cap

Publié sur 1 min. de lecture

Étrangement, aujourd’hui, je me sens à nouveau le désir d’être cynique, mais c’est sans doute parce qu’il fait un temps superbe dehors, et que les enfants sont à l’école. Attention je profite de l’éclaircie, hein, y’a comme un sacré soulagement après l’orage d’hier, mais le cynisme est sans doute un signe de bonne santé mentale.

Et un état d’esprit nécessaire pour continuer à faire évoluer une gamine de 11 ans dans un roman où son monde ne serait pas rose bonbon ou stéréotypé, mais le vrai monde, tout ça avec l’humour, la fantaisie et l’esprit critique propres à cet âge-là. Je vous assure que ce n’est pas facile, et surtout que le doute sur ce que vont en penser les éditeurs grandit, grandit, et que le mieux est de ne pas y penser.

Souvent cependant, je me dis : mince, pourquoi j’ai pas continué à faire parler un chat rigolo ?  Ou pourquoi je n’ai pas donné 16 ans à mon héroïne afin qu’elle puisse vivre des trucs vraiment trash et que ça ravisse tous les jurys adultes de prix jeunesse ?

Je suis vraiment stupide. Mais c’est un cap comme un autre.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 566 autres abonnés

Précédent
Plus belle tu nais… heu, non, L’été où je meurs… encore pas ça…
cap