Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag U4. Yannis

La science-fiction, à l’école et au-délà (et pour commencer, en Suisse)

En fin de semaine, je vais me glisser dans la peau de l’auteure de Science-Fiction qu’il m’arrive d’être, et que je suis devenue beaucoup par accident : on est bien des personnages… Et celui-ci ne cesse de me surprendre. Ainsi je serai à Genève et Lausanne du jeudi 16 mars au samedi 18, à l’occasion d’une journée d’études autour de la SF à l’école.

Voici mon programme :

Jeudi 16 mars, 17h30

Institut de la Haute Ecole Pédagogique, à Lausanne

Table ronde avec Alain Damasio, Marc Atallah (directeur de La Maison d’Ailleurs) et Pascale Tappolet Jenny (enseignante du primaire), modérée par Sonya Florey

Thème : les liens entre la SF et le monde scolaire 

 

 

Vendredi 17 mars, 15h45

Université de Genève

Rencontre avec le public, autour de mes ouvrages de science-fiction, ou post-apocalyptiques (#Bleue, Théa pour l’éternité, Traces, Mémoire en mi, U4…), animée par Anne Monnier

Thème de l’après-midi : Petites fabriques des imaginaires – Des créateurs de science-fiction à la fiction du développement, le référent en question 

 

Samedi 18 mars, 14h

Théâtre du Galpon, Genève (présentation de l’après-midi complète en cliquant)

Rencontre avec Alain Damasio et Florence Hinckel – Modération Colin Pahlisch

Thème : Pour une poétique de la science- fiction (La science-fiction est souvent considérée comme un genre mineur. Mais la scène française actuelle est là pour nous démontrer son foisonnement et l’intérêt que lui porte le public. Alain Damasio et Florence Hinckel en sont deux représentants exemplaires. Colin Pahlisch rédige une thèse sur la science- fiction contemporaine à l’Université de Lausanne ; il anime cette rencontre.)

partager

sur les traces de Yannis

A l’occasion de la sortie de U4.Contagion, vous en saurez un peu plus sur l’élaboration de nos romans grâce à des bonus qui seront publiés sur l’application Nathan Live (il faut scanner la couverture). Mais j’ai envie de vous en dire un peu plus sur le trajet de Yannis ! Petite prévention utile : n’allez pas plus loin si vous ne voulez pas connaître le trajet de Yannis avant de l’avoir lu. Comme dans U4.contagion, voici le signe d’un divulgâcheur, comme disent les Canadiens (merci Yves pour l’info sur le terme !) :

spoil

Ce qui suit à partir de ce signe divulgâche mon roman.✋‼️

U4.Yannis

U4. Yannis est avant tout un road-trip. Pour écrire le récit de Yannis, qui traverse pratiquement toute la France, dans mon souci de réalisme constant j’ai dû me renseigner de façon précise sur les lieux traversés, certes, mais aussi sur les temps de parcours, suivant que mon héros marche, court, navigue, roule en vélo ou en voiture (j’ai beaucoup utilisé v=d/t, ça ferait des énoncés de problèmes sympas). Je me suis rendue physiquement sur pratiquement tous les lieux, de Marseille à Paris surtout, mais Google Earth me fut aussi d’une aide précieuse, pour calculer le kilométrage et voir ou revoir les lieux en vrai. Il y a un seul lieu au nom imaginaire, appartenant initialement à l’univers d’un de mes co-auteurs, où je n’ai donc pas pu me rendre ni physiquement ni virtuellement. A vous de le découvrir !

Voici la carte montrant le trajet de Yannis (Notons que vous avez du même coup une partie du trajet de Stéphane, mais je ne vous en dis pas plus, histoire de ne pas divulgâcher le roman de Vincent sans son autorisation) :

trajetyannis

Détail sur le trajet de Yannis à Marseille :

marseille

Détail à Lyon :

lyon

Détail à Paris :

paris

Cliquez sur les images si vous souhaitez les voir en plus grand.

(merci à Olivier pour avoir passé tant de temps à confectionner ces cartes pour moi).

(Il se chuchote que certains aimeraient reproduire ce trajet en vélo. Un beau défi ! Dans ce cas j’aimerais bien des photos :-))

Voilà. Petit message aux rebelles qui ont bravé le divulgâcheur : vous savez par où est passé mon héros, mais pour savoir ce qu’il y vit, pas d’autre solution que de lire U4.Yannis (désolée). Si vous souhaitez savoir ce qu’il a laissé comme impression à Jules, Koridwen ou Stéphane, et ce qu’ils vivent eux-mêmes dans certains de ces lieux, lisez leurs romans respectifs. En revanche, si vous souhaitez savoir ce que vit Happy, le chien de Yannis, dans ces mêmes lieux, alors il faut lire la nouvelle le concernant dans U4.contagion. Si vous souhaitez en savoir encore plus sur plein d’autres personnages dans plein d’autres lieux, lisez toutes les nouvelles et les BD de l’ouvrage 😉 C’est ça, le virus de la curiosité, il ne cesse d’étendre les possibilités de lecture. Puissiez-vous en éprouver de grands plaisirs !

partager

U4. Contagion, c’est quoi ?

