Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag Traces

une fin de saison en apothéose

Doëlan, c’est fini, et avec ce festival s’est aussi close la saison de mes déplacements pour aller à la rencontre de mon public, mais quelles belles images me restent en tête !

Encore un beau séjour en Bretagne, que décidément j’affectionne particulièrement (mon quart de sang breton y est peut-être pour quelque chose ;-)). En plus, le soleil était au rendez-vous. D’ailleurs rien ne manquait : rencontres en classes très bien préparées avec des enfants et ados pour beaucoup grands lecteurs, des bénévoles passionnants et passionnés, des logeurs aux petits soins (me voilà réconciliée avec l’hébergement chez l’habitant), des auteurs hyper sympas et très détendus dans ce décor de rêve… Que demander de plus ? – bon allez, j’oublie la chaleur de fournaise sous le chapiteau durant les dédicaces !

Puis j’ai enchaîné, lundi, avec la journée de présentation des nouveautés de la rentrée chez les éditions Nathan. C’était une très chouette journée ! Merci aux libraires et représentants présents et à leur enthousiasme à propos de mon Grand Saut, à toute l’équipe Nathan, à Eva en particulier qui a partagé la table ronde avec moi, et les sympathiques auteurs de Gary Cook, Antoine Jaumin et Romain Quirot, avec Fred Ricou pour modérateur. Et merci à Colombineella pour la photo, à l’origine postée sur Instagram :

 

Ci-dessous vous trouverez quelques images de Doélan et environs, puis des travaux d’élèves à propos de mon livre Traces chez Syros (bravo à Eric Sanvoisin qui a gagné, avec Ma petite soeur d’occasion, le prix Dis-moi ton livre pour lequel Traces était aussi sélectionné). Encore merci !

 

 

 

partager

rêves d’océans à Doélan

 

Après un SUPER salon Dévore Livres à Pélissanne (bravo, tout fut parfait, un vrai bonheur), je repars demain pour mon ultime déplacement de la saison (ouf, quand même, il faut bien le dire !).

Tout d’abord rencontres scolaires dans le pays de Quimperlé, jeudi et vendredi, dans le cadre de Dis-moi ton livre, essentiellement pour parler de Traces, aux éditions Syros, puis dédicaces samedi et dimanche pour Reves d’Océans à Doélan. Venez, il y aura plein d’auteurs extra et des tas d’animations ! (cliquez sur les liens, vous verrez tout).

Ensuite hop saut de puce à Paris pour une journée de présentation des nouveautés Nathan (pour moi, parution prochaine du tome 2 du Grand Saut), lundi, et ensuite enfin maison (et rattrapage de gros retard d’écriture 😰 – qui va rivaliser avec l’appel de la plage, je vous le dis, ma vie sera difficile).

Au plaisir de vous voir à l’un ou à l’autre de ces événements des jours qui viennent !

 

partager

La science-fiction, à l’école et au-délà (et pour commencer, en Suisse)

En fin de semaine, je vais me glisser dans la peau de l’auteure de Science-Fiction qu’il m’arrive d’être, et que je suis devenue beaucoup par accident : on est bien des personnages… Et celui-ci ne cesse de me surprendre. Ainsi je serai à Genève et Lausanne du jeudi 16 mars au samedi 18, à l’occasion d’une journée d’études autour de la SF à l’école.

Voici mon programme :

Jeudi 16 mars, 17h30

Institut de la Haute Ecole Pédagogique, à Lausanne

Table ronde avec Alain Damasio, Marc Atallah (directeur de La Maison d’Ailleurs) et Pascale Tappolet Jenny (enseignante du primaire), modérée par Sonya Florey

Thème : les liens entre la SF et le monde scolaire 

 

 

Vendredi 17 mars, 15h45

Université de Genève

Rencontre avec le public, autour de mes ouvrages de science-fiction, ou post-apocalyptiques (#Bleue, Théa pour l’éternité, Traces, Mémoire en mi, U4…), animée par Anne Monnier

Thème de l’après-midi : Petites fabriques des imaginaires – Des créateurs de science-fiction à la fiction du développement, le référent en question 

 

Samedi 18 mars, 14h

Théâtre du Galpon, Genève (présentation de l’après-midi complète en cliquant)

Rencontre avec Alain Damasio et Florence Hinckel – Modération Colin Pahlisch

Thème : Pour une poétique de la science- fiction (La science-fiction est souvent considérée comme un genre mineur. Mais la scène française actuelle est là pour nous démontrer son foisonnement et l’intérêt que lui porte le public. Alain Damasio et Florence Hinckel en sont deux représentants exemplaires. Colin Pahlisch rédige une thèse sur la science- fiction contemporaine à l’Université de Lausanne ; il anime cette rencontre.)

partager

Parution aujourd’hui de Traces, éditions Syros

traces

« – Rentrez chez vous, monsieur… Votre jeune voisin va commettre un meurtre. »

Grâce au logiciel Traces, la police peut arrêter les criminels juste avant qu’ils n’aient commis leurs méfaits. Thomas Codislo, un adolescent de 13 ans, est soupçonné mais il s’enfuit. Il doit prouver son innocence, en restant libre et en espérant ne pas commettre le crime qu’il est supposé réaliser…

 

Petites précisions :

Le héros s’appelle Thomas Codislo, parce qu’il vit dans un monde où… Code is law.

Des logiciels prédictifs déjà existants et déjà utilisés (notamment aux Etats-Unis et au Japon) sont cités dans ce petit roman : Predpol et Hitachi PCA (voir cet article). J’ai inventé le logiciel Traces en ajoutant une seule donnée recrachée par le logiciel en question après moulinage de statistiques en tout genre, en plus du lieu et du moment : le nom du criminel. Mais, je l’avoue, j’ai été très tentée de l’appeler Horizon ou Anticrime, la raison est ici. Pour faire croire qu’il s’agit de SF, un tout petit peu lointaine, j’y ai renoncé…

C’est donc davantage un texte de politique-fiction, dès 11 ans, dirais-je, que je propose avec Traces. Il n’est jamais trop tôt pour réfléchir, n’est-il pas ? Et pour faire attention aux traces que l’on sème derrière soi, sur le Net notamment…

Le début est un clin d’oeil à peine dissimulé aux recherches faites avec mes co-auteurs d’U4 pour savoir quelles armes faire utiliser et comment par nos personnages. Combien de fois me suis-je dit, durant l’écriture d’U4 : « bon sang, là c’est sûr, je suis fichée ! » ? Oui, les écrivains vivent dangereusement. Et cette histoire s’inscrit naturellement dans mon parcours d’auteur.

Ah et puis, en plus de mon jeune héros adolescent, pour la première fois je mets en scène aussi une héroïne adulte : la commissaire Olympe Sax. Ca m’a bien plu, je pense que je n’en resterai pas là…

Sinon le dessin de couverture est fait par Prince Gigi, dessinateur talentueux capable aussi d’en commettre de ce genre, qui me fait penser à du bon Bilal :

264

Voici donc un très court roman, écrit avec un vrai sentiment de nécessité. J’espère qu’il vous plaira (et saura vous faire patienter avant un roman de SF plus conséquent, qui ne sera pas pour tout de suite-tout de suite).

partager