Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Vous regardez articles du Net

les premières réactions à Nos éclats de miroir

Merci à toutes et tous…


Articles de presse :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-d’écran-2019-01-20-à-17.32.00.png.
Je Bouquine de janvier 2019
L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Capture-d’écran-2019-01-20-à-17.32.35.png.
Journal des Enfants (JDE) du 17 au 23 janvier 2019

Actualitté, 16 janvier 2019: Adopter Anne Frank comme confidente… Cette plongée dans un univers de confidence découle — l’auteure le confie — d’un fait réel. Les faits relatés sont fictifs, mais Florence Hinckel raconte qu’elle écrivait, plus jeune, à Anne Frank. Et l’émotion qui se dégage de cette démarche est pleinement perceptible d’une page à l’autre, d’une lettre à l’autre… Une correspondance à sens unique qui saura toucher, conforter, interroger.  Parce que les éclats d’un miroir sont dangereux si l’on n’y prend pas garde, autant qu’il nous permette de disperser la réalité et de la recomposer à l’envi.

Réactions internautiques :

@Chuut.je.lis (Instagram) : Une tornade d’émotions et de poésie.

@Justinouvelle (Instagram) : Une véritable pépite qui saura vous émouvoir aux larmes.

@EternalAdo (Instagram) : Florence HINCKEL comprend et raconte l’adolescence avec beaucoup de talents. Magnifique!… ! euqifingaM

Le cahier de lecture de Nathan : Un récit sensible qui dit l’adolescence avec justesse et éclat.

L’antre des livres :  Florence Hinckel nous offre une histoire touchante et intime. On s’invite dans le quotidien de Cléo, on apprend à la connaître et la voir mettre un grand coup de pied dans la fourmilière fait un bien fou ! De plus, le dialogue avec Anne Frank permet de relativiser la crise et les problèmes modernes que rencontre la jeune fille.

Méli-mélo de livres : L’écriture, magnifique, les procédés de mise en page au fil des émotions, donnent à ce roman une profondeur indéniable que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire, plaisir allant crescendo.
Un portrait à fleur de peau à la fois intimiste et universel.

Ma libraire : C’est un très beau roman d’introspection sur l’adolescence, la famille, les amis qui apparaissent au fur et à mesure de l’avancée de cette oeuvre. Il touche des points sensibles. On voit Cloé évoluer, se chercher, se découvrir et comprendre les choses de la vie.

Creezzy : Un très bon roman, qui malgré des sujets durs, reste très doux et délicat, très intime. On entre dans la vie de Cléo en se frayant une petite place, on dévore ce court roman au style prenant et fluide.

Insouciantes Mag : Nos éclats de miroir est d’une sensibilité attendrissante. On grandit aux côtés de Cléo, vibrant à chacune de ses petites aventures quotidiennes. 

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est A04A10E2-93E9-4D70-BADA-E00928298157.jpeg.
Insouciantes Mag

Songe d’une nuit d’été : Au fil de ces lignes, je me suis attachée à Cléo, à laquelle je me suis beaucoup identifiée à certains moments. C’est une jeune fille qui a le coeur sur la main et qui sait apprécier les petites choses simples et insignifiantes de la vie, à côté desquelles beaucoup de gens ont tendance à passer parce qu’ils ne prennent plus le temps d’observer le monde qui les entoure. S’il y avait plus de personnes comme elle, la vie serait nettement plus belle !

La caverne aux livres de Laety : Je suis complètement fan de Cléo. Je la trouve hyper mature pour son âge, j’aime sa façon de penser et de parler…

Le coin lecture d’Arsène : J’ai adoré ce roman plein d’émotions que j’ai lu d’une traite ! On y a aussi un rappel sur la vie d’Anne Frank ce qui donne un côté  »éducatif » sans être ennuyeux. De plus, je trouve original l’idée de s’adresser à elle. Dans ce roman, on peut suivre le personnage et le voir évoluer au fil du temps.

Petites madeleines :  J’ai aimé ce récit sans complaisance, qui peint une adolescence pleine de tourments et d’espoirs à la fois. Il y a beaucoup d’intime de Florence Hinckel dans ces pages selon elle, et le clin d’œil de l’autrice en fin d’ouvrage est un joli bonus révélateur.

