Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag Vanilles et Chocolats

Vanilles et Chocolats : “drôle et captivant”

C’est sa troisième vie, en poche, et Vanilles et Chocolats continue de plaire, j’en suis vraiment contente.

Dans le Hors-Série du Petit Quotidien, par exemple, actuellement en kiosque, plein de bons conseils culturels…

 

… dont Vanilles et Chocolats (Et sur la même page, un ouvrage de l’ami Gaël Aymon !) :

 

On parle encore de Vanilles et Chocolats sur le blog des Lectures de Kik : Un roman sur la société de maintenant, pour les enfants qui vont entrer dans l’adolescence. Un roman qui met en avant des petites différences, de la vie de tous les jours, qui sont loin d’être anodines.

Et Amélie, 13 ans, l’a lu aussi, et l’a aimé, et c’est ici : Personnellement, j’ai trouvé ce roman très drôle et en même temps captivant, mais derrière l’humour, il y a aussi une petite histoire d’amour… Je conseille vraiment de lire ce roman. Dans ce livre, on parle beaucoup de l’égalité des sexes, du respect et aussi de la différence… J’aime beaucoup ce livre parce que les personnages principaux ont à peu près mon âge et je suis d’accord avec Julia à propos des garçons… Bonne lecture !

partager

“douceur des mots”

Bonjour, bonjour, vous tous qui passez par ici ! Alors dire rapidement que, voilà, la rentrée et les sorties de rentrée, c’est fait. Maintenant ça va juste à toute vitesse. Je prendrai du temps pour vous raconter un peu ce qui se passe de foisonnant… quand j’aurai le temps ! Et donc je viens juste ici répercuter quelques échos :

On parle encore de L’été où je suis né sur le site A l’ombre du grand arbre. Un roman qui a une vie étonnante, qui fait son petit chemin lentement (sûrement je ne sais pas, l’important c’est qu’il chemine) :

La douceur des mots de Florence Hinckel met du baume au coeur, des larmes dans les yeux et les pensées en vrac. A l’ombre du grand arbre

Un autre roman au destin atypique, c’est Vanilles et chocolats, qui en est à sa troisième vie, et a suscité ceci :

Une mise au point intelligente et pleine d’humour sur les stéréotypes, parfois inconscients (l’effet Pygmalion bien connu du milieu enseignant notamment). Une lecture nécessaire qui rappelle que rien n’est acquis et que l’éducation à l’égalité et au libre-arbitre est essentielle. Blog 3 étoiles

Voilà un petit roman d’actualité et qui sonne terriblement juste… Un chouette roman pour ne pas tout accepter sans broncher et se souvenir que rien n’est jamais gagné ! Enfantipages

Et à propos de Mémoire en mi :

Les lectures de Kik : … pour le moins intrigant…

Oeil d’ailleurs : Un récit sur l’amitié et l’amour maternel, éternel. Une lecture facile, rapide et claire.

Les lectures de Liyah : Une petite histoire vraiment très sympa. Un sujet original et vraiment bien traité. Un livre que je vous recommande et résolument une collection à découvrir !

Merci à tous ceux qui lisent, et à tous ceux qui partagent ces lectures…

 

partager

pas assez d’ascétisme hélas

Ce qui se passe : dernières corrections sur Mémoire en Mi (Minisoon chez Syros), un défi avec un ami relevé haut la main (surtout par lui !), lectures et réflexion concernant un éventuel nouveau sujet d’anticipation un peu fou (état embryonnaire pour l’instant), projet de se lancer enfin dans le tome 3 du Chat Pitre, pluie qui tombe à verses, désirs en pagaille, amitiés qui se développent avec bonheur, volonté farouche et régulière mais vaine d’être plus organisée et efficace, doutesdoutesdoutes, papillonnages suite aux doutes, déplacements rencontres, train attentes trajets, une tonne et demie de romans à lire – ça fait partie des désirs, envie de soleil et de baignades dans la mer, de concerts de jazz en plein air, enfantsenfantsenfants, amour tant qu’à faire (!)… et encore tout un tas de choses qui se superposent si bien que bon ben badabam tout est beau et bon et feu-d’artificiel mais vie trop mille-feuillesque. Faudrait écrémer. Faire son Murakami. Ascétisme. Choix. Priorités.

Hum.

——–

Sortie en poche de Vanilles et Chocolats, prévue le 10 juin. Avec une nouvelle couverture très différente, qui au début m’a déroutée (me déroute encore pas mal à vrai dire)…

Je ne connais pas encore le nom de cet illustrateur.

