Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag L’été où je suis né

stimuli

Petit retour sur les rencontres de ces derniers jours.

D’abord la semaine dernière j’étais au collège de Cabries où avaient été lus, entre autres, L’été où je suis né et Quatre filles et quatre garçons. Premières de couvertures et textes très drôles ou émouvants. Merci !

FullSizeRender

 

Et puis hier et avant-hier j’étais au Havre pour rencontrer des CE1 et des CE2, à propos de Chat va faire mal !

A l’occasion, beaucoup avaient fait un effort vestimentaire notable, que je salue bien bas (même une maîtresse avait une blouse-chats fantastique – d’ailleurs, appel personnel : je veux toujours savoir où je pourrais trouver la même !) :

IMG_4669

 

Et j’ai eu plein de dessins et d’idées de jeux de mots, et d’idées de suite pour les aventures du Chat Pitre :

FullSizeRender-1

FullSizeRender-2

FullSizeRender-3

 

Merci à tous pour votre si bel accueil.

Demain c’est reparti, à Marseille cette fois, pour poursuivre les ateliers d’écriture au collège Jules Ferry (avec des textes passionnants).

partager

L’été où est né Hors de moi

Je n’ai pas assez parlé de Hors de moi, sorti il y a plusieurs jours, quand c’était encore l’été. La genèse de ce roman n’est pas banale.

 

CV3.indd

 

A l’origine de ce roman tout rouge, il y a un roman tout bleu. Il s’agit de L’été où je suis né, dans la collection Scripto de Gallimard Jeunesse. J’y racontais l’histoire de Léo, qui tombe amoureux… et qui a du mal à aimer. Il comprend qu’il doit en savoir plus sur sa mère, pour pouvoir vivre mieux. En effet, il est né sous X.

SCRIPT_LETE_OU.indd

Hors de moi est l’histoire de la mère de Léo, quinze ans plus tôt. Qu’est-ce qui peut pousser une jeune mère à accoucher sous X ? J’ai dû sonder la psychologie de Sophie, mon (anti-) héroïne.

L’accouchement de ce roman fut aussi difficile. Il n’est pas facile de se glisser dans la tête, les mots et les maux d’une jeune fille confrontée à de telles difficultés, et dont le choix est si polémique. Il est si tentant de ne pas penser, jamais, à celles et ceux qui ne se conduisent pas en héros. Qui sont humains sans être monstres. La grande difficulté était de ne porter absolument aucun jugement sur mon personnage. Surtout, de mon point de vue d’auteur, n’en tirer aucune leçon, aucune morale. Laisser le lecteur se forger son opinion, ou le laisser simplement entrer en empathie avec Sophie. Juste, raconter une histoire singulière.

Je dois ici remercier les éditions Talents Hauts d’avoir eu le courage de publier ce roman intimement incorrect, mais, chose inhabituelle, remercier aussi les quelques éditeurs qui ont hésité, ont finalement décliné, mais ont pris le temps de parler avec moi de cette histoire, ce qui m’a aidée à l’améliorer.

J’ignore quel sera le destin de ce roman un peu atypique, je crois, dans la production de littérature jeunesse actuelle (malgré le succès inattendu, récemment, d’excellents romans psycho-sociologiques tels que Nos étoiles contraires), mais je suis heureuse qu’il soit devenu un si bel objet-livre, à la portée de tous les adolescents et jeunes adultes qui voudront bien s’y plonger.

–––––––––

Heureuse aussi de l’article paru aux Histoires sans fin (site journalistique : actualitte pour la jeunesse), où ils ont aimé Super-Louis et l’île aux quarante crânes.

superlouismin

Extrait de l’article : Super Louis et l’île aux 40 crânes fait partie de la collection Pépix qui finit de nous convaincre avec ce titre. Ce roman court et de qualité est une réussite. Le vocabulaire, l’histoire, le langage sont parfaitement choisis pour le public ciblé et rendent la lecture très accessible. L’écriture de Florence Hinckel est aérée et drôle. Les illustrations d’Anne Montel sont irrésistibles, bourrées d’humour et très enjouées.

partager

Théa pour l’éternité : sélection Prix Ados de Rennes + concours L’été où je suis né

 

 

Ça, c’est une bonne surprise, d’autant meilleure que j’ai un excellent souvenir de l’autre fois où l’un de mes romans avait été sélectionné. C’était il y a quatre ans, pour La fille qui dort, aux éditions 400 coups, mon tout premier roman pour ados. Cela me paraît être si loin et il s’est passé tant de choses depuis ! En tout cas, j’y avais rencontré des auteurs sympas 🙂

C’est donc cette fois pour Théa pour l’éternité, en très jolie compagnie.

