un lieu lui est dû

Publié sur 1 min. de lecture

Lorsqu’on est ou qu’on a été instit, la question des devoirs se pose douloureusement, non à cause de la polémique devoirs/pas devoirs qui comme nombre de polémiques n’existe que pour cacher l’essentiel, mais à cause de la place que l’on sait attribuée à l’enfant dans certains foyers. Elle est parfois minime, par manque de moyens, pour cause de famille nombreuse, etc… Les questionnaires que l’on fait passer parfois : où fais-tu tes devoirs ? Quand ? sont souvent édifiants. On ne sait pas où ça se trouve, on ne sait pas quand, on ne sait même pas si l’enfant travaille ou fait un dessin (quelle différence ?), mais en tout cas une place lui a été faite, en pleine lumière. Il peut se concentrer dans un monde qui lui est propre. C’est presque comme pour rêver.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 568 autres abonnés

Précédent
oh miroir