Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag U4

U4 : les belles choses

L’aventure U4 ne cesse de nous apporter de belles surprises. Outre un démarrage enthousiasmant dans les librairies, grâce à des libraires qui ont choisi de jouer le jeu à fond, les salons du livre ne ménagent pas non plus leurs efforts pour concocter de jolis moments pour les lecteurs et, par ricochet, pour nous aussi, bien entendu.

La surprise la plus récente fut celle du week-end dernier, à Saint-Etienne. La compagnie La Peau de l’Ours nous a offert une représentation émouvante. Une seule comédienne pour jouer tour à tour chacun de nos personnages (puisque c’est un seul lecteur qui navigue de l’un à l’autre de nos romans, endossant le costume de chacun de nos personnages), au fil d’extraits choisis avec soin.

IMG_5558

Stéphane…

IMG_5559

Yannis…

IMG_5561

Koridwen…

IMG_5562

… et Jules.

photo

Puis discussion.

Je vous ai déjà parlé de la nuit des ados, à Troyes, et comme je n’ai posté les images que sur Facebook, les voici ici, pour ceux qui ne sont pas sur le réseau chronophage :

U4nuit

Plongés en pleine nuit.

Et voici des croquis de Robin, durant l’échange du tout début de la nuit :

robin1

 

robin2

 

(Si d’autres organisateurs de salon sont intéressés par ce jeu de piste de la nuit des ados, ils peuvent contacter En piste l’artiste.)

Il y eut aussi la sieste littéraire frissonnante, à Gaillac. Cette fois il n’y avait que moi sur les 4 d’U4. Cette photo montre le comédien Régis Maynard, avant qu’il n’aille se poster dans notre dos, afin que l’on puisse fermer les yeux à notre aise, tranquilles dans nos chaises longues, et qu’il ne lise avec talent des extraits d’U4.Yannis, avec un accompagnement musical parfaitement adapté :

IMG_5536

(on était à Gaillac, donc la photo du vin, au mur, c’est normal !)

Mes photos prises avec mon téléphone sont moches, floues, mais fixent ces moments de pur bonheur. Déjà des souvenirs.

partager

Fête du livre du Var, à Toulon, ce week-end

Vous habitez non loin de Toulon ? J’y serai vendredi, samedi et dimanche, pour dédicacer mes ouvrages !

Je ne serai pas avec mes co-auteurs, cette fois, mais il y aura tous les U4 (on réfléchit comment faire pour dédicacer les romans des autres en leur absence !) et, cerise sur les pêches au sirop (référence directe à U4-même, en référence à une autre oeuvre), vous pourrez venir assister à une rencontre U4ienne avec moi toute seule, intitulée Classiques et modernes (pas mal !). Rendez-vous de 10h à 10H45, sous le chapiteau de la place d’armes, juste pour discuter, puis le reste du temps pour dédicacer… et encore discuter si vous le voulez !

toulon

 

–––––

Vous parler aussi de ceci :

marelle2

Vous avez reconnu l’incipit de La vie devant soi, d’Emile Ajar ? C’est aussi le titre d’une revue éditée par La Marelle, nom de la résidence d’auteur où nous avons passé une semaine, à Marseille, mes co-auteurs U4ien et moi.

Et dans cette revue n°6, que trouvons-nous ?

marelle

Eh oui, des prologues inédits d’U4 ! Autrement dit, les mots de nos héros, avant la catastrophe. Amis marseillais, procurez-vous cette revue ! (500 exemplaires seulement)

partager

où il est question de bleu, de vert, de rouge, de noir… et d’impatience !

Voilà, le mois de juin touche à sa fin ! Peut-être mon mois préféré dans l’année. C’est durant ce mois qu’apparaissent les cigales, les martinets, que les bains de mer se font plus réguliers, que les petits-déjeuners derrière les persiennes où filtre le soleil sont un bonheur supplémentaire (et où, on l’aura compris, je suis encore plus heureuse de vivre où je vis). C’est aussi le mois des galas de danse, tombolas, concerts, kermesses. Le mois où la pression se relâche, où davantage de gens sourient. Et pour nous une fin d’année doublement particulière : mon fils quitte l’école primaire pour le collège et ma fille le collège pour le lycée. Deux grands sauts !

Le mois où, aussi, on n’a pas le temps de grand-chose. Je prends enfin celui de faire un point sur la vie de mes livres, et sur les réactions de mes lecteurs.