——

 

Sinon la pétillante Clem organise un concours pour gagner deux exemplaires de L’été où je suis né, chez Gallimard Jeunesse ! C’est . Il faut remplir un questionnaire, et vous avez jusqu’au 16 novembre pour le faire. Prêts ? Partez ! Merci à toi, Clem, et à tes mondes.

———

Et puis le 2 novembre le suspense insoutenable sera enfin terminé. Lequel des ces romans obtiendra le Prix Utopiales Européen Jeunesse 2013 ?

 

Je plaisante un peu parce que je sais déjà que ce ne sera pas Théa pour l’éternité. La raison ? Je n’ai pas été invitée au salon des Utopiales ! Ils devaient bien se douter depuis un moment qu’ils n’auraient pas besoin de moi à la remise du prix 🙂 Comme je l’ai déjà dit, c’est déjà une belle chance d’être sélectionnée, et je la savoure comme il se doit.

———

Sinon voilà, après un travail acharné, j’ai mis hier le mot fin à mon nouveau roman pour ados. Fébrilité, pas sûre que ça plaise à l’éditeur (eh oui, jamais sûre et toujours pleine de doutes), en tout cas félicité irremplaçable d’écrire la dernière phrase, et de se dire qu’aucune autre ne conviendrait.

 

partager

« douceur des mots »

Bonjour, bonjour, vous tous qui passez par ici ! Alors dire rapidement que, voilà, la rentrée et les sorties de rentrée, c’est fait. Maintenant ça va juste à toute vitesse. Je prendrai du temps pour vous raconter un peu ce qui se passe de foisonnant… quand j’aurai le temps ! Et donc je viens juste ici répercuter quelques échos :

On parle encore de L’été où je suis né sur le site A l’ombre du grand arbre. Un roman qui a une vie étonnante, qui fait son petit chemin lentement (sûrement je ne sais pas, l’important c’est qu’il chemine) :

La douceur des mots de Florence Hinckel met du baume au coeur, des larmes dans les yeux et les pensées en vrac. A l’ombre du grand arbre

Un autre roman au destin atypique, c’est Vanilles et chocolats, qui en est à sa troisième vie, et a suscité ceci :

Une mise au point intelligente et pleine d’humour sur les stéréotypes, parfois inconscients (l’effet Pygmalion bien connu du milieu enseignant notamment). Une lecture nécessaire qui rappelle que rien n’est acquis et que l’éducation à l’égalité et au libre-arbitre est essentielle. Blog 3 étoiles

Voilà un petit roman d’actualité et qui sonne terriblement juste… Un chouette roman pour ne pas tout accepter sans broncher et se souvenir que rien n’est jamais gagné ! Enfantipages

Et à propos de Mémoire en mi :

Les lectures de Kik : … pour le moins intrigant…

Oeil d’ailleurs : Un récit sur l’amitié et l’amour maternel, éternel. Une lecture facile, rapide et claire.

Les lectures de Liyah : Une petite histoire vraiment très sympa. Un sujet original et vraiment bien traité. Un livre que je vous recommande et résolument une collection à découvrir !

Merci à tous ceux qui lisent, et à tous ceux qui partagent ces lectures…

 

partager

« Il y a derrière mes paupières… »

Pour Mémoire en mi, merci à Anne et Tom pour leur lecture et leurs mots.

Pour secrets.com, merci à Clèm.

Et, last but not least, Nathan, sur son blog Bouquins en folie, raconte avec beaucoup de talent la fin des vacances et une forme de nostalgie de l’été pourtant encore là, dans une chronique au joli titre : On revient toujours changé d’un été. Il exprime ainsi ce que l’on est sans doute beaucoup à ressentir, quel que soit l’âge. Je suis si touchée et flattée qu’il le fasse en citant les mots de L’été où je suis né… A moi de le citer avec cette phrase qui m’a émue : « Je ne suis pas triste, malheureux, désespéré, je ne vais pas sombrer dans une période obscure ou je ne sais quoi, le lycée c’est un pas de plus vers la liberté. Tout comme le Bac. Seulement il y a derrière mes paupières la mer, la lumière et des éclats de bonheur que j’aimerais revisiter. »

Écrire est décidément un bonheur plein de surprises en tout genre. Grâce à ces surprises, on n’a qu’une envie…

… écrire encore.

partager

douceur

Enfin la douceur des soirs et des astres pleins, comme en un périlleux et fragile équilibre.

