Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag Soon

ce jeudi, 17h30, dédicaces à La Mare au diable, à Dunkerque

Ca faisait « longtemps » que je n’avais pas pris le train ! Demain, départ pour l’autre bout de la France, carrément. Je crois bien que de chez moi jusqu’à Dunkerque, on ne peut pas faire plus jolie transversale. C’est pour la belle opération Rêves de lecture, organisée par le théâtre Le Bateau Feu.

Capture d’écran 2016-01-11 à 13.35.45

Cette année, le thème est « le corps ». Tout le programme ici.

Très flattée d’être conviée à cette opération en si belle compagnie :

2

Hélas, aucun de ces autres écrivains n’est invité en même temps que moi ! J’aurais pourtant adoré rencontrer en particulier Maylis de Kerangal dont j’apprécie beaucoup l’écriture.

Il sera donc question de lectures musicales, à partir d’ouvrages des auteurs invités, dont mes deux Soon chez Syros : #bleue et Théa pour l’éternité.

Capture d’écran 2016-01-12 à 15.18.44

 

La lecture de #bleue sera faite par la comédienne Florence Masure, accompagnée par le violoncelle de Marie Eberlé.

La lecture de Théa pour l’éternité sera faite par Didier Cousin, accompagné par les instruments de Philippe Cancel.

Rencontres avec des classes de collège à l’issue de la lecture musicale de #bleue, ce jeudi, puis vendredi matin.

Et dédicaces de mes ouvrages, jeudi soir, à 17h30 à la librairie La Mare au diable (27, rue du beffroi).

Dunkerquois, je vous attends !

 

partager

lorsque mes romans prennent vie

Dans la continuité des belles choses, voici ce que mon cher co-auteur Yves a déniché dans le tout dernier Je Bouquine, et qu’il m’a envoyé :

Numériser0003

 

Une jolie façon de s’approprier secrets.com !

*******

Il y a aussi une neuvième sélection pour #bleue, pour le prix 2016 des Collégiens lecteurs de Gironde.

Mais aussi un bel article aux Histoires sans fin, où #bleue est qualifié de roman 3.0 : « Divisé en trois parties, le roman alterne entre le point de vue de Silas et d’Astrid et leurs souvenirs respectifs, habilement croisés pour arriver au dénouement. Les personnages principaux comme les secondaires – la mystérieuse professeure d’histoire, l’émouvante grand-mère d’Astrid – sont tous attachants. Certains rebondissements sont surprenants, d’autres font froid dans le dos, tous remuent le lecteur. A évoquer les émotions, Florence Hinckel nous fait bondir de l’une à l’autre ! Alors avant que la CEDE ne vous trouve, dépêchez-vous de lire #Bleue ! »

vignetteblogbleue120

*******

Et c’est sans compter les très belles réactions de lecteurs de tout âge sur U4.Yannis, amis ou inconnus (et un nouveau très bel article dans Phosphore sur le projet global), toutes ces preuves que mes histoires sont entrées dans un flux vivant, et jouent un petit rôle ici-bas. Rien de plus encourageant pour travailler encore et encore à d’autres histoires. D’ailleurs je ne vous ai pas encore annoncé les parutions de 2016 sur lesquelles je travaille (dur !) en ce moment et ce depuis quelques mois, en tout cas celles qui sont certaines (id est : pour lesquelles j’ai déjà signé un contrat ! Prudence est mère de sûreté). Voici ce à quoi vous pouvez vous attendre, chers amis lecteurs :

  • un cinquième tome du Chat Pitre (éditions Nathan). Que peut-il lui arriver après avoir été envoyé dans l’espace ? Quoi de plus surprenant ? Moi-même je me le suis demandé longtemps !
  • un deuxième tome, suite de Super-Louis et l’île aux quarante crânes (collection Pépix, Sarbacane). Louis sera-t-il toujours le héros de l’histoire ? Le récit vous fera-t-il encore plus rire et trembler d’effroi ? Oh comme je l’espère !
  • un troisième tome des aventures de Mona (éditions Rageot). Après secrets.com et Populaire ?, quelle évolution vont connaître Mona et ses copines ? Vous ressembleront-elles toujours autant, à toi, toi, ou toi ?

Vous aurez compris qu’après plus de 2 ans de travail alternativement sur U4 et sur #Bleue, j’ai ressenti le besoin de m’adresser à mes lecteurs plus jeunes, avec des histoires plus fantaisistes. Et toujours ce désir ou ce besoin de ne pas abandonner les personnages que j’ai créés, et de les faire évoluer (ce qui au final apporte de la profondeur à ces histoires au départ légères). Dans chaque cas de ces trois séries, je n’avais pas du tout en tête de faire une suite quand j’ai écrit le premier tome. Mais c’est plus fort que moi, on dirait !