Allez, je commence par #bleue !

couvbleue

#Bleue est sélectionné pour 4 prix : 

Sélection Prix littéraire de la citoyenneté 3e/2nde 2015/2016 (Maine-et-Loire)

Sélection Prix Passerelles 3e/2nde 2015/2016

Sélection Prix Tapages 3e/2nde 2015/2016

Sélection Prix Livre en tête catégorie « ados » 2015/2016

Et bénéficie de nouvelles chroniques sympathiques :

Whalzz : J’ai trouvé le message transmis par ce livre plutôt profond quand on considère que c’est un roman destiné à un public très jeune. Je le recommande sans hésiter aux ados pour prendre un peu de recul face à ce que notre société devient et pour toujours rester eux-mêmes, que ça plaise ou non aux autres.

La vie des livres : J’ai adoré ce roman qui traite de la douleur, assez complexe par rapport aux répercussions qu’elle peut amener dans une vie, mais qui est amenée avec beaucoup de justesse et d’intelligence. On voit parfaitement où l’auteure veut en venir à mesure que l’on avance dans l’histoire. L’idée de l’oblitération est excellente et  bien exploitée pour captiver ainsi que faire passer le message.

Entre nous : Un roman révoltant car tout à fait plausible! Une histoire fort bien écrite et qui nous montre que l’excès n’a aucune limite.

La littérature jeunesse de Judith et Sophie : Florence Hinckel nous offre ici encore un bon roman de science-fiction qui invite à se poser quelques questions et surtout celles de nos limites…

Librairie Le Goût des mots : Un roman au suspense glaçant, fort et engagé. A lire tous portables et ordinateurs éteints !

#bleue est l’un des choix de lectures d’été 2015 fait par la librairie Mollat de Bordeaux.

*********

Quatre filles et quatre garçons continue de me valoir des lettres et messages de lectrices très, mais alors très émouvants.

4F4Gvign

Un merci immense à Prune, 12 ans, pour son long mail magnifique, qui parle aussi de Théa et de #bleue et qui se termine ainsi :

« Vous serez toujours présente dans mon cœur, {du moins, vos livres} et je vous encourage à nous raconter des histoires encore et encore, jusqu’au jour où vous ne pourrez plus.
Parce que ça nous fait rêver. 
Parce que ça nous fait vivre. 
Tout simplement, merci. »

Pfou, comment ne pas écraser une larme ? Merci aussi à Jeannelire pour ses tweets tout aussi émouvants (à voir sur Twitter, donc !) et sa très chouette chronique sur son blog Mon île aux livres : J’ai lu ce livre lors de ma dernière semaine de troisième, et donc du collège. Alors forcément, revivre ma dernière année à travers cinq cent pages m’a particulièrement émue. J’ai trouvé la façon dont Florence Hinckel a traité cette dernière année  de collège très sincère et juste.  Tout d’abord, le livre est français. Forcément on retrouve les mêmes objectifs à la fin de cette classe charnière et le même système éducatif. Parfois, lorsque l’ouvrage a été traduit, on a plus de mal à s’y reconnaitre (je parle du point de vue scolaire bien sûr !). L’écriture de l’auteure est fluide et douce, et varie à merveille en fonction du personnage. Bref, une très bonne lecture, émouvante, avec des personnalités et des vies très variées.

Et deux nouvelles chroniques sur la blogosphère :

Deux paillettes (blogueuse ado) : J’ai A-D-O-R-E ce livre ! Il est vraiment tout simple : c’est la vie courante de huit collégiens, mais j’ai pris énormément de plaisir à le lire ! Le fait que le narrateur change régulièrement, ça m’a beaucoup plu car chacun donne son opinion … On se reconnaît un peu dans chacun d’eux … Je trouve qu’ils ont chacun un style d’écriture très différent ! La lecture est très simple, il est très captivant et on a du mal à le lâcher !  Je le conseille vivement ! 

L’aviscoccinelle (blogueuse ado) : J’ai adoré découvrir tous ces personnages, tous différents les uns des autres. Les parties prennent vraiment en ampleur au fur et à mesure des pages, et même si je ne savais pas tellement où me placer au début de ma lecture, j’ai été conquise ! On se laisse bercer par cette bande d’amis qui ne veulent surtout pas être séparés et qui font tout pour rester ensemble. En plus de cela, les thèmes abordés, généralement sérieux, peuvent toucher tout le monde et c’est bien qu’ils soient amené avec légèreté. Un beau « J’adore ! », proche du coup de cœur !

