistolets et 2 couteaux. Je sors de l’hôtel de ville et il n’y avait pas de voitures à l’entrée.

En regardant autour de moi je vois des personnes, ils m’ont vu !  Je sors mes flingues et je les mets en joue, je leur dis de ne pas bouger, puis je les fouille, il avait un flingue et de la nourriture et des habits.Quelques secondes plus tard j’entends des pas, des hommes armés, je pourrais les tuer mais ils sont trop nombreux, tout à coup les deux que je tenais en joue s’enfuient je fais de même, je les suis ,les autres nous tirent dessus nous tournons dans une rue et nous allons nous réfugier dans une maison, le nom de la maison :la maisons diamantée. Nos poursuivants continuent dans la rue, nous allons nous reposer dans des chambres abandonnées .Je ferme les yeux et je pense à mon amie, il faut que je la retrouve, il faut que je parte bientôt.

Adam

*******

 

22 juillet, 10h30

Les flammes se propagent à cause du vent, l’eau du Vieux-Port qui frappe les bateaux.

Ici, c’est le chaos : des gens se battent à côté de la Grande Roue, volent, rackettent, tuent. Deux personnes courent vers moi (je cours).

Les cloches d’une église sonnent, il est 11h.

À côté de cette église, je vois des magasins : pizzeria, pharmacie, etc., volés, pillés, détruits.

Il se passe la même chose à la Place de Lenche. Malheureusement, en les regardant, je n’ai pas fait attention au trottoir et je suis tombé.

Mes poursuivants m’ont pris en otage. Je le sais car ils m’ont mis un sac sur la tête et m’ont emmené dans un endroit. Je semais les croquettes que Tedi adore car il était resté endormi à la place de Lenche. Apparemment, il les aurait suivies, arrivé devant mes poursuivants, il les mordit aux fesses et ils se sont enfuis et j’étais sain et sauf. Un autre chien lèche la gâchette d’un pistolet et tire sur Tedi, ensuite je pars et je le laisse là-bas.

Cette fois j’ai eu de la chance mais en aurais-je autant plus tard ?

Gaëtan

 *******

 

  22 Juillet 10H30

 J’étais sur ce banc depuis hier, et Je suis mort de faim. Snow me lèche la main , affamé lui aussi. Au loin, j’aperçois des gens. Je reste sonné sur le coup. Des survivants ! Ils me font des signes, et ,tout en approchant, ils deviennent menaçants et coursent vers moi ! Et tout d’un coup, un coup de feu. Snow aboie. Et là, je cours à mon tour. Ou m’abriter ? Vite ! Je me précipite vers la Mairie. À l’entrée, un policier, mort , je prend son arme et tire sur le jeune en tête  de groupe, il s’écroule et les autres s’arrêtes stupéfaits. Ca me laisse le temps de monter me réfugier à l’étage. Là, des corps gisent. Dans le bureau je trouve des montagnes de papiers, les pillards sont en trains de monter. Que vais-je faire ? Je panique, Je prend le semi-automatique, mon père m’a appris à les utiliser( il était armurier ). Je tire, 4 fois. Apres cette tuerie, je m’effondre en pleurs. Étonné de moi, choqué de mes actes. J’ai tué 5 personnes !

 Je vais à la fenêtre, je regarde Marseille. Cette fois je m’en suis sorti, mais je ne sais pas si je survivrai.

Maceo

dernières lectures

Par 0 Pas de mot-clé Permalien 0

D’abord, conseillée par un ami dès qu’on a su que l’auteur était en dédicaces à Saint-Malo, je suis allée me procurer (et fait dédicacer, en baragouinant fièrement à l’écrivain quelques mots d’anglais) Et que le vaste monde poursuive sa course folle, de Colum Mac Cann.

mccann

Et c’est bel et bien magistral. De ces romans dont on n’a envie de rien dire, juste qu’il faut les lire… De plus cela raconte l’époque de ma naissance, et toute ma génération a connu au cours de sa vie cette course folle d’un vaste monde vers un autre monde tout aussi vaste mais changé. La dernière page est encore plus que les autres sur le fil, et à la fin de cette lecture on se sent autant funambule que Philippe Petit, qui relia par les airs les 2 tours du WTC (ces deux tours comme deux mondes), un jour d’aout 1974, et qui resta longuement sur son fil, le quittant visiblement à regret (mais ce n’est qu’un motif, il ne s’agit pas de son histoire).