Aujourd’hui paraît U4. Contagion, disponible dans toutes les bonnes librairies. Ci-dessous, voici tout, tout, tout ce que vous rêviez (pas vrai ?) de savoir à propos de cet ouvrage.

😷😷😷😷

éditions Nathan/Syros, novembre 2016

U4. Contagion, c’est :

  • une vingtaine de nouvelles écrites par le collectif U4 : Yves Grevet, Florence Hinckel, Carole Trébor, Vincent Villeminot ;
  • 2 BD, l’une dessinée par Marc Lizano, sur un scénario de Carole Trébor ; l’autre avec Lylian au scénario et Pierre-Yves Cezard au dessin ;
  • 4 fan fictions par Claire Juge, De La Rauses, Clara Suchère, Sylvain Chaton ;
  • quelques bonus.
9782092567180_1_75

U4. Contagion

Qu’en disent les éditeurs ? Ceci :

Le phénomène U4 continue. Vous allez être sous le choc !

Le virus U4 a décimé 90% de la population mondiale, n’épargnant que quelques adolescents entre 15 et 18 ans et de rares adultes. Koridwen, Jules, Stéphane et Yannis font partie des survivants. Mais ce ne sont pas les seuls.
« Je m’appelle Séverine, le monde est ravagé et je crois que je suis enceinte. Je m’appelle Philippe, moi, président de la République française, je n’ai pas pu sauver ma propre famille. Je m’appelle Nicolas, je suis bloqué en Espagne avec mes potes : tout le pays est mort sauf nous, touristes français. Je m’appelle Happy, j’ai compris bien avant mes maîtres qu’un bouleversement se préparait. Je m’appelle Koridwen, j’ai l’impression d’avoir déjà vécu ça… »

Ce que j’en dis moi ? Cela :

Dans U4. Contagion, nous avons voulu donner des nouvelles de nos personnages principaux avant ou après nos récits, mais aussi de nos personnages secondaires. Ce n’est pas tout ! Nous avons introduit les histoires de nouveaux personnages, dans des lieux qui nous intriguaient… Bref, nous avons étendu nos récits spatialement, chronologiquement ainsi que psychologiquement (même si le terme paraît pompeux).

U4, c’est donc maintenant… 5 ouvrages ! On peut lire les 4 romans dans l’ordre que l’on veut, puisqu’on les a écrits dans cet esprit, mais il vaut mieux lire les nouvelles et BD d’U4.contagion après les 4 romans, car elles les spoilent beaucoup. Tous les ouvrages sont disponibles en librairie.

😷😷😷😷

les4u4

partager

U4 contagion J-1

C’est demain que sort U4.Contagion 😷 ! Voici en attendant quelques-unes des photos créatives de ceux qui l’ont reçu en avant-première (et n’oubliez pas, pour profiter pleinement des nouvelles et des BD de cet opus, toutes plus ou moins spoilantes, mieux vaut avoir lu les 4 autres romans qui, eux, peuvent être lus dans l’ordre qui vous plaira – ils sont bien sûr disponibles dès à présent dans vos librairies préférées 😇).

capture-decran-2016-11-02-a-09-33-53

(Nos 4 romans adoptés par Littérature en folie)

lalectrice

 

instagram

capture-decran-2016-11-02-a-09-07-33

 

capture-decran-2016-11-02-a-09-08-04

capture-decran-2016-11-02-a-09-08-49

capture-decran-2016-11-02-a-09-26-59

(Claire se déchaîne sur Instagram, et pour cause ! Elle est l’auteure d’une des fan fictions publiées dans l’ouvrage)

Et des bookfaces !

 

capture-decran-2016-11-02-a-09-08-27

facebook

(merci, Tom !)

Allez, à demain pour un descriptif complet de la chose.

partager

photo de la semaine 26

Oui je sais, ça devient de plus en plus irrégulier, cette histoire : d’habitude la photo de la semaine arrive le samedi ou le dimanche et on est lundi, hérésie !

Capture d’écran 2016-06-25 à 09.12.27

 

J’ai choisi cette photo parce que je la trouve belle, mais aussi parce que son auteure instagrameuse bookishland a choisi d’écrire ses notes à la fois en anglais et en français (certes, je suis un tout petit peu traumatisée par le Brexit, un retrait étrange quand la langue anglaise est omniprésente chez nous – c’est toujours cette idée de proximité que je sens très fort ; je me sens peut-être un peu comme une amoureuse éconduite !).

 

partager