Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Lecture #113 : Kill all enemies

Par Posted on 0 Aucun tag 0

Comme promis (à moi-même), j’ai repris mes bonnes habitudes de bibliothèque, où j’ai toujours adoré découvrir des livres qui ne soient pas des nouveautés (les nouveautés, je les achète, généralement). La pratique de choix de lecture en bibli relève plus du butinage que du choix conscient, et c’est un grand plaisir. (J’y choisis plus facilement aussi des romans graphiques et me suis notamment régalée avec La tectonique des plaques de Margaux Motin.)
Et donc, ô joie, suis tombée sur un Melvin Burgess que je n’avais pas lu : Kill all enemies.


(En photo la couv française et la couv anglaise, que je trouve plus efficace).


Cet auteur ne me déçoit jamais, et cette fois encore il a réussi à me toucher en plein coeur. Ce que j’aime chez lui c’est qu’il est toujours du côté des jeunes (et il parle ici des ados, pas des YA), sans craindre d’accompagner son propos d’une charge assez féroce en direction de l’institution et du système. Il m’a sérieusement arraché des larmes, le bougre ! Et j’adhère totalement au propos : un jeune qui en bave à la maison a peu de chances d’être sauvé par le système… voire ce dernier l’écrabouille. De quoi nourrir encore ma réflexion sur le sujet, car je n’ai pas fini d’en parler dans mes romans…
Melvin Burgess serait-il mon auteur jeunesse préféré ? Des autrices le surpassent dans mon coeur (Meg Rosoff, par exemple, ou bien Marie-Aude Murail et Susie Morgenstern), mais côté auteurs, je crois qu’il est en haut de mon palmarès personnel…

partager

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.