Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Vous regardez art

c’est une jeune fille comme vous…

Par Posted on 0 0

… alors regardez-la, écoutez-la :

J’ai reçu ce lien par une documentaliste avec qui j’ai travaillé, et beaucoup sympathisé. Mathilde, la jeune fille que vous venez de voir, est aide-documentaliste dans son lycée. C’est pourquoi vous la voyez ranger des livres.

Ce court métrage a été réalisé par une jeune comédienne, Marion Casabianca, sœur de cœur de Mathilde (elles ont été élevées ensemble) à partir d’un poème écrit par Mathilde.
Si ce court métrage vous touche, n’hésitez pas à faire circuler l’information dans votre réseau et à voter sur le site pour ce court métrage (en cliquant sur la lettre V en haut à gauche du court métrage).
En effet, plus il sera visionné, plus il y aura de votants et plus il aura de chance d’être sélectionné pour être diffusé dans les salles de cinéma MK2 avant les longs métrages sur tout le territoire national. Le dossier a été déposé et la limite des votes est fixée au 12/01. Ce serait donc un bon moyen de promouvoir leur travail et de montrer que l’on peut être porteur d’un handicap tel que la trisomie21 et avoir du talent.

Votez !

partager

l’élégance en maillot de bain

Par Posted on 0 Aucun tag 0

Et puis Vestiaires, c’est fini. Comment s’en remettre ? Malgré le succès d’audience, malgré le peu de mise en avant qu’a bien voulu concéder France 2, la chaîne ne poursuit pas l’aventure. Cela vaut bien un flamboyant chant du cygne, ou comment partir avec une élégance que n’ont pas les décideurs de nos médias. C’était vendredi, le dernier épisode diffusé. Si vous ne l’avez pas déjà vu, regardez, c’est superbe (et toujours drôle – on trouve tous les épisodes sur Dailymotion) :

 

 

 

partager

désir de poésie

LE MOT RONCE, DIS-TU

Le mot ronce, dis-tu ? Je me souviens
De ces barques échouées dans le varech
Que traînent les enfants les matins d’été
Avec des cris de joie dans les flaques noires

Car il en est, vois-tu, où demeure la trace
D’un feu qui y brûla à l’avant du monde
– Et sur le bois noirci, où le temps dépose
Le sel qui semble un signe mais s’efface,
Tu aimeras toi aussi l’eau qui brille.

Du feu qui va en mer la flamme est brève,
Mais quand elle s’éteint contre la vague,
Il y a des irrisations dans la fumée.
Le mot ronce est semblable à ce bois qui sombre.

Et poésie, si ce mot est dicible,
N’est-ce pas de savoir, là où l’étoile
Parut conduire mais pour rien sinon la mort,

Aimer cette lumière encore ? Aimer ouvrir
L’amande de l’absence dans la parole ?

Yves Bonnefoy

 

(J’adore particulièrement ce dernier vers : l’amande de l’absence dans la parole…)

 

partager

on peut encore être muet

Par Posted on 2 Aucun tag 0

J’ai beaucoup aimé ce film tendre, élégant, intelligent et plein de trouvailles : The artist.

Un vrai grand moment de bonheur. J’ai particulièrement aimé ces deux moments de l’histoire (Dujardin n’est jamais plus sexy que lorsqu’il joue la déchéance) :

J’ai trouvé les rôles secondaires très très bons (il faut dire que les acteurs ont été triés sur le volet – chien y compris).

Et puis dans un film muet, quand un son advient, cela prend une proportion extraordinaire (la scène du cauchemar est géniale).

S’il est encore à l’affiche du cinoche près de chez vous, courez-y.

(Un peu de musique par ici :

)

 

partager

apprendre le piano avec des vivants (c’est comme rencontrer un écrivain pas encore mort)

Par Posted on 0 Aucun tag 0

On a offert ce disque à mon fils.

Comme le spécifient très justement sur le net les profs de piano qui savent ce qu’est un vrai enfant, la sélection d’Alexandre Tharaud est plus qu’ambitieuse, elle est irréalisable pour de petites mains ! Et très difficile pour les niveaux indiqués. Bon, on ne sait pas trop dans quoi il s’est fourvoyé, le Tharaud, il n’empêche que pour la simple écoute, la simple découverte, c’est un très beau disque pour très jeune pianiste (ou adulte débutant), avec des morceaux un peu bateau (La lettre à Elise) mais d’autres beaucoup moins attendus, et très bien joués par plusieurs interprètes de talent (David Fray, etc…). Cela va de Bach à Brahms en passant par Scarlatti, Chopin, Satie ou même Arvo Part. Enfin, hier soir, on s’est régalés.

Le mieux bien entendu, lorsqu’on a la chance que les compositeurs soient encore en vie, ce serait un cours en vrai – ça doit sans doute se mériter, mais pourquoi pas jeunes gens, rêvez-en :

 

partager

short films

J’ai vu de belles choses au 10e festival du court métrage de La Ciotat. Ici bien entendu je ne parlerai que des séances pour plus jeunes. J’ai beaucoup aimé, ainsi que ma fille, Gamba Trista, de Francesco Lippi :

MyOY2RymC0g

Et pour les ados, un excellent jeu d’acteur pour l’inoubliable Aglaé de Rudi Rosenberg.

De courts mais très forts moments.

 

partager