——

Merci à la talentueuse et jolie Clem (rencontrée à Cherbourg) pour sa chronique sur L’été où je suis né. Je suis heureuse qu’elle ait aimé. C’est sur son blog. Extrait : « C’est avec une facilité déconcertante que Florence Hinckel m’a fait passer du sourire à l’étonnement, des larmes aux yeux à la compassion… J’ai adoré les personnages, j’ai adoré l’écriture de l’auteur, j’ai adoré le déroulement de l’histoire… La fin m’a mis les larmes aux yeux et a failli me faire pleurer. Je ne m’y attendais pas et j’ai été émue… »

Et le site A l’ombre du grand arbre a recensé les valises de l’été idéales.

 

Nathan a choisi deux romans à embarquer dans sa valise : Quatre filles et un jean et… L’été où je suis né : « Un roman court mais magnifique qui retranscrit bien l’ambiance d’un été, de l’importance que peut prendre cette saison pour un adolescent. Un roman bouleversant sur l’amour, le coup de foudre même, la recherche d’identité, l’adoption. Un petit format à déguster sur la plage. » Grand merci à toi, Nathan !


 

 

Quant à la souris jaune, elle a craqué pour Théa pour l’éternité, et je la remercie également pour son billet. Extrait : « le thème de l’immortalité, du vieillissement, des apparences, sont abordés de façon intelligente et sensée ; et évidemment celui des amourettes, et de l’amour profond, y compris à travers le renoncement à l’autre, pour préserver le bonheur de celui/celle qu’on dit aimer… J’aime beaucoup l’avancée des choses, l’emballement du traitement, et le destin de Théa… »

Et toujours sur Les mondes de Clem :

« J’ai adoré le personnage de Théa. Elle change beaucoup d’état d’esprit dans l’avancement de l’histoire, mais elle reste toujours la même : une jeune fille sensible, qui sait ce qu’elle veut mais qui se pose beaucoup de questions sur elle même. J’ai totalement pu m’identifier à elle, en ce qui concerne ses doutes, ses envies… J’ai pu ressentir les évènements avec elle, j’ai vécu son histoire. Comme je me suis facilement identifiée à Théa, j’ai adoré Théo. De par son regard, le/la lecteur/trice ne peut que l’apprécier… J’ai donc été transportée dans l’univers de Théa et avec elle j’ai frissonné, j’ai douté, j’ai aimé, j’ai espéré… »


Un roman court mais magnifique qui retranscrit bien l’ambiance d’un été, de l’importance que cette saison peut prendre pour un adolescent. Un roman court mais bouleversant sur l’amour, le coup de foudre même, la recherche d’identité, l’adoption. Un petit format à déguster sur la plage. – See more at: http://alombredugrandarbre.com/?p=4209#sthash.Co57yq6A.dpuf
Un roman court mais magnifique qui retranscrit bien l’ambiance d’un été, de l’importance que cette saison peut prendre pour un adolescent. Un roman court mais bouleversant sur l’amour, le coup de foudre même, la recherche d’identité, l’adoption. Un petit format à déguster sur la plage. – See more at: http://alombredugrandarbre.com/?p=4209#sthash.Co57yq6A.dpu
Un roman court mais magnifique qui retranscrit bien l’ambiance d’un été, de l’importance que cette saison peut prendre pour un adolescent. Un roman court mais bouleversant sur l’amour, le coup de foudre même, la recherche d’identité, l’adoption. Un petit format à déguster sur la plage. – See more at: http://alombredugrandarbre.com/?p=4209#sthash.Co57yq6A.dpuf
Un roman court mais magnifique qui retranscrit bien l’ambiance d’un été, de l’importance que cette saison peut prendre pour un adolescent. Un roman court mais bouleversant sur l’amour, le coup de foudre même, la recherche d’identité, l’adoption. Un petit format à déguster sur la plage. – See more at: http://alombredugrandarbre.com/?p=4209#sthash.Co57yq6A.dpuf
Un roman court mais magnifique qui retranscrit bien l’ambiance d’un été, de l’importance que cette saison peut prendre pour un adolescent. Un roman court mais bouleversant sur l’amour, le coup de foudre même, la recherche d’identité, l’adoption. Un petit format à déguster sur la plage. – See more at: http://alombredugrandarbre.com/?p=4209#sthash.Co57yq6A.dpuf
Un roman court mais magnifique qui retranscrit bien l’ambiance d’un été, de l’importance que cette saison peut prendre pour un adolescent. Un roman court mais bouleversant sur l’amour, le coup de foudre même, la recherche d’identité, l’adoption. Un petit format à déguster sur la plage. – See more at: http://alombredugrandarbre.com/?p=4209#sthash.Co57yq6A.dp
partager