Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

ouf

La torpeur baby-bluesesque qui suit la fin de l’écriture de La Ligne 15 : j’ai choisi au début de l’assumer complètement, d’en profiter pour lire, lire, lire, regarder quelques bons films, profiter du printemps, la douceur des soirées longues, les amis que l’on voit plus souvent, les enfants qui dorent au soleil en riant… Mais au bout de quinze jours qui parurent quinze ans j’ai réalisé que je ne faisais que me voir vieillir en vivant ainsi, en profitant de la vie simplement ! Dans l’affolement naissant je me suis tournée davantage vers le monde : grands dieux, pitié pour le monde. J’ai esquissé des projets pour m’y jeter davantage : redevenir enseignante ? Je caresse souvent cette idée, car j’aime ce métier, j’aime les enfants, j’aime les ados, j’adore leur énergie, et j’aime transmettre. Mais lorsque je discute avec mes amies instits, épuisées, impuissantes, pleines de bonne volonté écrasée, l’idée me quitte rapidement. Ne serais-je pas plus utile ailleurs, autrement, et en souffrant moins ? (Je ne parle que pour moi, je sais que certains enseignants que je juge super-héroïques se donnent dans leur métier avec une telle foi qu’ils n’en souffrent pas, malgré la très évidente volonté gouvernementale de leur compliquer la vie. Total respect).

C’est à ce moment-là que quelque chose enfle et monte, quelque chose de conséquent à tous ces états-là, accompagné d’une forme de soulagement. Enfin la vie a un sens, ou bien je vais lui en donner un. C’est cela qui monte, le désir de sens et de projection dans le monde, de la façon la plus personnelle qui soit, la plus libre possible, donc la plus heureuse. Les choses montent, il reste à les laisser émerger, y faire le tri, les transformer. Ecrire. Ouf.

partager

« Si vous voulez dire la vérité, faites rire vos lecteurs… »

Par Posted on 0 Aucun tag 0

« … sinon ils vous tueront. » Il paraît que c’est d’Oscar Wilde, mais rien de sûr. J’aime bien cette phrase.

Y’a comme ça des citations voire des sentences qui se promènent de bouches à oreilles, de blogs à sites, d’écrans à fenêtres, de conscients à inconscients, et qui facilement nous confortent dans nos petites satisfactions. Faudrait juste pas éviter de lire des bouquins avec un peu plus de mots, afin d’affiner un peu tout ça.

partager

mais ici c’est un slog

S’émerveiller pour de petites choses est sans doute une chance de nos jours, comme toujours (ne diabolisons aucun présent). Aujourd’hui, je suis contente parce que j’ai appris un mot nouveau, qui, cerise sur le gateau numérique, me permet de mieux nommer ce lieu. Je l’appelais jusqu’à présent faute de mieux site-blog. Fallait y penser, et on y a pensé avant moi, il suffisait de contracter ces deux mots, et hop ça donne slog. C’est joli, ça siffle, ça s’enroule, ça se déroule sur la langue, ça se dépose, plop, sblorb, glob, c’est un slog.

partager