Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag littérature

le temps en double

J’ai écrit La Ligne 15 en me calquant sur le calendrier de l’année scolaire 2010/2011. Puisque la série s’étend de septembre 2010 à juillet 2011, et que j’ai terminé de l’écrire, je peux relire ce que j’ai écrit et qui se déroule normalement… maintenant ! Etrange impression de vivre le temps en double. Le lecteur, lui, peut même vivre les choses au présent. Il ne m’en voudra pas, je l’espère, si j’ai commis quelques erreurs de météo (j’ai tout de même eu une sorte de prescience étrange : il pleuvait effectivement  ces derniers jours !) Et bien entendu, il m’était impossible de prévoir le retentissement qu’aurait forcément eu dans les réflexions de mes jeunes héroïnes et héros la catastrophe japonaise et les révolutions arabes…

Au mois de mars 2011, « en ce moment », donc, c’est Justine (Une fille sans faille, tome 5, où il est beaucoup question de la Joconde et du nombre d’or, d’où Mona Lisa ici présente), qui raconte ce qui se passe pour elle. Aujourd’hui, le 18 mars 2011, elle écrit :

« A la maison, les choses ont changé de façon imperceptible. Thomas, reparti dimanche soir pour son internat, s’est mis à me parler comme à quelqu’un de son âge, et non plus comme à une fillette. Je crois que ma révolte l’a impressionné. Elle l’a peut-être aussi rassuré.

– C’était un peu énervant, aussi, de vivre aux côtés de la fille parfaite ! m’a-t-il confié le dimanche, alors qu’on regardait un feuilleton sans aucun intérêt, affalés sur le canapé.

Je peux concevoir ça.

– Et peut-être qu’au lieu de pleurer comme un bébé, tu sauras maintenant mieux faire face à la réalité.

Sa franchise m’a heurtée au premier abord. J’ai été un peu vexée, puis j’ai décidé de prendre cette phrase de façon positive. J’ai hoché la tête en signe d’acquiescement, avant de saisir la télécommande… »

partager

nouvelle parution prévue en octobre prochain

Ouf j’ai récupéré mon site-blog créé avec amour que j’ai cru durant quelques heures avoir perdu dans les profondes limbes du Net à tout jamais, suite à une malheureuse tentative de mise à jour.

La fatal error s’en est carapatée, pas si fatale que ça, non mais (chers amis développeurs, merci d’utiliser un langage plus doux pour utilisateurs internautiques à l’âme sensible).

Mais ce n’est pas de cela dont je voulais parler dans cette note, mais de la confirmation de ce dont je n’osais pas parler avant d’en être sûre, certaine, contrat envoyé et tout.

Eh bien, voilà : en octobre prochain, l’un de mes romans va paraître dans la collection Scripto de Gallimard Jeunesse. Et si j’ai été si prudente voire superstitieuse, c’est qu’il s’agit d’une collection (et bien sûr d’une maison d’édition) que j’admire beaucoup, dont j’aime beaucoup les ouvrages. J’ai déjà un roman chez Gallimard, dans la collection Folio Junior (Les copains, le soleil et Nabila). Pour ce premier, j’ai presque cru à un accident, une imposture ! Mais en voilà un deuxième. Ah là là, c’est drôlement chouette.

Bon, je vous reparlerai de ça sous peu.

partager

le chat Pitre

Ca y est, Le chat Pitre est disponible dans toutes les librairies !

Pitre est un chat : sa famille d’adoption a de l’humour !

Et encore, il a échappé à pire : Peau, Mot, ou encore Loupe ou Rogne.
Pitre mène sa vie tranquille de chat auprès de Jérôme, Hélène et leurs enfants : la gentille Sidonie, 8 ans, et Joan, petit monstre de 4 ans.
Mais un jour, Jérôme éternue. Diagnostic : allergie aux poils de chat…
Pour Pitre, c’est évident : c’est Jérôme qui doit quitter la maison. Après tout, ce n’est pas lui qui tient les pieds de Sidonie au chaud les nuits d’hiver. Malheureusement, la famille ne semble pas aboutir à la même conclusion, et Sidonie doit trouver une solution…

