Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag L’été où je suis né

de belles surprises

Hé ben incredibulle, moi qui ne gagne jamais quand je suis sélectionnée (je me croyais maudite ou un truc comme ça), j’ai fait carton plein cette semaine.

L’été où je suis né a gagné le prix du forum Grain de Sel de Salon de Provence ;

Théa pour l’éternité a remporté le prix Enlivrez-vous de Thionville.

(Remise du prix par le maire de Thionville, à ma droite, avec derrière moi Louis le jeune gagnant de la meilleure « critique », et à ses côtés les autres auteurs et gagnants)

A chaque fois, de jeunes lecteurs enthousiastes et souvent très émouvants. Je les remercie infiniment.

Bravo aux jeunes gens de Thionville et alentour qui ont proposé des adaptations d’extraits de nos livres, dans le joli Théâtre en Bois. Jo Witek, Eleanore Cannone, Julia Billet, Jean-Albert Mazaud et moi-même étions ravis et touchés. Cela m’a donné envie de lire chacun de leurs livres !

Et encore de beaux moments avec ces auteurs. Ces rencontres et ces discussions sont souvent de beaux cadeaux.

Maintenant, se reposer (pouvoir écrire un peu ?), avant de repartir pour… je vous en reparlerai, cela va vite arriver… Encore merci à tous !

partager

poésie

Lu aujourd’hui sur Futura-Sciences :

Le satellite Kepler, actif chasseur d’exoplanètes de la Nasa, a repéré cinq planètes autour de son étoile cible numéro 62, et deux autour de Kepler-69a. Trois sont rocheuses, juste un peu plus grandes que la Terre et se situent dans la « zone habitable ». De l’eau liquide pourrait donc y exister. Il n’y a aucune certitude que cette dernière soit bien là, mais la liste des planètes potentiellement accueillantes s’allonge…

 

——

Et puis ici, sur le site Lapresse.ca, un article sur L’été où je suis né.

 

partager

mères et rivières

Merci à Liyah qui a lu et aimé L’été où je suis né. Chronique complète ici.

« …J’ai adoré la fin également, à la fois touchante et émouvante. J’avais même envie de rester encore dans cette atmosphère, d’en savoir plus sur cette mère X… »

C’est drôle cette chronique pile au moment où je repensais à cette fameuse mère. Car il m’arrive assez souvent de penser à mes personnages. Je m’aperçois que j’ai autant de mal à les quitter que les vrais gens de la vraie vie ! Peut-être que je ne les quitte jamais.

Je pense aussi assez souvent aux lieux que j’ai imaginés. Dans L’été où je suis né, LE lieu important et auquel je pense souvent est une rivière imaginaire que j’ai située dans l’Aveyron parce que là-bas y’a des rivières et c’est la seule raison. C’est marrant comme ce lieu est bien net dans ma tête, alors qu’il ne correspond à rien de réel. En tout cas il a été le seul point de départ de cette histoire, qui ne s’est construite qu’autour de ce lieu. Certains tableaux de Monet s’en rapprochent pas mal. Monet est l’un des rares peintres à avoir trouvé les fleuves et rivières aussi changeants que la mer.

 

partager

on lit plus fort cet été ! (L’été où je suis né : sélection Gallimard Jeunesse des blogueurs)

Sur le blog officiel des romans Gallimard Jeunesse, On lit plus fort, vous trouverez ici L’été où je suis né dans la sélection des blogueurs pour les livres à lire cet été. Foncez, plongez, délectez-vous !

(Sélection intégrale ici – et un grand merci à Anne Loyer d’Enfantipages)

Florence Hinckel, auteur jeunesse

partager

L’été où je suis né : 3e place au prix des Romanphiles

Sur une sélection de 12 titres, L’été où je suis né est arrivé 3ième au prix littéraire des Romanphiles, concernant des classes de 4e, à Grenoble.

On en parle dans Le Dauphiné Libéré du 29 juin dernier (cliquer pour agrandir) :

J’ai même reçu un diplôme :

 

… ainsi qu’une lettre géante :

Florence Hinckel, auteur jeunesse

partager

demain, hop, Apt

Eté invitée à ce salon suite à ma présidence (oui oui moi aussi j’ai été présidente !) du jury SNCF paca contre l’illettrisme, l’an dernier. De rencontres en rencontres…

Il sera question de L’été où je suis né, mais pas seulement, avec de jeunes lecteurs jeudi et vendredi. Samedi, dédicaces.

Si vous venez avec votre tablette numérique (L’été où je suis né existe sous cette forme), vous m’indiquerez la marche à suivre pour vous laisser un petit mot qui en fera un objet unique. Je pourrais ptête tagger la tablette elle-même ? Y graver mes initiales ? Je vous y laisse réfléchir, chers amis.

Florence Hinckel, auteure jeunesse

partager