*********

Hors de moi émeut aussi :

hdm200

coupdecoeur1Coup de coeur de Plaisir de lire :  … un joli petit coup de cœur. Malgré une première partie assez déroutante et pas forcément engageante, la suite est une pure merveille. Le sujet est tellement bien abordé et en même temps de façon un peu timide. Mais je trouve que cela colle parfaitement au personnage de Sophie, dont nous avons le point de vue interne. Une belle histoire assez émouvante et touchante. Je suis ravie de voir que pour une fois, la quatrième de couverture garde complètement la jolie bombe dans l’ombre. Quant à moi, je vais sûrement lire bientôt la sorte de suite qui est sortie avant.

Mais aussi :

Pause loisirs : Ce roman plein d’émotions permet aux lecteurs de faire face à une situation difficile mais pourtant bien réelle.

********

Mais je suis heureuse aussi quand je fais rire ! Et c’est le cas avec Le Chastronaute !

chastronaute200px

 

Les lectures d’Alexia : Il y a pas mal de rebondissements, qui tiennent en haleine le lecteur. Les petites illustrations qu’on trouve tout au long du livre sont très chouettes. Pour conclure, une lecture bien sympathique et rigolote.

Joanskingdom : Mes enfants et moi-même avant bien aimé cette petite histoire. Une petite découverte assez sympa.

samuserensemble : On a aimé :

  • Découvrir une nouvelle aventure de Pitre
  • Que le point de vue soit celui du chat, avec le décalage que cela crée, les humains ne sachant pas qu’il les comprend
  • L’humour et les jeux de mots

Juste one more page : Un petit roman très drôle, truffé de situations cocasses, et d’un chat qui ne rêve que d’une chose: sa tranquillité. A mettre entre toutes les mains des enfants qui aiment les animaux, c’est-à-dire tous.

********

Et puis je l’avoue, « j’espionne » les discussions entre blogueuses sur Instagram. Passionnant de les voir s’échanger leurs avis sur la lecture des épreuves non corrigées d’U4 ! D’autant plus que les maisons d’édition ont joué un jeu pervers : elles n’ont envoyé que 2 romans sur les 4 un peu au hasard. Et du coup, avec un délice sadique (oui, les auteurs sont encore plus pervers que les éditeurs), je les vois piaffer d’impatience dans l’attente de lire les 2 romans qui leur manquent. Hé hé hé, patience !

u4

partager

mon anecdote vertigineuse à propos d’U4

Par Posted on 10 , 0

Lundi, à la conférence de presse d’U4 à Paris, j’ai vécu avec mes co-auteurs et toute l’équipe des deux maisons d’édition un moment très fort. Exceptionnel. Aurais-je pu imaginer, il y a seulement un ou deux ans de cela, que je vivrais quelque chose de semblable ?

u4-108

Certes on ne peut pas présumer de la suite de l’aventure. Le public accrochera-t-il autant qu’on l’espère tous ? Les médias seront-ils présents (et pourquoi pas ceux qui boudent d’ordinaire la littérature dite « jeunesse » – on a explosé tant de barrières en littérature pour les ados que je crois qu’on ne peut pas la restreindre à ce terme) ? On ne peut pas savoir. Mais ce qui arrive est là et bien là, c’est un début d’aventure, et quelle que soit sa suite, je prends.

u4-134

Je prends, je savoure, mais je ne peux jamais me départir de cette distance étrange peut-être due à une extrême lucidité. Mais si « lucidité » vient du mot lumière, elle repose chez moi sur un lit d’inconscient, qui peut surgir à la surface de façon inopinée.

Une anecdote vertigineuse, pour vous expliquer cela :

Je crois bien que c’est Vincent qui a trouvé le nom du virus de notre projet (chers co-auteurs, reprenez-moi si je me trompe) : U4 (le virus est apparu à Utrecht). Le nom était parfait, autant pour sa signification en anglais que pour le son qui claque. Je l’ai tout de suite apprécié. Il me fut tout de suite familier, sans que j’analyse pourquoi. J’ai traversé ces deux ans de réflexion et d’écriture collectives avec ce nom constamment en tête et sur mes lèvres. U4, U4, U4.