4795651_3_120e_le-funambule-philippe-petit-evoluant-entre_7dc294d676d6f55b7573633873e0c1e1

Juste avant j’ai lu Meursault contre-enquête, de Kamel Daoud.

513Wp0RpwiL._SX195_

L’idée de donner corps et vie (et surtout nom) à l’Arabe de L’étranger est excellente, mais cette réhabilitation aurait pu être très casse-gueule. Mais c’est un beau roman. Un personnage tombé du fil, qu’on s’efforce d’y faire remonter (d’ailleurs la couverture a quelque chose de similaire avec celle de Colum Mac Cann), via le récit de son frère. Mais je ne sais pas, quelque chose a freiné mon plaisir et mon intérêt, j’ignore vraiment quoi. Ce n’est peut-être que très personnel (peut-être que je n’aime que les personnages qui ne sont pas encore tombés).

Et encore juste avant c’était Dysfonctionnelle d’Axl Cendres (merci à Anaïs pour l’envoi !).

bm_CVT_Dysfonctionnelle_4159

Je connais un tout petit peu Axl et quand on connait l’auteure la lecture prend toujours une dimension supplémentaire. Là, ça a peut-être décuplé mon plaisir. J’ai adoré suivre  les pensées et les aventures de Fidèle, issue d’une famille « dysfonctionnelle ». Encore un personnage sur le fil, mais n’est-ce pas avec ces personnages-là que se font les (meilleurs) romans ? Là, je dis chapeau bas, c’est une vraie réussite littéraire, un récit où l’amour et la bienveillance l’emportent sans cesse sur ce qui aurait pu être sordide. Axl Cendres ne raconte que ce qu’elle veut bien raconter et s’arrête aux lisières de la douleur. Cela donne un roman hyper positif, drôle, émouvant, sensible et passionnant, que j’ai dévoré… et quitté à regret.

Tendez-moi encore des fils comme ceux-ci !

l’artiste se vous regarde parle

Par 0 Pas de mot-clé Permalien 0

Je continue ma déambulation estivale, cette fenêtre ouverte dans la maison de mon blog. Que l’on ne s’y trompe pas, si j’évoque d’autres arts, c’est toujours une réflexion littéraire. Il s’agit toujours de s’adresser au monde et à soi-même tout à la fois. Comment s’y prennent les autres ? Qu’est-ce qui est le plus touchant ? Plus qu’une déambulation, ne serait-ce pas une quête ?

En peinture, cette fois-ci, voici des autoportraits, intenses et étonnants :

1595-Esther-Inglis-Kello

1595, Esther Inglis Kello

 

1904-Marie-Laurencin

 

1904, Marie Laurencin

1912-helene-schjerfbeck

1912, Helene Schjerfbeck

1913-Laura-Knight

1913, Laura Knight

1923-Annie-Hilda-Carline

1923, Annie-Hilda Carline
1924-Andree-Bosquet

1924, Andree Bosquet
1927-Sarah-Afonso

1927, Sarah Afonso

 

1928-Angeles-Santos-Torroella

1928, Angeles Santos Torroella

1928-Maria-Magdalena--Maggie--Laubser

1928, Maria-Magdalena Maggie Laubser

 

1932-33-Charley-Toorop

 

1932-33, Charley Toorop

 

MMT 156737 Self Portrait, 1885 (oil on canvas) Morisot, Berthe (1841-95) MUSEE MARMOTTAN MONET, PARIS, ,

1885, Berthe Morisot

Et ma préférée, Frida Kahlo :
Frida-Kahlo-Autoportrait-1947-01a

1947

kahlo-1

Ici il ne s’agit que de son deuxième tableau, elle avait 19 ans.

« Le surréalisme est la surprise magique de trouver un lion dans un placard, là où on était sûr de trouver des chemises. » Frida Kahlo