Ce n’est que la troisième vision d’une même histoire ! Visions précédentes :

(Lucie Albon)

(Michaël Sanlaville)

C’est complètement inouï, tous ces dessins et couleurs d’après mes mots. Ma vie est formidouble voire triple.

(promis, je vais boire moins de café).

partager

in ze newspaper

Et concernant le prix à la pittoresque appellation de Pissevin, Valdegour, Wallon (j’aime particulièrement le “Pissevin” ;-)), c’était même dans le journal, avec interview de môa, et tout.

(Cliquer pour agrandir)

Ca, c’était Midi-Libre. Dans La Provence, concernant les ateliers d’écriture, c’est par là.

partager

Vanilles et chocolats : prix Valdegour Pissevin Wallon

… qui sont 3 quartiers de Nîmes, mais excentrés (contraste fulgurant avec la joliesse proprette du centre), de ces quartiers où j’aime me rendre car je m’y sens utile, car le regard des enfants y est direct, profond, aux aguets, où les paroles roulent plus vite qu’ailleurs, et râpent parfois. Où la frontière entre gentillesse et provocation est parfois difficile à discerner, mais qu’importe je fais toujours comme si j’y croyais fort, à leur gentillesse (et j’y crois), et généralement ça marche, et les défenses tombent, et la gentillesse devient vraie.  Tous m’ont demandé : “c’est vous que vous avez écrit le livre ?” Et souvent à la suite : “Franchement, il était trop bien, madame. ” (on imagine là mon émoi). Un autre, 10 ans : “j’ai trouvé que c’était quand même bien de lire.” Et alors que je le félicite pour sa découverte, il prend un air paternel : “Faut continuer à écrire des livres, m’dame”.

Journée très riche, hier, donc, très énergisante.

(cliquer pour agrandir)

Florence Hinckel, auteur jeunesse

partager

un bien beau vikende chers zamis

Eh bien très bon salon que celui de Gaillac, rien à dire ou alors beaucoup, mais en bien (merci à Sarah, Betty, Sabrina et tous les autres). Sauf qu’en train de chez moi c’est très très très loin comme tout ce qui est transversal dans notre hexagone ferroviaire – patience et longueur de temps… Vos questions chers enfants, chers ados, ont été vraiment intéressantes, j’ai beaucoup apprécié, il y a même eu des mises en réseau (analyse comparée de Vanilles et Chocolats et Les copains, le soleil et Nabila : un vrai bonheur !). Et pour finir, les autres auteurs et illustrateurs jeunesse invités étaient très sympas, et intéressants, et drôles… Que demander de plus ?!

On pourrait demander en plus des bons livres. Le pire, le mieux, c’est qu’il y en avait. Pour preuve celui de sieur Scotto qu’il m’a très gentiment offert.

Commencé durant le salon puis terminé durant le train, j’ai beaucoup aimé. Ce fut une belle surprise car j’avoue ne pas avoir accroché à deux ouvrages de la même collection (Nouvelles, chez Thierry Magnier). Et j’étais un peu fébrile en débutant ma lecture car il m’eût été pénible de ne pas aimer un ouvrage de Thomas Scotto. J’ai été vite rassurée : d’emblée on plonge dans un univers loin d’être manichéen, comme le titre l’annonce, tout comme la vie, et du coup rien n’y est simple, ni simpliste. Difficile d’adresser aux adolescents toute la complexité du monde, mais TS y parvient avec grâce et sensibilité, tout en nous baladant jusqu’aux Etats-Unis. Il aime ses personnages, il leur accorde infiniment de tendresse, qui se répercute chez le lecteur bousculé ainsi par diverses émotions. Les chutes (ô combien difficiles à amener dans le genre de la nouvelle, et c’était ce qui m’avait le plus déçu dans celles que j’avais lues de cette collection), arrivent ici pile au bon moment, elles nous cueillent juste quand il faut pour être surpris, ni trop tôt ni trop tard. Et soit elles nous font sursauter, soit elles nous émeuvent, et souvent nous font réfléchir sur les causes et les conséquences de nos actes et de nos affects, toujours liés.

C’est intelligent, c’est beau, c’est du Thomas Scotto ! Bel essai bien transformé pour son entrée dans le monde de l’adolescence. J’espère qu’il ne va pas s’arrêter là 🙂

Allez pour terminer je vous révèle mes nouvelles préférées dans cet ouvrage : V comme hirondelle pour la surprise, Et Kennedy est mort pour la profondeur psychologique et l’émoi, Harold pour la tendresse, Un reste de poussière pour le questionnement ontologique, et Mi-ange mi-démon pour… le frisson d’horreur !

 

partager