Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Vous regardez le monde

entre les lignes

Hier, en ma qualité d’auteure jeunesse, je présidais (c’est bien ronflant n’est-il pas ?) le jury régional de la fondation SNCF contre l’illettrisme : le programme Entre les lignes. Voyez comme je prends les choses à bras le corps à la base rien que pour que les gens puissent lire mes livres !  Plaisanterie (douteuse) mise à part : les dossiers des associations étaient tous intéressants, difficile de ne pas en retenir mais il le fallait bien. Surtout ils mettaient en lumière un très grand besoin, un vide là où l’école achoppe ; admiration pour toutes ces personnes qui se démènent pour combler ce vide, même si parfois c’est de façon maladroite. Pas facile lorsque les subventions fondent comme une barre de choco au soleil. 80 000 personnes touchées par l’illettrisme, tout de même, en France…

 

partager

tout ce qui m’arriva ces derniers jours

Dernières journées d’une densité qui sera difficile à traduire. En images, ce sera plus facile (je n’en ai pas rapporté de Nîmes où ce fut pourtant très chouette, et puis j’ai découvert Alan Mets, très chaleureux).

Ensuite, à Valenciennes, on m’a offert des glaces à la vanille et au chocolat :

Ainsi qu’un jeu de l’oie en forme de bateau, confectionné tout spécialement pour « Vanilles et Chocolats », bien sûr !

Questions-réponses sur le roman. Mon équipe a gagné, mais ce ne fut pas grâce à moi (c’était difficile !).

Des panneaux sur l’évolution des droits des femmes étaient très bien faits. Les discussions à ce propos ont été passionnantes, parfois édifiantes ! On m’a aussi joué du violon, chanté une chanson composée spécialement pour l’occasion et accompagnée au piano, offert une rose, des chocolats, un buffet rempli de gâteaux et de bonbons ! J’ai été gâtée plus que de raison.

Cela, c’était lors de Festilivres, où l’accueil et la préparation des classes étaient fabuleux. Salon très sympathique où j’ai encore fait la connaissance de chouettes auteurs.

Je me suis ensuite offert une pause de quelques heures à Paris, où j’ai croisé des oeuvres de Manet.

Beaucoup aimé le chat noir de l’Olympia. Ainsi que la blancheur crue de l’homme mort.

Et l’évasion de Rochefort.

Puis, au détour d’une rue parisienne, soudain, le souffle coupé, je me suis trouvée dans les entrailles d’un léviathan.

Je m’en suis extraite avec peine, envoutée, sensoriellement hébétée.

Et j’ai découvert sa peau vibrante, chaude, monumentale. Il me semblait que c’était moi (en tout cas cela avait quelque chose de féminin). C’était dedans et dehors. Ce n’était pas menaçant, ne m’écrasait pas, mais occupait l’espace lumineux. Si grand que cela ne pouvait être que, mystiquement, soi-même.

Une expérience hors du commun, que je vous conseille chaudement. (Anish Kapoor au Grand Palais)

partager

« Si vous voulez dire la vérité, faites rire vos lecteurs… »

Par Posted on 0 Aucun tag 0

« … sinon ils vous tueront. » Il paraît que c’est d’Oscar Wilde, mais rien de sûr. J’aime bien cette phrase.

Y’a comme ça des citations voire des sentences qui se promènent de bouches à oreilles, de blogs à sites, d’écrans à fenêtres, de conscients à inconscients, et qui facilement nous confortent dans nos petites satisfactions. Faudrait juste pas éviter de lire des bouquins avec un peu plus de mots, afin d’affiner un peu tout ça.

partager

nuages de vie

C’est assez magnifique de maîtriser complètement son site et son blog (y’a des retours de plaisir de geek telle que je ne le fus jamais mais que j’effleurai parfois par exemple en voyant s’afficher les milliers de décimales de PI après que mon vieil ordi avait tourné chauffé bruyamment toute une nuit dans ma chambre de cité U – ah souvenir du meilleur de la promo qui en avait trouvé tant qu’il  avait tapissé sa chambre entièrement de feuilles A4 remplies de ces fameuses décimales ; y’avait de la poésie là-dedans). Or voilà donc par exemple suis assez fière de mon nuage de mots-clés là voyez à droite, il suffit de cliquer sur un mot et non seulement vous découvrirez ébahi le nombre d’occurences mais en plus les articles qui en parlent s’afficheront, ô miracle, joie, félicité (belle liberté de choisir soi-même les mots-clés pour ses articles, là par exemple pour celui-ci, allez je décide d’y apposer la clé lumière, et toc c’est décidé). Et même si je le désire au lieu du mot commentaires je pourrais afficher traces (j’y ai pensé) ou toute autre bêtise, et pareil pour tout le reste, mais n’oublions pas ici c’est un peu sérieux quand même il s’agit d’un lieu professionnel, hein tout de même. Je me bride mais me réserve pour autre chose, un jour, plus tard, parce que j’y vois là d’immenses possibilités.

Rassurez-vous j’ai quand même pris quelques jours loin de l’ordi, là où les nuages sont véritables, naviguant sur un beau ciel bleu qui n’est pas celui d’un écran. C’était la neige, la luge, la lumière, la sérénité, le repos, l’écoute.

Sms tout de même de mon éditrice au beau milieu des montagnes pour me dire : Clotilde est super ! (Pour ceux qui ont du mal à suivre, il s’agit du tome 7 de La ligne 15). Ouf.

Va falloir maintenant se repencher sur le tome 8 après l’avoir laissé se reposer un peu. Retravail en vue, histoire de gommer toujours, les traces de gros sabots. Finesse, finesse, mes amis. Belle journée à vous.

partager

prix livre mon ami

Le trophée Livre mon ami
décerné à La guerre des vanilles,
de l’artiste Fred Fichet

 

La guerre des vanilles a été choisie en seconde position pour le prix du livre jeunesse de Nouvelle-Calédonie, sélection 2008, Livre mon ami, derrière Les fées du Camping de Susie Morgenstern (qui n’a pas pu se rendre en Nouvelle-Calédonie).

Du 20 au 31 octobre 2008, je suis allée rencontrer mes lecteurs.
Mots et Photos sur ce fabuleux voyage à partir de cette note du blog (cliquer ici), et suivantes.
partager