Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag écriture

le chat Beauté : « un pur délice ! »

Encore trois avis sur Le Chat Beauté (thanks a lot à vous ô lecteurs bienveillants !) :

« J’avais adoré le premier tome, et ce second est tout aussi génial. Pitre nous raconte tout ce que lui font vivre ses maitres et c’est drôle car tout est vu du point de vue du chat. Et la petite cerise sur le gâteau est sans nul doute la petite gué-guerre entre Jérôme et la voisine, et par la même occasion celle entre Pitre et Malo. Très cocasse !
La lecture est facile, tout à fait indiquée pour des enfants de 8 ans, et le texte largement chapitré pour faire des pauses. C’est simple et drôle, tout ce qu’il faut pour plaire à un jeune public. Je recommande vivement ! » Lire en tout genre

« Cette petite histoire m’a beaucoup plu par son sujet complètement décalé. Suivre les mésaventures de ce chat aux pensées pleines de malice est un pur délice ! Les enfants apprécieront les jeux de mots disséminés par-ci, par-là dans le texte et s’amuseront aisément des nombreux rebondissements décrits dans ce roman jeunesse… La fin est toute mignonne et bien amenée. Court et vite dévoré, il saura trouver facilement son public auprès des jeunes lecteurs ! La famille de Pitre est une famille comme les autres et ce pauvre matou drôlissime pourrait bien être le vôtre, non ? » Place to be

« Encore une histoire très amusante et pleine d’aventures pour notre amusant héros, le chat Pitre ! Les dessins qui illustrent ses aventures sont très réussis. Une belle histoire pour les 8 ans et plus ! » Les chroniques de Madoka

 

——–

Sinon ça y est ouf corrections terminées d’un roman à paraître, cette fois pour les 10-12 ans. Ça aura été un gros boulot, mais c’est réconfortant quand on est bien guidée par un bon éditeur.

Je vais pouvoir me concentrer sur mon roman pour ados en cours (décidé d’oublier tous mes doutes, tant pis, alea jacta est, au petit bonheur la chance, ô destin…). J’hésite entre deux options pour le continuer : blinder encore plus le synopsis actuel, ou bien me lancer au fil de ma folie – envie aujourd’hui d’appeler ainsi mon inspiration…. Ce sera la préoccupation de la matinée (il existe pire vie que la mienne).

Bonne journée à vous, pour beaucoup sous la neige !

partager

les nouvelles vont vite à Aubagne !

Hier soir retour à l’école Pin Vert d’Aubagne, pour la remise des recueils aux enfants. J’ai découvert moi aussi avec eux « l’objet » livre, résultat d’un très gros travail en ateliers d’écriture, et dont on est tous très fiers ! Dix nouvelles qui s’entrecroisent (un peu sur le même principe que Ligne 15 mais dans une classe de CM2), et des choses très fortes qui se sont exprimées. C’était beau de voir chez les enfants, avec ce livre entre les mains, la même émotion qu’est la mienne lorsqu’un de mes livres voit le jour…

Florence Hinckel, auteur jeunesse

partager

le temps en double

J’ai écrit La Ligne 15 en me calquant sur le calendrier de l’année scolaire 2010/2011. Puisque la série s’étend de septembre 2010 à juillet 2011, et que j’ai terminé de l’écrire, je peux relire ce que j’ai écrit et qui se déroule normalement… maintenant ! Etrange impression de vivre le temps en double. Le lecteur, lui, peut même vivre les choses au présent. Il ne m’en voudra pas, je l’espère, si j’ai commis quelques erreurs de météo (j’ai tout de même eu une sorte de prescience étrange : il pleuvait effectivement  ces derniers jours !) Et bien entendu, il m’était impossible de prévoir le retentissement qu’aurait forcément eu dans les réflexions de mes jeunes héroïnes et héros la catastrophe japonaise et les révolutions arabes…

Au mois de mars 2011, « en ce moment », donc, c’est Justine (Une fille sans faille, tome 5, où il est beaucoup question de la Joconde et du nombre d’or, d’où Mona Lisa ici présente), qui raconte ce qui se passe pour elle. Aujourd’hui, le 18 mars 2011, elle écrit :

« A la maison, les choses ont changé de façon imperceptible. Thomas, reparti dimanche soir pour son internat, s’est mis à me parler comme à quelqu’un de son âge, et non plus comme à une fillette. Je crois que ma révolte l’a impressionné. Elle l’a peut-être aussi rassuré.

– C’était un peu énervant, aussi, de vivre aux côtés de la fille parfaite ! m’a-t-il confié le dimanche, alors qu’on regardait un feuilleton sans aucun intérêt, affalés sur le canapé.

Je peux concevoir ça.

– Et peut-être qu’au lieu de pleurer comme un bébé, tu sauras maintenant mieux faire face à la réalité.

Sa franchise m’a heurtée au premier abord. J’ai été un peu vexée, puis j’ai décidé de prendre cette phrase de façon positive. J’ai hoché la tête en signe d’acquiescement, avant de saisir la télécommande… »

partager