Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Vous regardez non classé

Et de 8 ! (Un nouveau prix pour #bleue)

Par Posted on 0 Aucun tag 0

article de Ouest France

C’est dans le train du retour de Bordeaux que j’écris cette courte note pour vous annoncer que #bleue y a reçu le prix des collégiens lecteurs de Gironde !
Encore merci aux 900 collégiens qui ont plébiscité mon roman (qui succède à Jonah de Taï-Marc Le Thanh). Et puis j’ai découvert cette belle ville de Bordeaux (merci à ma guide Adeline), ainsi qu’une bien chouette librairie, La zone du dehors (merci Brice).


J’appréhendais ce dernier long trajet de la saison, mais je ne le regrette pas, il m’a permis de vivre de jolis moments…

partager

Photos de la semaine 20

Par Posted on 0 Aucun tag 0

Les deux photos de la semaine nous viennent de Cherbourg où visiblement on nous attend de pied ferme (on arrive la semaine prochaine).


Merci pour ces bookfaces, on ne s’en lasse pas !

En attendant je suis encore à Saint-Malo, jusqu’à midi. Émerveillement devant cette superbe ville, et en plus, il fait beau.

Nous étions au complet, le collectif U4, la preuve ici.

Et puis le vendredi soir, grâce à Cathy Ytak qui nous a relayé l’information, Carole et moi étions à un tout début de nuit debout, où il s’est passé ça.

Si vous ne m’avez pas encore vue au salon de Saint-Malo, il vous reste une petite fenêtre, de 10h à 11h30. A tout-à-l’heure ?

partager

foire du livre de Brive, ce week-end

Ce week-end, je serai (nous serons – car le collectif U4 au complet s’y déplacera), à la foire du livre de Brive.

 

brive

Ne ratez pas la rencontre avec nous, sur U4, le dimanche 8 novembre :

11h00. U4 : rencontre avec Yves Grevet, Florence Hinckel, Carole Trébor et Vincent Villeminot

Animé par Baptiste Liger (Lire)

FORUM DES LECTEURS

–––––––

Comme j’ai des rencontres scolaires le vendredi, je prendrai le train jeudi, pour ce bout du monde qu’est Brive.

position_brive


Pourquoi est-ce que je parle de bout du monde ? Parce que je suis la victime constante d’un scandale national. Bon, regardez bien où se situent Marseille, Paris et Brive sur cette carte. On voit aisément que Marseille est légèrement plus proche à vol d’oiseau de Brive que Paris. D’accord, d’accord, on ne circule jamais en ligne droite, mais tout de même ! Mon trajet durera presque le double de celui des Parisiens. 8h contre à peu près 4h (sachant qu’il me faut souvent 1h pour rejoindre Marseille et attendre la correspondance). Mon train cette fois passera par Toulouse. Il est arrivé qu’on me fasse passer par Paris, c’était la même durée. Bref, pour moi, la Corrèze, c’est le bout du monde !

Et c’est le cas dès que je traverse la France pour aller autre part qu’à Paris. J’ai systématiquement entre 5 à 10 heures de train. Parfois, de gentils organisateurs pensent à l’avion, mais comme l’aéroport est loin de chez moi, ce n’est pas toujours plus avantageux. Et j’avoue bénir sur plusieurs générations les ultra-gentils-organisateurs qui me font voyager en 1ère classe SNCF (souvent pas beaucoup plus cher). Au-delà de 5 heures, ça devrait être obligatoire !

Voilà, c’était ma minute-scandale-c’est-trop-pas-juste-la-centralisation.

Mais ça y est c’est fini, parce qu’en vrai c’est un tout petit détail face à ma joie de retrouver les copains, (les bons restos), et le public incroyable de Brive !

partager

vrac de pensées subjectives

Par Posted on 1 Aucun tag 0

On y a cru un temps. On a vraiment pensé que Facebook pouvait être ce formidable outil de communication. Qu’un post pouvait toucher des milliers de personnes comme ça, sans effort et gratuitement (et on visualise immédiatement, rêveusement, les animations du film The social Network montrant un réseau qui se déploie tel une toile d’araignée). Or non. Bien sûr, non. Un logiciel d’efficacité fait que même si vous avez 3000 amis, vos posts ne seront vus que par ceux avec qui vous communiquez le plus. Personnellement, cela me renvoie une image de ce réseau moins monstrueuse. Et j’en aime toujours davantage le lieu de mon blog.

