la vie douce

Publié sur 1 min. de lecture

Hier soir c’étaient encore d’autres couleurs. Un autre temps.

Mon fils que vous voyez là courir vers l’horizon a mouillé ses chaussures en même temps que le soleil. Nous avons bu sur la plage un chocolat chaud à la cannelle, versé consciencieusement en thermos une heure avant. Nous sommes repartis en vélo. Beaucoup de monde sur la promenade rose qui nous était interdite – interdite aux vélos. J’ai pensé à tous les sentiments concentrés et agités dans toutes ces personnes au même moment. Fatalement. Amour désespoir tristesse chagrin joies fureur colères espoirs allégresse. Fatalement. Et puis c’est le bout d’an. Tout semble exacerbé. Pourquoi rien n’explosait ? Peut-être parce que l’air bruissait, la mer était calme, et la vie douce à ce moment. Rien n’a explosé. Nous, nous avions encore le goût du chocolat sur les lèvres. Ce présent-là.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 582 autres abonnés

Précédent
d’une minute à l’autre
la vie douce