Allez, d’ailleurs, il est temps que je m’y mette. En ce moment, je suis avec Mona. Je ne vous livre qu’un seul petit secret : Mona est en voyage… Où ça ? Je ne vous le dirai pas ! Patience, patience…

partager

un 7e prix pour Théa pour l’éternité

C’était mardi dernier à Salon-de-Provence, pour la manifestation Grain de Sel.
Mon roman Théa pour l’éternité a été élu par les élèves de 3e et 2nde, un immense merci à eux, ainsi qu’à leurs enseignants qui les ont accompagnés dans la lecture de ces romans aux thèmes forts.

Prix grain de sel 2015

Un article de La Provence relate ici les rencontres que nous avons faites ce jour-là, (le very sympathique) Antoine Dole et moi (bon il faut être abonné pour lire l’article en entier).

–––––––

Sinon j’ai reçu mes exemplaires de Populaire ? !

Voilà comment ça se présente (comme un colis envoyé par le père Noël) :

IMG_4838

… avec encore un aperçu de mes chères tommettes provençales, et le rayon de soleil idoine 😉

Il sort dans 5 jours et j’ai très hâte de constater comment il va être reçu par les jeunes lectrices et lecteurs (on est toujours dans l’attente, quand on est écrivain et qu’on n’est pas en train d’écrire).

–––––––-

Et puis une enseignante d’Andorre m’a envoyé quelques photos-souvenirs, en voici une devant deux élèves qui parlaient d’un de mes romans :

DSC09226

C’était intense, étrange comme la dernière fois puisque beaucoup ne maîtrisaient pas bien le français (et moi pas du tout l’espagnol ou le catalan !), mais très gratifiant. Excellent souvenir !

partager

#bleue, #chastronaute, #extraterrestre !

Et si je faisais un article sous forme de mots-clés ?

Pour commencer : #bleue, bien sûr !

Dimanche, il a été question de couleurs dans l’émission Des enfants des livres, sur France Info, et de #bleue !

« Un très beau roman signé Florence Hinckel et justement intitulé #Bleue. Le récit est porté par deux voix, celles de Silas et celle d’Astrid, dont il est amoureux. Histoire vertigineuse d’un monde hyper connecté et archi normatif qui ressemble un peu trop à notre monde pour ne pas amener les ados à s’interroger sur les valeurs et l’éthique qu’il leur appartiendra de préserver pour que la technologie ne les déshumanise, et pour qu’ils continuent à avoir le blues ! »

On peut écouter l’émission en podcast ici.

*********

#chastronaute !

Demain, mon chat Pitre sera propulsé dans les étoiles ! Parution du Chastronaute, aux édtions Nathan (dont l’habillage de mon blog annonce un peu le décollage depuis quelques jours).

chastronaute

IMG_4626

Très contente de ce nouvel opus du Chat Pitre, pour lequel Joëlle Passeron s’est surpassée, pour les illustrations !

***********

#extraterrestre

Assez gros coup de gueule envers Michel Onfray qui la semaine dernière dans La Grande Librairie a dit cela : « avant, les gens épousaient une femme pour la vie… ». Et je crois que je ne supporte réellement plus que lorsqu’on parle des gens en 2015, il ne soit question que d’une portion de l’humanité. Cela aurait-il usé beaucoup de salive d’ajouter « ou un homme » ? Ou de choisir le mot « conjoint » ? J’ai de plus en plus de mal à excuser la paresse langagière, surtout venant d’un homme qui se dit philosophe. En vérité bien sûr, il ne s’agit pas du tout de paresse langagière mais de mots choisis. Onfray inaugure l’émission en expliquant qu’il a fait de la philosophie pour résoudre deux énigmes : la mort et les femmes. C’est son droit, mais a-t-il celui d’oublier d’étendre son propos dans ses ouvrages ou dans des émissions relevant de l’humanisme ? Le présentateur embraie, sans ciller une seconde, en affirmant que les femmes sont l’un des questionnements majeurs de la philosophie. J’ai immédiatement eu envie de rejoindre mon chastronaute dans les étoiles : je m’y serais sentie tellement plus à l’aise ! C’est évidemment LE piège dans lequel il ne faut pas tomber. Rester terrestre et lire, lire, lire, avec souvent une gymnastique de pensée obligatoire pour se sentir concernée et s’élever encore et encore. On s’étonne ensuite que les femmes fassent preuve « naturellement » d’empathie ? A-t-on le choix ? D’emblée, et c’est souvent le cas dans les ouvrages de philosophes contemporains (comme dans ceux plus anciens mais alors je l’excuse au vu du contexte – voyez combien je suis conciliante), que je lis pourtant par curiosité, on veut m’exclure. Me ramener à une place qui n’est pas celle des idées. Rappelons que l’émission interrogeait cela : « comment trouver sa place dans le monde ? » En tout cas la moitié de l’humanité, considérée comme une énigme extra-terrestre, ne l’a pas trouvée dans cette émission. Comme très souvent, il lui a fallu l’inventer… en grande philosophe.