Lunartic :  La complexité de l’être humain, sa dualité, sa faiblesse physique et morale, émotionnelle, sa sensibilité, sa douceur et sa sagesse aussi, sa générosité et son amour à revendre, sa capacité à se montrer des plus surprenants, dans le meilleur comme dans le pire de son être, toutes les couleurs de l’humanité avec un grand Hsont utilisées par Florence Hinckel dans ce roman, à bon escient et à leur maximum d’éclat.J

Lire permet de s’évader : J’ai adoré retrouver l’écriture de Florence Hinckel, dans un livre étant moins une critique de la société par des inventions aux allures futuristes mais actuelles, mais bien plus sensible et attachant. Le personnage de Cléo a ses bizarrerie dans ses réactions mais le fait que l’auteur parvienne à nous expliquer toutes celles-ci (en pourtant si peu de pages), nous empêchent de les critiquer réellement. Alors un grand merci à elle pour ce très beau roman !

Nouveautés Jeunesse : J’ai bien aimé ce titre car il laisse des blancs et des trous et permet ainsi au lecteur d’y glisser ses propres soucis. Enfin il reste très positif et présente l’écriture comme un chemin de construction.

Nanou bouquine : Le livre nos éclats de miroir traite avec merveille de la difficulté d’être adolescente, des premiers émois amoureux, du mal que certains pseudos amis peuvent nous faire sous couvert de blagues.

Croqu’livres : Nous avons accès à une oeuvre intime et très riche, littérairement parlant.

Culturevsnews :  Ce livre nous emporte à travers le sentiment et réactions de Cléo sur ce carnet. Les adultes peuvent être mieux à même de comprendre les adolescents d’aujourd’hui. Ces préoccupations sont en partie les mêmes que celles de leurs parents au même âge, mais le contexte sociologique et technologique est bien différent (place des échanges virtuels…). Cette lecture est très agréable et on lit le roman d’un traite.

Les coups de coeur de CM et sa maman : C’est un récit, à la fois intime et sensible, porté par une écriture magnifique, qui donne envie de prendre sa plume et de commencer un journal.

Les jardins d’Hélène : Un journal intime qui devrait séduire les jeunes à partir de 12 ans, et qui pourrait leur donner l’envie de faire de même pour exprimer leurs joies et leurs peines.

partager

parution du Grand Saut Tome 3

Le Grand Saut Tome 3 est paru hier !

Pour celles et ceux qui l’ignorent, c’est quoi, Le Grand Saut ? Cette trilogie est un récit que j’ai voulu le plus contemporain possible pour les jeunes de 17-18 ans : alors que depuis trois jours tous les lycéens de terminale sont rendus fébriles par les résultats de #Parcoursup, mes personnages ont connu les mêmes affres dans le tome 2 et vivent leur destin décidé en partie par la grâce d’un logiciel dans le tome 3 : Sam en fac de droit à Assas, Alex en licence de maths à Marseille, Marion en maths sup à Paris, Rébecca en licence arts du spectacle à Paris, Iris en fac de lettres, et Paul… Ah ah, grosse surprise pour Paul, vous verrez !
Eveil politique, bizutage sexiste, renforcements de vocation ou au contraire désillusions, quêtes identitaires ou familiales, des poèmes, des chansons, des chutes et des envols, et même la présence d’un écrivain célèbre dans l’une des scènes … Je pense qu’il y a de quoi vibrer avec mes 6 jeunes adultes.
Alors, prêts à sauter à pieds joints dans leurs émotions ?

 

****

Et on peut déjà lire une chronique sur ce tome 3 du Grand Saut, qui est… waouh…. (je ne suis que bonheur et joie) : « Merci Florence pour toutes ces émotions, pour les rires et les larmes, pour le cœur qui bat un peu plus fort, qui parfois s’est arrêté, le temps d’un instant, merci de m’avoir rappelé comment c’était d’avoir dix-huit ans, terrifiant mais enivrant de liberté et de possibilités. Il est temps pour moi comme pour les personnages, de fermer les yeux un instant, d’inspirer un coup, de prendre mon élan et de faire Le grand saut.  » Merci à vous, The Anna Shaw !

