Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag Ateliers d’écriture

ateliers de toutes écritures

Désir de parler d’un livre dont je me délecte et où j’apprends beaucoup.

Animer des ateliers d’écriture est un sujet de réflexion ancien, pour moi. Mon mémoire de professeur des écoles portait sur ce sujet, et en tant que professeur des écoles j’en ai d’ailleurs mené beaucoup, au début sans comprendre à quel point j’étais moi-même déjà écrivaine, mais comprenant cependant que je ne menais pas les choses tout à fait de la même façon qu’une autre enseignante. Puis durant une année entière,  j’ai suivi en tant que participante un atelier d’écriture à la bibliothèque de Marseille, où de multiples révélations personnelles et créatives se sont opérées. Atelier gratuit, nous étions nombreux et j’adorais la diversité que cette gratuité amenait. De la femme enceinte (ce que j’étais alors moi-même) au chômeur ou au retraité, chacun avait le désir et surtout le droit d’écrire… ensemble. J’ai découvert des déclencheurs d’une efficacité surprenante, et que j’ignorais malgré mes recherches dans le domaine – trop orientées vers l’enseignement et l’enfance. Le cut-up de Burroughs ou le mot par minute, entre beaucoup d’autres, m’ont ouvert des horizons.

J´ai lu de nombreux livres, pas seulement mais surtout axés sur les ateliers à destination des plus jeunes ou des ados, que je mène parfois. Et j’avoue une sorte de saturation devant les poncifs oulipiens, la fascination face au schéma de Propp, ou les multiples variations issues de la Grammaire de l’imagination de Rodari. Je sens aussi depuis longtemps qu’on pouvait s’inspirer de Pérec de façon beaucoup plus large qu’avec de simples consignes oulipiennes. Bref, j’avais besoin d’aller au-delà de tout ça, motivée en premier lieu par des ateliers que je vais devoir mener cet été durant toute une semaine avec des ados.

C’est ainsi que j’ai eu le désir de m’orienter vers un bouquin qui ne serait pas un énième livre de recettes ou réservoir de fiches, et que j’ai eu la chance de tomber sur Tous les mots sont adultes de François Bon.

tous-les-mots-sont-adultes

C’est à l’origine une phrase de Blanchot, et on redécouvre et suit et s’inspire de bien d’autres écrivains dans cet ouvrage, et pour commencer, justement, de Pérec, et enfin de façon jubilatoire et nouvelle pour moi. En somme c’est enfin une remise à niveau vers l’essentiel : la littérature. Et puis, attention, il ne s’agit pas que d’ateliers d’écriture à destination des adultes, mais aussi à destination des ados.

De toute manière c’est un plaisir de lecture, parce qu’un plaisir de côtoyer ces grands auteurs français, au fil d’hommages et de cercles intimes et universels.

Et c’est peut-être d’abord une réflexion sur la littérature.

–––-

Parler aussi de ce bonheur durant les rencontres, ce vendredi, avec des classes de seconde en région parisienne (pour Lire@Senart). Les regards étaient brillants d’intelligence et d’intérêt, les questions étaient pertinentes et profondes, le désir d’en savoir plus, réel. J’ai adoré discuter avec vous, jeunes gens !

––––-

Et puis il se passe des choses bizarres, limite schizophrènes, comme apprendre qu’on parle de son bouquin dans un magazine dont la couverture ressemble à cela :

416296604_370

Rappelons-nous : tous les mots sont adultes ! Cool Magazine est en tout cas le magazine le plus lu par les teenagers du Canada. Qu’a pensé Rihanna de Théa pour l’éternité ? J’aimerais bien le savoir !  Comment ça, elle ne l’a pas lu ? En attendant, un journaliste l’a  résumé en ces termes :

thea_pour_leternite-syros-cool_magazine

Et on parle encore de Chat va faire mal ! :

Calypso : Un petit roman illustré, facile à lire et amusant.

Samuserensemble : On a aimé : L’humour et les nombreuses péripéties abracadabrantes de ce roman – Le narrateur, un chat plutôt prétentieux mais attachant et loyal – Les illustrations sympathiques en début de chapitre.

Un souffle sous la plume  : Florence Hinckel revient avec Pitre dans un troisième volet hilarant et plein de rebondissements inattendus. Entre le kidnapping et une errance incessante, Pitre n’est pas sorti de l’auberge. Et pourvu qu’il n’en sorte pas trop vite car ses aventures sont une vraie partie de plaisir, un charmant divertissement accompagné d’illustrations évocatrices qui donnent envie de trouver notre propre chat Pitre.

partager