Et, croyez-le ou pas, et si c’est incroyable que je comprendrais que vous ayez du mal à le croire, il n’y a qu’un mois ou deux que j’ai compris pourquoi ce nom d’U4 m’était si familier.

J’effectuais une recherche internet sur U4, pour voir si on en trouvait déjà la trace chez certains libraires. Et je suis tombée sur des images de ce style :

U4hautfourneau

 

Ce qui m’a frappée tout d’abord, c’est que certaines de ces images pouvaient bien coller à notre univers post-apocalyptique. Etrange coïncidence. Mais je n’étais pas encore consciente de la plus incroyable des coïncidences. Il me fallut quelques minutes pour la comprendre.

U4.

C’est le nom de ce haut-fourneau à Uckange, en Lorraine, qui ferma définitivement en 1991.

Le haut-fourneau où mon grand-père paternel travailla durant toute sa vie professionnelle.

Où mon père travailla aussi, jusqu’à mes 3 ans, avant que l’on descende sous le soleil du sud.

Le haut-fourneau situé au bord d’une longue route étroite, de l’autre côté de laquelle est posée la petite maison de mes grands-parents aujourd’hui décédés.

Oui, presque en face.

Je suis née et j’ai passé les trois premières années de ma vie dans l’ombre d’U4, le haut-fourneau.

Et je viens de passer deux années d’écriture dans la lumière d’U4, notre projet fou et enthousiasmant.

Comment ne pas garder une distance avec ce qui arrive au présent, quand on a la conscience inconsciente du passé qui l’a amené, par couches successives, parfois si enfouies qu’on les a oubliées, jusqu’à ce qu’elles ressurgissent sans crier gare, d’une façon parfois fantastique ? L’écriture est ce moyen de relier et de faire émerger les différentes couches des profondeurs de la vie. L’écriture collective réserve des surprises encore plus étonnantes, issues d’autres cerveaux que le sien. L’écriture et ses miracles finissent par être toujours plus forts que l’exposition qu’ils engendrent, si exaltante soit-elle.

Ce ne fut pas la seule manifestation fantastique d’U4 dans nos vies et nos romans. J’ai d’autres anecdotes incroyables dans ma besace, que je vous livrerai peu à peu. Dont on vous parlera de vive voix, lors des rencontres déjà prévues à l’automne et plus tard. Et U4, même pas encore paru, n’a peut-être pas fini de nous révéler ses surprises et secrets.

U4CL1

partager

en attendant l’île d’Aix, puis Paris

On attend avec impatience la page Facebook d’un certain Yves Grevet, qui, suivant des rumeurs imprécises, devrait ne pas tarder à apparaître dans un coin de la toile. Info ou intox ?

En attendant, n’oubliez pas d’aimer par milliers et de surveiller attentivement les pages des 3 autres Uquatriens, qui décidément ne peuvent pas s’empêcher de cross-écrire :

Carole Trébor

Vincent Villeminot

et ma modeste personne.

Il n’est pas exclu qu’aujourd’hui même des nouvelles fraîches vous parviennent…

***********

En attendant je poursuis mon petit marathon. Après Denain, près de Valenciennes, j’étais ces derniers jours à Berck, près du Touquet, pour les rencontres avec les élèves qui ont élu Chat va faire mal pour le prix des écoliers. Rencontres exceptionnellement bien préparées, avec moult charades, chansons, saynètes, un véritable festival ! Et bien entendu, des chats, des chats et encore des chats (on ne s’en lasse chat) :

IMG_4951

FullSizeRender

Grand merci aux enfants, enseignants, et à Colette et Christian pour leur belle hospitalité.

***********

Et je repars après-demain pour l’île d’Aix ! Le salon Aix-libris me tend ses bras.

logo_aix_libris

D’après mes informations, je ne serai pas en mauvaise compagnie.

************

Je fais ensuite une escale à Paris, pour un événement Uquatrien dont je vous reparlerai très vite. Vous ne serez pas mis à l’écart de cet événement intersidéral, je vous le promets.

**********

Sinon encore des chroniques sympathiques, que je n’ai pas le temps de compiler ici, mais visibles sur les pages de #bleue, Populaire, Le chastronaute, et Quatre filles et quatre garçons.

MERCI !

partager