Grand merci aussi à Allan qui sur Instagram a écrit, à propos du T1 : « J’ai hésité à mettre un filtre bleu et vous dire « sous un filtre bleu se cache un ciel gris ». Ce serait vous dire ce que vous devez deviner en lisant ce livre. Une putain de merveille… Le genre de livres sur les ados qui ne passe pas inaperçu puisqu’il comprend les ados… Ce livre est à dévorer…  » Allan, c’est Daaquo Jil, un étudiant qui m’avait déjà beaucoup émue car il était venu me voir à Lire en Poche et avait fait l’aller-retour Toulouse-Bordeaux dans le week-end pour ramener et me faire dédicacer U4.Yannis !

Je ne sais pas si on a les lecteurs et les lectrices qu’on mérite, mais rien que ces deux-là me donnent des ailes…

partager

les dernières nouvelles

Plein de choses à vous dire !

D’abord, la table ronde de la semaine prochaine sera sous le signe de la musique. « Jeune public, jeune musique : quelle création musicale pour les enfants ? ». Une vraie bonne idée qui m’intrigue : confronter l’écriture musicale pour jeune public, représentée par la compositrice Coralie Fayolle, avec l’écriture littéraire pour la jeunesse, représentée par… moi. Ce sera jeudi, de 10 à 12h, au théâtre des Bernardines à Marseille. Tous les renseignements ici.

 

******

Au rayon des prix…. Vous ai-je dit que #Bleue avait reçu son 13e prix ? Il s’agit du prix Vendée Lire. Hélas, je n’ai pas pu être présente lors de la remise des prix, mais on m’a envoyé les articles de presse qui en parlent. Et en plus, il semblerait que je vais recevoir un trophée par la poste ! Comblée, je suis…

 

Quant à Traces, toujours aux éditions Syros, il est sélectionné une 6e fois, cette fois pour le prix des Dévoreurs.

 

******

Au rayon des chroniques…

Le Grand Saut poursuit son chemin de lecture chez vous, autant le tome 1 que le tome 2. Plein de nouvelles chroniques, recensées ici pour le tome 2.

 

L’une des images choisie par la blogueuse La Tête en Claire pour illustrer Le Grand Saut 

Petit aperçu des dernières chroniques parues, en plus de celles que j’ai déjà partagées sur fb :

La caverne aux livres de Laety : Ce que j’adore dans cette série, c’est qu’elle est hyper réaliste. En la lisant, j’ai replongé dans mes souvenirs de mes années lycée. On se reconnait forcément dans les personnages et les situations auxquelles ils sont confrontés, on les a toutes vécues pour la plupart à un moment ou un autre. De plus, je trouve que les thèmes abordés sont hyper importants, notamment en ce qui concerne le handicap et l’homophobie…

Les chroniques de Madoka : Un deuxième opus très réussi et addictif !!… Nous reprenons donc la suite des aventures du groupe d’amis mais qui semble ne plus être aussi uni qu’avant… Nos héros vont devoir affronter leurs problèmes pour espérer s’en sortir au mieux… Bien écrit, on suit les aventures de ces lycéens avec beaucoup de curiosité et de plaisir. A découvrir sans attendre !

Les enfants à la page : Florence Hinckel signe un nouveau tome touchant… Une histoire qui dresse des portraits d’adolescents confrontés à des difficultés diverses : handicap, séparation des parents, amitié toxique… Des personnages, en quête de leur identité, en plein questionnement sur leur futur (avec l’épreuve du bac qui approche…). Les lecteurs pourront facilement se reconnaître en eux et dévoreront ce roman…

Culturevsnews : Notamment grâce à la qualité de son écriture et à la justesse des profils des personnages ce second tome nous emporte à travers les sentiments et réactions de ces protagonistes, les adultes peuvent être mieux à même de comprendre les adolescents d’aujourd’hui. Ces préoccupations sont en partie les mêmes que celles de leurs parents au même âge, mais le contexte sociologique et technologique est bien différent (place des échanges virtuels…).
Cette lecture est très agréable et on prend rendez vous en mai 2018 pour le tome 3.

