Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag les copains le soleil et Nabila

retour sur mes rencontres à Mourenx

A Mourenx, les 23 et 24 mai derniers, les rencontres étaient riches autour de mon roman Les copains, le soleil et Nabila (Gallimard Jeunesse, collection Folio Junior).

copains

A l’école Victor Hugo, les CM2 ont confectionné un roman photo fabuleux à partir des scènes du roman :

roman photo CM2 complet

Quel boulot incroyable ! D’autres CM2 ont de leur côté tourné des petits films à la manière de Charlie Chaplin (je cite Le dictateur dans mon roman qui fait la part belle au cinéma, s’inspirant surtout du technicolor de West Side Story). Là aussi, un projet ambitieux et réussi.

Quant aux sixièmes, cela leur a inspiré textes et dessins (à cette occasion mon texte a parfois été perçu de façon très didactique. Les enseignants s’en emparent souvent pour lutter contre le racisme. Cela ne cesse de m’interroger – puisque je  ne l’ai pas écrit dans cette optique -, sans réussir à me forger d’opinion précise sur la question : un roman jeunesse doit-il être abordé en classe de façon pédagogique ? Après tout, la lecture d’une histoire est un beau support, et les contes eux-mêmes ne sont-ils pas originellement très pédagogiques ?… Ma façon d’écrire a-t-il induit cette approche ? Cela peut-il nuire à l’amour de la lecture ? Ou au contraire y contribuer ? Questionnement en cours, toujours… ).

FullSizeRender IMG_6200

IMG_6205

IMG_6206

IMG_6207

IMG_6208

(Ce texte ci-dessus me fait beaucoup rire !)

IMG_6210

IMG_6211

IMG_6214

IMG_6215

Merci à tous, élèves et enseignants !

partager

photo de la semaine 21

Moi qui croyais maîtriser Instagram, le rouge de la honte m’est venu aux joues quand j’ai constaté que j’avais plein de messages privés depuis des mois, sans le savoir. Je découvre donc avec retard des messages et photos adorables ! La photo de la semaine est un peu une tricherie donc, car si je viens bien de la découvrir, elle date de plusieurs semaines.

IMG_6186

 

On savait déjà qu’on était lus par des chiens, des chats, désormais on sait qu’on a aussi des fans en peluches. U4 ne cessera jamais de nous étonner !

J’en ai découvert encore une très sympa (même si Stéphane est peu visible hélas) :

IMG_6187

 

Sinon voici les vraies photos de la vraie semaine qui vient vraiment de s’écouler :

IMG_6188

(photo de la fidèle Claire que j’ai eu le plaisir de voir à Saint-Malo)

IMG_6189

IMG_6191

(je ressens comme une pression ;-))

IMG_6192

IMG_6190

(j’aime bien voir des photos de livres empruntés en bibli – cependant j’aime moins quand, sous une photo de livre sous forme numérique, une discussion s’instaure pour savoir comment l’obtenir en piratant : faut-il rappeler que le piratage tue le livre ? Si vous souhaitez lire encore de bons livres écrits par des auteurs à qui on donne les moyens de les écrire, songez-y avant de télécharger un roman illégalement. C’était la minute nécessairement pisse-vinaigre de cet article.)

 

********

Sinon sachez que je repars demain pour 2 journées de rencontres dans la région de Pau. Je suis heureuse qu’un des livres choisis soit Les copains, le soleil et Nabila, paru chez Gallimard Jeunesse, collection Folio Junior, même s’il a déjà quelques années. J’ai beaucoup d’affection pour ce titre (Azhar, qui vit dans le quartier du Panier, pourrait être une sorte de petit frère de Yannis dans U4).

copains

Puis hop à peine revenue, je repartirai pour le salon du livre de Cherbourg. Encore une fois le collectif U4 au complet sera présent, et aussi plein d’autres auteurs hyper sympas et talentueux. Venez nous voir le week-end prochain !

Affiche-salon-jeunesse-cherbourg-2016

partager

La France vue par les écrivains

Découvrez cette belle idée : La France vue par les écrivains.

Avec ici un extrait de Les copains, le soleil et Nabila, pour évoquer le quartier du Panier à Marseille, et plus spécialement La Vieille Charité.

Encore un roman qui retrouve un nouveau souffle, grâce à Marseille qui a le vent en poupe ces temps-ci. C’est loin d’être usurpé car je connais bien ce quartier, pour y avoir enseigné plusieurs années, et habité pas loin. Il m’a tant marquée que dans ce roman, il est presque un personnage à part entière…

partager

retour de Lille

Eh ben Lille, c’était drôlement bien. Sachez d’abord qu’à Lille il fait très beau, et très très chaud. Oui. Et se promener dans la vieille ville sous un soleil éclatant est une forme de bonheur. Après les rencontres avec les classes, après « l’épreuve » de la médiathèque, les 3 auteures filles présentes (Quitterie, Béatrice, Valérie) et moi-même décidâmes de prendre nos quartiers à Wazemmes, pour le festival Wazemmes-l’accordéon, menées par de très sympathiques bibliothécaires. Et c’est toujours une belle surprise quand on passe de bons moments avec des personnes qu’on ne connaissait pas la veille. Et, cerise sur le gâteau, le concert était chouette. Un quartet appelé Contraccordiano, tout à fait étonnant et réjouissant.