partager

quelques articles…

Encore pas mal de chroniques de blogueuses et blogueurs, avec un vrai souci de partage par des lecteurs passionnés dont je salue l’implication en faveur de la lecture, à propos de #Bleue, Hors de moi, ou Chat va faire mal.

Mais aussi quelques articles de presse, et ça fait du bien de voir que les journalistes culturels pensent à mettre en avant aussi la littérature jeunesse.

D’abord le magazine La Classe (qui m’a sauvé la vie à maintes reprises durant mes premières années d’instit !), a aimé Super-Louis et l’île aux quarante crânes :

Super Louis et l'île aux 40 crânes - La Classe

D’ailleurs vous le savez, la collection Pépix fête sa première année avec joie, bonne humeur et une pointe de fierté, et c’est aussi l’événement sur le site de la Fnac qui nous souhaite un joyeux Pépix-versaire !

 

#bleue bénéficie de deux nouveaux coups de coeur, un dans Le Dauphiné Libéré, édition de Genoble du 18 février 2015, de la part de Hélène, libraire chez Arthaud (merci !) :

Capture d’écran 2015-02-27 à 12.23.57

et un autre dans la presse internautique :

coupdecoeur1

Coup de coeur du webzine culturel Café Powell : Ce court roman signé Florence Hinckel est tout simplement la plus belle surprise de ce début d’année 2015… Une lecture courte mais fabuleuse, d’une intensité surprenante. Les personnages et la société dépeinte sont fascinants, le style de l’auteure addictif… Bref, courez en librairie vous procurer cette bouffée d’air frais.

Dans la revue Contrepied (EPS et Société – SNEP-FSU) de février 2015, on parle de Quatre filles et quatre garçons :

 

Capture d’écran 2015-02-19 à 10.05.18

La revue Lecture Jeune a repéré Hors de moi, en décembre dernier :

lecture_jeune_HDM

 

La revue Filiatio de janvier-février 2015 met à l’honneur Talents Hauts, avec notamment la collection Ego dont Hors de moi et les romans de trois super-copines !

Capture d’écran 2015-02-27 à 10.15.02

 

Sans oublier Ma mère est maire (collection Livres et Egaux) :

Capture d’écran 2015-02-27 à 10.55.44

Et tous les autres copains et copines (article complet, cliquer pour lire en grand) :

Filiatio#17f

partager

Astrid, Sophie, Louis et les autres…

Retrouvez sur le blog des éditions Syros, pendant un mois, une question par semaine à propos de #bleue, à laquelle je tente de répondre le mieux possible.

Et encore de nouvelles chroniques enthousiastes ! La revue de presse est à découvrir ici.

––––––

Hors de moi continue son petit bonhomme de chemin. Je ne vous ai pas parlé des cinq dernières super chroniques, que vous pouvez découvrir .

–––-–-

Idem pour 4 filles et 4 garçons (pour lequel je continue de recevoir régulièrement des mails très émouvants de mes lecteurs) : j’ai eu du mal à suivre ces derniers temps mais j’ai pu compiler les nouvelles chroniques ici.

–––—

Et puis la collection Pépix fête sa première année ! Joyeux anniversaire !!!!

pepix

Sur tout plein de blogs, c’est l’événement, avec concours et tout. Suivez Les éditions Sarbacane sur facebook et vous serez au courant de tout !

Et sur le blog Mille et une frasques, on a aimé particulièrement Super-Louis et l’île aux quarante crânesUn chouette roman très drôle, qui se lit tout seul. On ne s’ennuie pas un instant et on se bidonne tout du long. J’adore les histoires de ces mômes débrouillards qui se mettent dans des situations pas possibles et dont les parents ne croient pas un traître mot de ce qu’ils racontent ensuite. Et puis cette fin ! Ah ah ah, géniale !!

partager