partager

nuages de vie

C’est assez magnifique de maîtriser complètement son site et son blog (y’a des retours de plaisir de geek telle que je ne le fus jamais mais que j’effleurai parfois par exemple en voyant s’afficher les milliers de décimales de PI après que mon vieil ordi avait tourné chauffé bruyamment toute une nuit dans ma chambre de cité U – ah souvenir du meilleur de la promo qui en avait trouvé tant qu’il  avait tapissé sa chambre entièrement de feuilles A4 remplies de ces fameuses décimales ; y’avait de la poésie là-dedans). Or voilà donc par exemple suis assez fière de mon nuage de mots-clés là voyez à droite, il suffit de cliquer sur un mot et non seulement vous découvrirez ébahi le nombre d’occurences mais en plus les articles qui en parlent s’afficheront, ô miracle, joie, félicité (belle liberté de choisir soi-même les mots-clés pour ses articles, là par exemple pour celui-ci, allez je décide d’y apposer la clé lumière, et toc c’est décidé). Et même si je le désire au lieu du mot commentaires je pourrais afficher traces (j’y ai pensé) ou toute autre bêtise, et pareil pour tout le reste, mais n’oublions pas ici c’est un peu sérieux quand même il s’agit d’un lieu professionnel, hein tout de même. Je me bride mais me réserve pour autre chose, un jour, plus tard, parce que j’y vois là d’immenses possibilités.

Rassurez-vous j’ai quand même pris quelques jours loin de l’ordi, là où les nuages sont véritables, naviguant sur un beau ciel bleu qui n’est pas celui d’un écran. C’était la neige, la luge, la lumière, la sérénité, le repos, l’écoute.

Sms tout de même de mon éditrice au beau milieu des montagnes pour me dire : Clotilde est super ! (Pour ceux qui ont du mal à suivre, il s’agit du tome 7 de La ligne 15). Ouf.

Va falloir maintenant se repencher sur le tome 8 après l’avoir laissé se reposer un peu. Retravail en vue, histoire de gommer toujours, les traces de gros sabots. Finesse, finesse, mes amis. Belle journée à vous.

partager

emménagement

Et voilà maintenant c’est ici !

Enfin réussi à faire ce que j’essayais depuis longtemps : avoir à la même adresse tout mon contenu professionnel d’auteure jeunesse. C’est enfin chose faite après moult cheveux arrachés, ongles rongés etc…

Encore quelques bugs je pense et des choses par-ci par-là qui me déplaisent : des trucs en anglais que j’aimerais voir en français, les liens que je n’arrive pas à mettre dans l’ordre que je veux, le flux RSS que je n’arrive pas à syndiquer… Bref ! Peu importe, ça s’améliorera au fil du temps. N’hésitez pas à me signaler ce qui n’irait pas.

Pfiou, je touche plus l’ordi pendant au moins une semaine après ça…

partager

zéro commentaire

Ce n’est pas seulement ce que récoltent le plus souvent mes articles de blog (tant que je n’ai pas zéro lecteur de mes livres, tout va bien !), c’est aussi le titre en forme de clin d’oeil, donc, du tome 6 de La ligne 15, enfin disponible dans toutes les bonnes crèmeries :

mehdicouv

Mehdi s’intéresse aux mangas, à la technologie, à la mode et est très attentif à ses copains et copines dont il recueille les confidences. Ecouter lui permet surtout de ne pas parler de lui. Solène, la fille de la ligne 15, devient une amie. Joséphine et Corentin lui parlent, chacun de son côté, de leurs amours chaotiques. Tout à son amitié pour ces deux derniers, il a du mal à se rendre compte que ses sentiments, très doucement, ont évolué dans un sens… imprévu.

_ _ _ __________________________________________ _ _ _

Ce titre traitant de l’homophobie me vaut d’être invitée à un débat sur le sujet, en avril (homosexualité dans la littérature jeunesse). J’ai beaucoup hésité à accepter parce que, si j’ai su écrire une histoire avec l’empathie de l’écrivaine (après tout il est toujours question d’amour et cela je connais, on connait tous), je ne me sens pourtant pas légitime pour en débattre. Après réflexion, je me suis dit qu’il était important de démontrer que c’est un sujet qui nous concerne tous, comme tout ce qui touche à la liberté. C’est bien dans cette optique que j’ai imaginé mon Mehdi, alors allons-y.

partager