« Le problème du premier degré, c’est qu’il brûle quand même un peu. »

Publié sur 1 min. de lecture

Un nouveau délit vient d’être inventé : détournement de degré de langue !

C’est à la fois énorme, pathétique, drolatique et triste. Tout est expliqué sur le Clavier Cannibale de Claro, qui synthétise bien la fumisterie révélatrice du pire de notre époque, et sur l’Autofictif, blog du super-laudateur Eric Chevillard (deux blogs, soit dit en passant, que j’aime beaucoup).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 7 mars : Saint-Germain-Lès-Arpajon
☞ 4-5 avril : Villeurbanne
☞ 16-17 mai : Epoque, Caen
☞ 13-14 juin : Luçon

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 648 autres abonnés

Précédent
« plein d’amour »
« Le problème du premier degré, c’est qu’il brûle quand même un peu. »