Sous le feuillageToujours autant d’émotions et de personnages touchants, de bons ingrédients d’un roman dit Young Adult qui mise surtout sur le réalisme et l’émotionnel plus que le sensationnel. On sent une pointe de nostalgie à la fin lors de la séparation avec le lycée qui était une sorte de cocon. Qu’adviendra-t-il de chacun et de leur avenir dans le tome 3 ?

Ombeline sur Goodreads : Un tome deux tout aussi bien que le premier. L’attente va être longue jusqu’en mai... J’ai aimé être dans la tête des trois autres personnages, maintenant j’en sais autant sur chacun d’eux. J’ai hâte de savoir comment chacun va évoluer maintenant que le lycée est fini !

Les lectures de Mylène :  J’ai aimé une nouvelle fois être dans la tête de ces six lycéens qui doivent traverser des tempêtes. Il y a ceux qui demandent de l’aide, ceux qui veulent se débrouiller par eux mêmes, ceux qui nient les problèmes et on ne peut que se reconnaitre dans certains traits de caractère… j’ai adoré le rythme de ce second tome qui ne nous laisse jamais souffler. La fin apporte des réponses mais relance aussi l’intrigue pour le dernier tome !
Kymati : Des jeunes qui se cherchent , qui s’interrogent sur leur avenir. Un milieu, des caractères et des personnalités différentes qui n’affectent en rien leur amitié. Un récit qui touchera tant les plus jeunes que les fans de Young Adult.

VDBook : Notamment grâce à la qualité de son écriture et à la justesse des profils des personnages ce second tome nous emporte à travers les sentiments et réactions de ces protagonistes, les adultes peuvent être mieux à même de comprendre les adolescents d’aujourd’hui. Nos héros vont devoir affronter leurs problèmes pour espérer s’en sortir au mieux… Cette lecture est très agréable et on prend rendez-vous en mai 2018 pour le tome 3.

Merci à toutes et tous ! ❤️❤️ (petit coucou spécial à celles et ceux qui m’écrivent en privé pour des messages bouleversants suite à leur lecture du Grand Saut… Ca, ça vaut tous les prix, toutes les récompenses…)

******

Au rayon de l’écriture…

Je suis au beau milieu de l’écriture du tome 4 de ma série Mona, chez Rageot. Eh oui, Mona est en 3ième désormais, et ce tome va clore le cycle du collège. Il va se passer bien des bouleversements, vous verrez…

Ensuite, les projets ne manquent pas et je piaffe en attendant de les réaliser. Le prochain sur la liste sera un nouveau roman d’anticipation auquel je pense depuis de longs mois…

Bonne fin de week-end à vous, profitez-en bien !

partager

apprendre l’empathie avec la science-fiction

Je partage ici l’une des chroniques les plus complètes et les mieux documentées qui ait jamais été publiée sur mon roman #bleue. De plus, elle est très bien écrite. J’ai rencontré Colin Pahlish à Genève, il s’occupait de la modération d’une table ronde avec Alain Damasio, et moi-même (Colin est assistant diplômé, section de français de l’Université de Lausanne). C’était un vrai beau moment, très enthousiasmant et plein d’échanges.

Il signe aujourd’hui cette chronique sur la plateforme consacrée à la recherche de la Haute école pédagogique, et ses mots me projettent dans cette ambiance suisse incroyable, en compagnie de chercheurs ouverts et passionnants, lors de mon séjour à Genève en mars. Et, je dois bien le dire, jamais (non, jamais) je n’ai ressenti autant de considération pour la littérature jeunesse que parmi ces gens-là. Pour eux, il est évident que nos romans jeunesse ont autant de valeur que les romans de littérature générale. Ils ne sont pas moins intéressants dans leurs réflexions. Et vous verrez en lisant cette chronique  qu’ils ne nous soupçonnent pas d’écrire nos romans avec moins d’intentions et d’influences politiques, sociologiques, philosophiques ou éthiques que nos collègues de littérature générale. Et vous savez quoi ? Ca fait du bien d’être pris au sérieux, à ce point-là. Ca fait du bien qu’on comprenne si bien d’où vient son roman.