*

On reparle des assistantes sexuelles pour handicapés lourds. Le sujet mérite d’être évoqué et discuté. Mais encore une fois, consternée de constater que seul le droit au sexe (et donc au contact physique humain) des hommes (hétérosexuels) est mentionné. N’existe-t-il donc pas de femmes handicapées ? N’ont-elles aucune libido ? Quelles solutions pour elles ? Et est-ce que seul le corps des femmes (valides) peut être monnayé ? Tant de discriminations couvent dans cette volonté d’en éradiquer…

*

Les blogueurs(ses) qui rédigent et publient des chroniques de romans. J’en estime une grande part. Souvent bibliothécaires, documentalistes ou libraires, ce sont des passionnés et de grands lecteurs ainsi que souvent des professionnels de l’enfance ou de l’adolescence. D’autre part leurs chroniques sont précieuses en littérature jeunesse si peu médiatisée de façon « officielle » et je les remercie chaleureusement de contribuer à faire connaître nos livres. Mais une minorité me rend de plus en plus perplexe. Je ne parle pas de blogs d’ados, pour lesquels j’ai une grande tolérance et que je trouve très touchants ! Mais je l’affirme aujourd’hui : depuis quelques temps déjà je ne relaie plus les chroniques bourrées de fautes d’orthographe ou celles dont les critiques sont de façon évidente très peu constructives ou réfléchies. Exemples : dernièrement une youtubeuse a déclaré qu’elle trouvait Le chastronaute « trop jeunesse » (un roman destiné aux 8-10 ans !). Elle est même allée jusqu’à déconseiller de le mettre entre des mains d’enfants car cela pourrait leur donner des idées de bêtises ! Idem lorsque des adultes trouvent mes héros (souvent héroïnes) ados trop agaçants, les parents que je décris trop démissionnaires, bref le monde dont je parle pas assez parfait pour nos chères têtes blondes. Rappelons que nous n’écrivons pas pour rassurer les adultes mais pour partager des tranches de monde vues sous un angle particulier, avec qui veut. Pour certains, en littérature ado, les « modèles » féminins devraient encore être doux et dociles, dans tous les cas « attachants ». Les « modèles » parentaux devraient toujours incarner autorité et sagesse. Et surtout la réalité ou le décalage ne devraient jamais être exposés. Nos ados pourraient être trop rassurés de retrouver et de comprendre enfin une part du véritable monde dans lequel ils vivent. S’en révolter, si ça se trouve. Et en rire, peut-être. Un scandale, en somme.

*

Sinon les hirondelles étaient là ce matin. C’est le printemps bien avancé…

partager

« un joyeux pas de côté »

Et voilà, ça reprend : rencontres, salons du livre, la saison démarre. Ma carte voyageur SNCF va chauffer !

***************

La Revue des Livres pour Enfants a aimé Super-Louis 🙂

Super Louis - Revue des livres pour enfants

****************

Sinon, je ne vais pas faire un coup de gueule tous les jours, mais quand même, quand j’entends sur France Inter (la semaine dernière), le grand patron d’Hachette dire : « le salon du livre de Paris est plus tourné vers la BD et la jeunesse que vers la littérature », mon sang ne fait qu’un tour. Bien, bien, bien… Je me rappellerai de cette phrase lorsque j’entendrai quelqu’un dire : mais enfin, les écrivains n’ont pas à vivre de leur plume, il leur faut un revenu complémentaire. Je pourrai rétorquer : en quoi cela me concerne-t-il, puisqu’on ne me considère pas comme un écrivain ?

Reconnaissance ou argent ? Les auteurs de romans jeunesse n’ont droit à ni l’un ni l’autre…

manifestation_auteurs_reforme_retraite_Salon_livre_Paris

(Je ne serai pas au salon du livre de Paris mais je soutiens les actions de différentes organisations d’auteurs : Pas d’auteurs, pas de livres).

partager