Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag enfants

la vraie vie dans les romans peut en “dérouter” certains

Hier soir j’ai regardé Misery,  que je n’avais encore jamais vu. Regardez cette scène où Annie Wilkes-Kathy Bates reproche à l’écrivain d’insérer des gros mots dans ses romans, même s’il s’agit de paroles de gamins de banlieue (elle avait l’air assez normale et gentille, avant ça) :

Ca fiche la trouille, pas vrai ? Vous voyez la tête de l’écrivain à la fin ? Ben nous, les auteurs jeunesse, on avait exactement la même à l’époque très récente de “l’affaire du genre” ! Et ça nous arrive assez souvent d’être épinglés à cause de “gros mots” dans les romans pour ados. Je pense que je penserai fort à Kathy Bates, la prochaine fois que cela arrivera…

–––––-

Et puis envie de vous parler d’un roman jeunesse que j’ai dévoré en deux jours, pourtant il n’est pas si court que ça. J’ai eu envie de me le procurer après avoir vu qu’il avait été adapté au cinéma. C’est une histoire vraie, arrivée à un enfant de 8 huit durant la seconde guerre mondiale. Immense intérêt à lire cette histoire vraie : aucun stéréotype ni simplification hâtive et malheureuse ne s’y balade. Le gamin est tout aussi bien trahi ou sauvé par des gens de tous les camps. Ô partisans du manichéisme, passez votre chemin. Et c’est un véritable roman d’aventures et de survie, très prenant : Cours sans te retourner, relaté par Uri Orlev.

9782081267220

––––-

Fin de semaine : rencontres dans des classes du bassin de Saint-Raphaël, dans le cadre de l’opération De la plume à l’oreille, et toujours pour Théa pour l’éternité ! A tout bientôt…

partager

Chat va, maire si.

En ce moment ça pulse ! Bon, tout est super positif et la créativité est au beau fixe, mais je plane dans ces mondes parallèles au point de parfois laisser passer des infos capitales, comme la réimpression de Ma mère est maire, au vu de son succès, avec une couverture revisitée aux nouvelles couleurs de la collection Livres et égaux, chez Talents Hauts:

mermaire

–––––––

Et attention : J-7 pour la parution de Chat va faire mal ! (chez Nathan – troisième tome de la série où le héros est complètement à poil du début jusqu’à la fin ! Un scandale…)

partager

le chat Beauté : “un pur délice !”

Encore trois avis sur Le Chat Beauté (thanks a lot à vous ô lecteurs bienveillants !) :

“J’avais adoré le premier tome, et ce second est tout aussi génial. Pitre nous raconte tout ce que lui font vivre ses maitres et c’est drôle car tout est vu du point de vue du chat. Et la petite cerise sur le gâteau est sans nul doute la petite gué-guerre entre Jérôme et la voisine, et par la même occasion celle entre Pitre et Malo. Très cocasse !
La lecture est facile, tout à fait indiquée pour des enfants de 8 ans, et le texte largement chapitré pour faire des pauses. C’est simple et drôle, tout ce qu’il faut pour plaire à un jeune public. Je recommande vivement !” Lire en tout genre

“Cette petite histoire m’a beaucoup plu par son sujet complètement décalé. Suivre les mésaventures de ce chat aux pensées pleines de malice est un pur délice ! Les enfants apprécieront les jeux de mots disséminés par-ci, par-là dans le texte et s’amuseront aisément des nombreux rebondissements décrits dans ce roman jeunesse… La fin est toute mignonne et bien amenée. Court et vite dévoré, il saura trouver facilement son public auprès des jeunes lecteurs ! La famille de Pitre est une famille comme les autres et ce pauvre matou drôlissime pourrait bien être le vôtre, non ?” Place to be

“Encore une histoire très amusante et pleine d’aventures pour notre amusant héros, le chat Pitre ! Les dessins qui illustrent ses aventures sont très réussis. Une belle histoire pour les 8 ans et plus !” Les chroniques de Madoka

 

——–

Sinon ça y est ouf corrections terminées d’un roman à paraître, cette fois pour les 10-12 ans. Ça aura été un gros boulot, mais c’est réconfortant quand on est bien guidée par un bon éditeur.

Je vais pouvoir me concentrer sur mon roman pour ados en cours (décidé d’oublier tous mes doutes, tant pis, alea jacta est, au petit bonheur la chance, ô destin…). J’hésite entre deux options pour le continuer : blinder encore plus le synopsis actuel, ou bien me lancer au fil de ma folie – envie aujourd’hui d’appeler ainsi mon inspiration…. Ce sera la préoccupation de la matinée (il existe pire vie que la mienne).

Bonne journée à vous, pour beaucoup sous la neige !

partager

le chat pitre : prix de la Cadière d’Azur

Aujourd’hui, j’ai rencontré les classes de cycle 3 de l’école de La Cadière d’Azur, qui ont plébiscité Le chat Pitre. Merci !

Et merci pour votre accueil, votre intérêt, votre gentillesse.

Sachez que vous avez, de votre cour, sans doute l’une des plus belles vues de toutes les cours d’école de France.

(En plus on était certainement dans l’un des seuls coins de France ensoleillés aujourd’hui, mais chut, ne faisons pas râler les autres !)

Et j’ai eu une très belle surprise : la classe de déficients visuels de l’école Arc-en-ciel de Marseille était là, car elle a participé au concours. C’était vraiment une belle rencontre avec Joseph, Nicolas, Samy, Jenna, Alex (désolée pour ceux dont je n’ai pas retenu le nom !)… Ils nous ont même joué de la musique, en ce jour qui la fête :

Et j’ai eu un beau cadeau : Le chat Pitre entièrement traduit en braille. L’un des exemplaires qu’ils ont lu :

(Étrange de ne pas reconnaître une traîtresse lettre de ce qu’on a pourtant écrit !)

Merci à Joseph pour nous avoir montré et expliqué comment il procédait. Merci à Nicolas qui a si bien parlé. Et à tous les autres… L’aventure ne se terminera pas là. En tout cas je l’espère.

C’était une très belle journée, à La Cadière d’Azur, en ce second jour d’été.

partager

in ze newspaper

Et concernant le prix à la pittoresque appellation de Pissevin, Valdegour, Wallon (j’aime particulièrement le “Pissevin” ;-)), c’était même dans le journal, avec interview de môa, et tout.

(Cliquer pour agrandir)

Ca, c’était Midi-Libre. Dans La Provence, concernant les ateliers d’écriture, c’est par là.

partager