La chronique a pour titre La douleur apprivoisée. Apprendre l’empathie avec la science-fiction : les vertus de #Bleue, et on la trouve ici.

Extraits :

« Attaquant tant le phénomène de surmédicalisation des individus que les dogmes du néolibéralisme économique, le récit de Florence Hinckel, sous couvert d’imaginaire ou d’anticipation, nous offre une réflexion sur l’un des enjeux fondamentaux du vivre ensemble postmoderne. »

« Si #Bleue raconte la poursuite d’un fantasme remontant à l’époque antique, celui d’un désinvestissement radical vis-à-vis du monde et de la souffrance qui l’habite par l’élagage des affects, c’est pour mieux nous confronter à ses conséquences glaçantes »

« Hormis une évidente puissance critique, il est nécessaire de s’interroger sur ce que de plus jeunes lecteurs pourront retirer de ce texte. Il me semble que, sous plusieurs aspects, celui-ci figure les étapes ou les points d’achoppement d’un apprentissage du rôle et de la valeur que revêt l’empathie dans la vie. »

« Loin d’alimenter (seulement) le plaisir de lecture, le recours aux codes de la science-fiction trouve chez Florence Hinckel une justification et un déploiement particulièrement actuels. En mettant en scène l’un des dilemmes éthiques et comportementaux essentiels de l’adolescence, son roman procède à un diagnostic du lien social contemporain, et démontre la pleine légitimité de la littérature jeunesse à prendre part à un art politique. » 

partager

4 mois d’U4 en 4 réseaux

4 mois, très exactement. Cela fait 4 mois que les 4 romans U4 sont parus, et c’est joli tous ces 4.

Comme c’est la fin de l’année, j’ai envie de rendre hommage aux acteurs des réseaux sociaux, qui, s’ils n’ont pas l’impact de la radio mais surtout de la télévision (réseau 1) ou des articles de presse (réseau 2), ont tout de même contribué largement à faire connaître U4.

Petite précision : ici je veux parler des réseaux hors-chaîne du livre, voilà pourquoi je n’évoque pas la promotion des libraires dont le rôle a été prépondérant.

Il y a bien sûr de super-blogueurs (réseau 3, souvent aussi sur Facebook, et souvent aussi booktubeurs). Personnellement, j’aime aussi beaucoup les instagrameurs (réseau 4 – à lier avec twitter, tumblr, etc…), qui font parfois preuve de créativité dans leurs prises de vue. Et je préfère mille fois leur façon de partager leurs plaisirs de lecture, sans prétention (chaque image est suivie de discussions à bâtons rompus), à celle des communautés de lecteurs qui ne peuvent pas s’empêcher de demander aux blogueurs de NOTER les ouvrages (ils s’en passent pourtant très bien dans leurs chroniques, en général). Je mets « noter » en majuscules tellement cela me paraît aberrant (même si les 4 U4 furent excellemment bien notés), un peu comme si nous les écrivains nous fournissions des rédactions à des hordes de profs sanctionneurs ou félicitants. Mon idée de la littérature est un peu éloignée de cette façon de lire et d’apprécier les romans, toujours subjective. Message de fin d’année aux Babelio et autres Livraddict : ne peut-on pas imaginer vos sites, par ailleurs très bons et essentiels à la vie culturelle internautique, sans une notation qui me paraît indigne des lecteurs de qualité qui composent vos rangs ?

Voici donc en images et dans l’ordre 4 mois d’Instagram autour de U4. Yannis. Que mes co-auteurs ne m’en veuillent pas, je n’ai pas eu le courage de collecter aussi les images de leurs romans seuls, tout aussi nombreuses. Alors regardez, ça commence il y a 17 semaines par une belle image de U4.Yannis sous forme d’épreuves non corrigées, qui patiente sur une chaise, puis… :

Merci à tous ces bookstagrameurs, dont un fameux :

IMG_1689

Merci à lui ! J’ai beaucoup aimé la simplicité avec laquelle il a partagé ce plaisir de lecture.