Le lendemain après-midi, séance de dédicaces à la gare Saint Sauveur mais par ce temps que voulez-vous, les gens avaient bien d’autres choses à faire. Qu’importe, on a discuté, et j’ai eu la très belle surprise d’entendre les premiers chapitres de Les copains, le soleil et Nabila, et du Chat Pitre, lus et mis en musique par ces drôles d’énergumènes :

Tout le monde prit son train, je me retrouvai seule le soir, mais non sans plaisir j’ai encore erré un peu puis me suis installée à la terrasse d’un resto que l’on m’avait recommandé. Frites (ah ben oui !), tarte au fromage de la région, petit verre de vin, et un bon bouquin (dont je vous reparlerai sans doute) : voyez-vous là quelque fausse note que ce soit ? Moi non, et j’ai sa-vou-ré.

Je retourne à Lille quand vous voulez.

*****

Sinon j’ai vu dernièrement un film iranien que j’avais loupé au cinoche, et que j’ai trouvé très très bon : Une séparation. J’en parle ici car je pense que les ados peuvent le voir, ne serait-ce que pour le rôle très fort de la fille de onze ans, mais aussi pour tout un tas d’autres bonnes raisons notamment l’absence totale de manichéisme et de jugement. Mais j’ai aussi aimé l’humanité de chacun des personnages, tous beaux.

 

partager

Les copains, le soleil et Nabila : « sympa, frais et intelligent »

Les copains, le soleil et Nabila, collection Folio Junior chez Gallimard Jeunesse, est un coup de coeur du site Grignoteurs de livres.

Non seulement la critique est très fine et sympathique, mais en bonus, ils ont ajouté dans le corps de l’article deux vidéos en rapport avec mon livre ! La chanson America de West Side Story, dont je cite quelques paroles, mais aussi Né quelque part de Maxime Le Forestier. Choix très sensible par rapport à mon texte, qui me touche beaucoup…

¸,ø¤º°`°º¤ø,¸

Et un autre avis, cette fois concernant Ligne 15, chez Talents Hauts, sur le site Lisez Jeunesse.

« C’est une série très bien écrite et très proche des ados. »

Voilà qui met du baume au coeur.

Florence Hinckel, auteur jeunesse

partager

un bien beau vikende chers zamis

Eh bien très bon salon que celui de Gaillac, rien à dire ou alors beaucoup, mais en bien (merci à Sarah, Betty, Sabrina et tous les autres). Sauf qu’en train de chez moi c’est très très très loin comme tout ce qui est transversal dans notre hexagone ferroviaire – patience et longueur de temps… Vos questions chers enfants, chers ados, ont été vraiment intéressantes, j’ai beaucoup apprécié, il y a même eu des mises en réseau (analyse comparée de Vanilles et Chocolats et Les copains, le soleil et Nabila : un vrai bonheur !). Et pour finir, les autres auteurs et illustrateurs jeunesse invités étaient très sympas, et intéressants, et drôles… Que demander de plus ?!

On pourrait demander en plus des bons livres. Le pire, le mieux, c’est qu’il y en avait. Pour preuve celui de sieur Scotto qu’il m’a très gentiment offert.

Commencé durant le salon puis terminé durant le train, j’ai beaucoup aimé. Ce fut une belle surprise car j’avoue ne pas avoir accroché à deux ouvrages de la même collection (Nouvelles, chez Thierry Magnier). Et j’étais un peu fébrile en débutant ma lecture car il m’eût été pénible de ne pas aimer un ouvrage de Thomas Scotto. J’ai été vite rassurée : d’emblée on plonge dans un univers loin d’être manichéen, comme le titre l’annonce, tout comme la vie, et du coup rien n’y est simple, ni simpliste. Difficile d’adresser aux adolescents toute la complexité du monde, mais TS y parvient avec grâce et sensibilité, tout en nous baladant jusqu’aux Etats-Unis. Il aime ses personnages, il leur accorde infiniment de tendresse, qui se répercute chez le lecteur bousculé ainsi par diverses émotions. Les chutes (ô combien difficiles à amener dans le genre de la nouvelle, et c’était ce qui m’avait le plus déçu dans celles que j’avais lues de cette collection), arrivent ici pile au bon moment, elles nous cueillent juste quand il faut pour être surpris, ni trop tôt ni trop tard. Et soit elles nous font sursauter, soit elles nous émeuvent, et souvent nous font réfléchir sur les causes et les conséquences de nos actes et de nos affects, toujours liés.

C’est intelligent, c’est beau, c’est du Thomas Scotto ! Bel essai bien transformé pour son entrée dans le monde de l’adolescence. J’espère qu’il ne va pas s’arrêter là 🙂

Allez pour terminer je vous révèle mes nouvelles préférées dans cet ouvrage : V comme hirondelle pour la surprise, Et Kennedy est mort pour la profondeur psychologique et l’émoi, Harold pour la tendresse, Un reste de poussière pour le questionnement ontologique, et Mi-ange mi-démon pour… le frisson d’horreur !

 

partager