ce week-end, salon du livre de Gaillac + Réparer les vivants + Narelle Autio

Publié sur 2 min. de lecture

Demain je repars, et cette fois ce sera pour Gaillac !

affiche_salon_du_livre_gaillac_2015_web

 

J’y vais en toute confiance, parce que je connais déjà (c’est même à ce salon que j’ai fait la connaissance pour la première fois de sieur Yves Grevet. Nous ignorions alors tous deux qu’on se lancerait dans une telle aventure commune ! – U4 pour ceux qui ne suivent pas).

Au programme, deux jours de rencontres scolaires, puis deux jours de dédicaces au stand de La librairie des enfants. Il y aura plein d’autres auteurs très très sympathiques. Venez nous rencontrer !

********

A part ça, je croule sous le retravail. Avoir plusieurs éditeurs comporte un risque, celui de leur calendrier commun ! Et me voilà avec 3 textes à retravailler dans les mêmes délais (on appelle ça : fournir une V2). Certes, ce sont de petits textes (tout de même dans les 100 000 signes), mais ça fait du boulot tout de même. Et comme j’ai ce défaut de ne pas réussir à me plonger dans plusieurs univers à la fois, je dois mettre en stand-by mon gros projet pour ados, dont je ne vous parlerai que l’année prochaine. Comme j’ai un délai à tenir pour celui-là aussi, je me trouve en situation de stress ter-ri-ble (la vie des écrivains est insoutenable, mes amis). Rassurez-vous, je vais survivre.

*******

Vous parler de ma dernière lecture, absolument bouleversante :

rc3a9parer-les-vivants1

Tout d’abord, bonne surprise : l’image de couverture est de Narelle Autio, photographe australienne qui était exposée à la Bibliothèque Départementale de Marseille l’an dernier. C’est à partir de cette exposition que j’avais mené des ateliers d’écriture auprès de collégiens.

Puis le texte. Ah le texte ! Magnifique. Malgré la difficulté du sujet, d’une vie intense. Ce ne fut pas une lecture joyeuse, mais une lecture profonde (et la photo de couverture prend alors tout son sens), et une lecture que l’on termine finalement avec une once de bonheur en soi, qui y restera longtemps, ce bonheur ténu de sentir sa juste place entre la vie et la mort.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 582 autres abonnés

Précédent
Fête du livre du Var, à Toulon, ce week-end + Emile Ajar + prologues d’U4 + Populaire dans la presse
ce week-end, salon du livre de Gaillac + Réparer les vivants + Narelle Autio