Question photos, j’avoue une préférence pour celle postée sur Facebook par Eva Coly (non mais regardez ce chat !) :

IMG_1688

Pour moi, c’est elle qui remporte la palme de la plus chouette photo.

Encore merci à tous pour ces 4 mois intenses. Rendez-vous l’année prochaine avec des photos je l’espère toujours plus créatives (c’est un peu un défi que je vous lance !).

partager

où il est question de bleu, de vert, de rouge, de noir… et d’impatience !

Voilà, le mois de juin touche à sa fin ! Peut-être mon mois préféré dans l’année. C’est durant ce mois qu’apparaissent les cigales, les martinets, que les bains de mer se font plus réguliers, que les petits-déjeuners derrière les persiennes où filtre le soleil sont un bonheur supplémentaire (et où, on l’aura compris, je suis encore plus heureuse de vivre où je vis). C’est aussi le mois des galas de danse, tombolas, concerts, kermesses. Le mois où la pression se relâche, où davantage de gens sourient. Et pour nous une fin d’année doublement particulière : mon fils quitte l’école primaire pour le collège et ma fille le collège pour le lycée. Deux grands sauts !

Le mois où, aussi, on n’a pas le temps de grand-chose. Je prends enfin celui de faire un point sur la vie de mes livres, et sur les réactions de mes lecteurs.

Allez, je commence par #bleue !

couvbleue

#Bleue est sélectionné pour 4 prix : 

Sélection Prix littéraire de la citoyenneté 3e/2nde 2015/2016 (Maine-et-Loire)

Sélection Prix Passerelles 3e/2nde 2015/2016

Sélection Prix Tapages 3e/2nde 2015/2016

Sélection Prix Livre en tête catégorie « ados » 2015/2016

Et bénéficie de nouvelles chroniques sympathiques :

Whalzz : J’ai trouvé le message transmis par ce livre plutôt profond quand on considère que c’est un roman destiné à un public très jeune. Je le recommande sans hésiter aux ados pour prendre un peu de recul face à ce que notre société devient et pour toujours rester eux-mêmes, que ça plaise ou non aux autres.

La vie des livres : J’ai adoré ce roman qui traite de la douleur, assez complexe par rapport aux répercussions qu’elle peut amener dans une vie, mais qui est amenée avec beaucoup de justesse et d’intelligence. On voit parfaitement où l’auteure veut en venir à mesure que l’on avance dans l’histoire. L’idée de l’oblitération est excellente et  bien exploitée pour captiver ainsi que faire passer le message.

Entre nous : Un roman révoltant car tout à fait plausible! Une histoire fort bien écrite et qui nous montre que l’excès n’a aucune limite.

La littérature jeunesse de Judith et Sophie : Florence Hinckel nous offre ici encore un bon roman de science-fiction qui invite à se poser quelques questions et surtout celles de nos limites…

Librairie Le Goût des mots : Un roman au suspense glaçant, fort et engagé. A lire tous portables et ordinateurs éteints !

#bleue est l’un des choix de lectures d’été 2015 fait par la librairie Mollat de Bordeaux.

*********

Quatre filles et quatre garçons continue de me valoir des lettres et messages de lectrices très, mais alors très émouvants.

4F4Gvign

Un merci immense à Prune, 12 ans, pour son long mail magnifique, qui parle aussi de Théa et de #bleue et qui se termine ainsi :

« Vous serez toujours présente dans mon cœur, {du moins, vos livres} et je vous encourage à nous raconter des histoires encore et encore, jusqu’au jour où vous ne pourrez plus.
Parce que ça nous fait rêver. 
Parce que ça nous fait vivre. 
Tout simplement, merci. »

Pfou, comment ne pas écraser une larme ? Merci aussi à Jeannelire pour ses tweets tout aussi émouvants (à voir sur Twitter, donc !) et sa très chouette chronique sur son blog Mon île aux livres : J’ai lu ce livre lors de ma dernière semaine de troisième, et donc du collège. Alors forcément, revivre ma dernière année à travers cinq cent pages m’a particulièrement émue. J’ai trouvé la façon dont Florence Hinckel a traité cette dernière année  de collège très sincère et juste.  Tout d’abord, le livre est français. Forcément on retrouve les mêmes objectifs à la fin de cette classe charnière et le même système éducatif. Parfois, lorsque l’ouvrage a été traduit, on a plus de mal à s’y reconnaitre (je parle du point de vue scolaire bien sûr !). L’écriture de l’auteure est fluide et douce, et varie à merveille en fonction du personnage. Bref, une très bonne lecture, émouvante, avec des personnalités et des vies très variées.

