Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag livre jeunesse

mots vivants

L’équipe du Goût de lire a lancé le 3e salon du livre en Pays d’Apt ce 9 décembre. A cette occasion, des extraits des livres des auteurs invités en mai ont été lus devant un public de libraires et autres.

C’est touchant de recevoir les images de son livre en train d’être lu. Cela accentue cette impression (juste – et émouvante) qu’il a vécu et qu’il vit sans moi.

partager

L’autre jour avec des amis je parlais de qualité de présence. Etre là, ici, maintenant, beaucoup disent que c’est le secret du bonheur, ce qu’on peut décliner selon bien des philosophies. Je l’ai longtemps compris comme réussir à ne pas se complaire dans le passé ni vivre uniquement projeté dans le futur. Mais je crois (je peux me tromper) que ce n’est pas seulement ça, et cela je l’ai compris il y a peu de temps. Bizarrement, cet animal m’a menée vers cette sensation-intuition-compréhension, j’en suis sûre. Non mais regardez-moi ce regard, cette pose :

Ne dit-il pas de tout son être d’animal : je suis là ?

——————

Sinon, ô joie, ô félicité, mon tout nouveau roman tout neuf a été accepté hier. Je doutais quand même pas mal et de plus en plus durant la lecture de la chose en question par mon désormais tout nouveau directeur de collection (merci merci !). Mais ouf, c’est bon, et cela éclaire quand même pas mal une journée. Bon, je vous reparlerai de tout ça.

En attendant, terminez bien vos vacances et n’oubliez pas qu’au-delà d’Halloween ne se bousculent pas nos morts : ils reposent.

 

partager

douceur et chuchotements

Sur le blog de Lala Lit Lalère (Sophie Morrissette, auteure jeunesse et chargée de cours en littérature jeunesse), une jolie critique encore de L’été où je suis né :

J’aime ce livre parce qu’il est beau, il est doux. La couverture est fraîche; de l’eau qui coule sur des cailloux.

Léo a grandi dans une famille adoptive aimante. Il a des amis et il ne manque de rien. En fait, il manque de tout parce que sa mère biologique lui manque. Il ne l’a jamais vu parce qu’il a été adopté dès sa naissance. Elle n’a même pas de nom. Il l’appelle X.

X est partout. Il lui parle sans arrêt, dans sa tête, pour comprendre la vie. Mais il ne comprend rien. Il ne comprend surtout pas comment elle a pu partir en abandonnant son bébé.

L’eau coule sur les cailloux. Léo vit des expériences. Il rencontre l’amour, il met en péril l’amitié avec son meilleur ami, il s’éloigne de ses parents adoptifs.
Son amour pour Xavière va le bouleverser, le faire patauger et enfin immerger.

L’eau coule encore et encore, elle polit les cailloux, elle en adoucit les angles.

C’est un roman pour filles parce qu’il éveille, en douceur, la conscience par rapport à leurs corps, à leur sexualité. Il montre à voir, intelligemment, les conséquences d’une grossesse non désirée. Ce roman murmure à ses lectrices qu’elles ont le droit de ne pas « aller plus loin ».

Appréciation: Une source de douceur et de chuchotements bienfaisants au milieu du « beat » ambiant.

 

Merci, chère Sophie.

partager

un sixième d’éternité

Je trace, il m’en reste un sixième à peu près (je suis précise, hein ?), mais c’est le meilleur moment, quand je vois les choses se dénouer tout naturellement, que toutes les balises que j’ai disposées tout au long du texte trouvent tout leur sens (beaucoup de tout dans cette phrase, mais c’est un tout grand soulagement après tout). Ouf.

Il n’empêche que je ne sais pas à quel point le destin et le caractère des héros ou héroïnes n’influent pas sur l’auteur. Si j’ai le sentiment ces temps-ci d’être dans la « peau » minérale et froide d’une petite pierre à la très longue vie, n’est-ce pas à cause de Théa, que je fais parler chaque jour ? Cela dit, cela a quelque chose de très doux et reposant. Laissons le temps s’écouler sur nous, nous éroder très lentement… Après le mot fin, j’irai me plonger dans l’eau froide et m’ébrouer.

partager