Et deux nouvelles chroniques sur la blogosphère :

Deux paillettes (blogueuse ado) : J’ai A-D-O-R-E ce livre ! Il est vraiment tout simple : c’est la vie courante de huit collégiens, mais j’ai pris énormément de plaisir à le lire ! Le fait que le narrateur change régulièrement, ça m’a beaucoup plu car chacun donne son opinion … On se reconnaît un peu dans chacun d’eux … Je trouve qu’ils ont chacun un style d’écriture très différent ! La lecture est très simple, il est très captivant et on a du mal à le lâcher !  Je le conseille vivement ! 

L’aviscoccinelle (blogueuse ado) : J’ai adoré découvrir tous ces personnages, tous différents les uns des autres. Les parties prennent vraiment en ampleur au fur et à mesure des pages, et même si je ne savais pas tellement où me placer au début de ma lecture, j’ai été conquise ! On se laisse bercer par cette bande d’amis qui ne veulent surtout pas être séparés et qui font tout pour rester ensemble. En plus de cela, les thèmes abordés, généralement sérieux, peuvent toucher tout le monde et c’est bien qu’ils soient amené avec légèreté. Un beau « J’adore ! », proche du coup de cœur !

*********

Hors de moi émeut aussi :

hdm200

coupdecoeur1Coup de coeur de Plaisir de lire :  … un joli petit coup de cœur. Malgré une première partie assez déroutante et pas forcément engageante, la suite est une pure merveille. Le sujet est tellement bien abordé et en même temps de façon un peu timide. Mais je trouve que cela colle parfaitement au personnage de Sophie, dont nous avons le point de vue interne. Une belle histoire assez émouvante et touchante. Je suis ravie de voir que pour une fois, la quatrième de couverture garde complètement la jolie bombe dans l’ombre. Quant à moi, je vais sûrement lire bientôt la sorte de suite qui est sortie avant.

Mais aussi :

Pause loisirs : Ce roman plein d’émotions permet aux lecteurs de faire face à une situation difficile mais pourtant bien réelle.

********

Mais je suis heureuse aussi quand je fais rire ! Et c’est le cas avec Le Chastronaute !

chastronaute200px

 

Les lectures d’Alexia : Il y a pas mal de rebondissements, qui tiennent en haleine le lecteur. Les petites illustrations qu’on trouve tout au long du livre sont très chouettes. Pour conclure, une lecture bien sympathique et rigolote.

Joanskingdom : Mes enfants et moi-même avant bien aimé cette petite histoire. Une petite découverte assez sympa.

samuserensemble : On a aimé :

  • Découvrir une nouvelle aventure de Pitre
  • Que le point de vue soit celui du chat, avec le décalage que cela crée, les humains ne sachant pas qu’il les comprend
  • L’humour et les jeux de mots

Juste one more page : Un petit roman très drôle, truffé de situations cocasses, et d’un chat qui ne rêve que d’une chose: sa tranquillité. A mettre entre toutes les mains des enfants qui aiment les animaux, c’est-à-dire tous.

********

Et puis je l’avoue, « j’espionne » les discussions entre blogueuses sur Instagram. Passionnant de les voir s’échanger leurs avis sur la lecture des épreuves non corrigées d’U4 ! D’autant plus que les maisons d’édition ont joué un jeu pervers : elles n’ont envoyé que 2 romans sur les 4 un peu au hasard. Et du coup, avec un délice sadique (oui, les auteurs sont encore plus pervers que les éditeurs), je les vois piaffer d’impatience dans l’attente de lire les 2 romans qui leur manquent. Hé hé hé, patience !

u4

partager