Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Archives par tag Pépix

« un joyeux pas de côté »

Et voilà, ça reprend : rencontres, salons du livre, la saison démarre. Ma carte voyageur SNCF va chauffer !

***************

La Revue des Livres pour Enfants a aimé Super-Louis 🙂

Super Louis - Revue des livres pour enfants

****************

Sinon, je ne vais pas faire un coup de gueule tous les jours, mais quand même, quand j’entends sur France Inter (la semaine dernière), le grand patron d’Hachette dire : « le salon du livre de Paris est plus tourné vers la BD et la jeunesse que vers la littérature », mon sang ne fait qu’un tour. Bien, bien, bien… Je me rappellerai de cette phrase lorsque j’entendrai quelqu’un dire : mais enfin, les écrivains n’ont pas à vivre de leur plume, il leur faut un revenu complémentaire. Je pourrai rétorquer : en quoi cela me concerne-t-il, puisqu’on ne me considère pas comme un écrivain ?

Reconnaissance ou argent ? Les auteurs de romans jeunesse n’ont droit à ni l’un ni l’autre…

manifestation_auteurs_reforme_retraite_Salon_livre_Paris

(Je ne serai pas au salon du livre de Paris mais je soutiens les actions de différentes organisations d’auteurs : Pas d’auteurs, pas de livres).

partager

la période des anniversaires

Juste un mot rapide parce que je ne peux pas passer à côté des 10 ans de Talents Hauts, maison d’édition que je ne remercierais jamais assez pour avoir été à l’origine de Quatre filles et quatre garçons. Eh oui, je l’ai écrit suite à leur demande, et c’est exceptionnel quand un éditeur accorde ainsi une si grande confiance en un auteur (la même belle aventure m’est ensuite arrivée avec la collection Soon de Syros). Par la suite, sans Talents Hauts, mon roman Hors de moi ne serait peut-être jamais paru. Je leur dois donc beaucoup.

Sur le site de la pétillante et talentueuse Clémentine Beauvais, vous trouverez ici un beau résumé de ce que sont les éditions Talents Hauts. Merci à elle. Merci à elles.

talentshauts-logo

********

Dois-je rappeler qu’on fête aussi la 1ère année de la collection Pépix chez Sarbacane ? En tout cas, Nathan le fait brillamment, sous forme de vidéo, sur son site des Bouquins en folie, où il explique ce qu’il a pensé de Super-Louis et l’île aux quarante crânes. Merci beaucoup, cher Nathan !

pepix

A tout bientôt chers lecteurs et lectrices.

PS : (J’aimerais avoir le temps de tenir ce blog aussi bien que je le voudrais, en vous faisant partager coups de coeur ou petits moments, ou petits événements, ou belles images. Mais ces temps-ci, c’est vraiment impossible, comme si toutes les graines semées ces derniers mois voire dernières années germaient toutes en même temps, envahissant mon jardin personnel. Jolie période, donc, riche, faste et touffue !)

partager

quelques articles…

Encore pas mal de chroniques de blogueuses et blogueurs, avec un vrai souci de partage par des lecteurs passionnés dont je salue l’implication en faveur de la lecture, à propos de #Bleue, Hors de moi, ou Chat va faire mal.

Mais aussi quelques articles de presse, et ça fait du bien de voir que les journalistes culturels pensent à mettre en avant aussi la littérature jeunesse.

D’abord le magazine La Classe (qui m’a sauvé la vie à maintes reprises durant mes premières années d’instit !), a aimé Super-Louis et l’île aux quarante crânes :

Super Louis et l'île aux 40 crânes - La Classe

D’ailleurs vous le savez, la collection Pépix fête sa première année avec joie, bonne humeur et une pointe de fierté, et c’est aussi l’événement sur le site de la Fnac qui nous souhaite un joyeux Pépix-versaire !

 

#bleue bénéficie de deux nouveaux coups de coeur, un dans Le Dauphiné Libéré, édition de Genoble du 18 février 2015, de la part de Hélène, libraire chez Arthaud (merci !) :

Capture d’écran 2015-02-27 à 12.23.57

et un autre dans la presse internautique :

coupdecoeur1

Coup de coeur du webzine culturel Café Powell : Ce court roman signé Florence Hinckel est tout simplement la plus belle surprise de ce début d’année 2015… Une lecture courte mais fabuleuse, d’une intensité surprenante. Les personnages et la société dépeinte sont fascinants, le style de l’auteure addictif… Bref, courez en librairie vous procurer cette bouffée d’air frais.

Dans la revue Contrepied (EPS et Société – SNEP-FSU) de février 2015, on parle de Quatre filles et quatre garçons :

 

Capture d’écran 2015-02-19 à 10.05.18

La revue Lecture Jeune a repéré Hors de moi, en décembre dernier :

lecture_jeune_HDM

 

La revue Filiatio de janvier-février 2015 met à l’honneur Talents Hauts, avec notamment la collection Ego dont Hors de moi et les romans de trois super-copines !

Capture d’écran 2015-02-27 à 10.15.02

 

Sans oublier Ma mère est maire (collection Livres et Egaux) :

Capture d’écran 2015-02-27 à 10.55.44

Et tous les autres copains et copines (article complet, cliquer pour lire en grand) :

Filiatio#17f

partager

Astrid, Sophie, Louis et les autres…

Retrouvez sur le blog des éditions Syros, pendant un mois, une question par semaine à propos de #bleue, à laquelle je tente de répondre le mieux possible.

Et encore de nouvelles chroniques enthousiastes ! La revue de presse est à découvrir ici.

––––––

Hors de moi continue son petit bonhomme de chemin. Je ne vous ai pas parlé des cinq dernières super chroniques, que vous pouvez découvrir .

–––-–-

Idem pour 4 filles et 4 garçons (pour lequel je continue de recevoir régulièrement des mails très émouvants de mes lecteurs) : j’ai eu du mal à suivre ces derniers temps mais j’ai pu compiler les nouvelles chroniques ici.

–––—

Et puis la collection Pépix fête sa première année ! Joyeux anniversaire !!!!

pepix

Sur tout plein de blogs, c’est l’événement, avec concours et tout. Suivez Les éditions Sarbacane sur facebook et vous serez au courant de tout !

Et sur le blog Mille et une frasques, on a aimé particulièrement Super-Louis et l’île aux quarante crânesUn chouette roman très drôle, qui se lit tout seul. On ne s’ennuie pas un instant et on se bidonne tout du long. J’adore les histoires de ces mômes débrouillards qui se mettent dans des situations pas possibles et dont les parents ne croient pas un traître mot de ce qu’ils racontent ensuite. Et puis cette fin ! Ah ah ah, géniale !!

partager

« Hors de moi » rencontre ses lecteurs…

Me voilà de retour de vacances, dans une forme é-blou-issante ! Et je vais en avoir bien besoin, de cette forme, vu ce qui m’attend. Avant la mi-novembre, je dois retravailler deux textes pour enfants, un court mais aussi un long. Je dois écrire une postface pour mon prochain roman à paraître. Je dois réfléchir à une fin absolument géniale pour un gros projet. Oui, géniale sinon rien. Je dois mener une journée d’ateliers d’écriture ce jeudi, et une demi-journée de rencontre ce vendredi. Oui oui tout ça en quinze jours à peine.

Gloups.

Heureusement, de très nombreux encouragements sont arrivés ces derniers jours, tous concernant mon roman Hors de moi. C’est inattendu. Vraiment (oui, je doute encore). Le plaisir n’en est que plus vif.

D’abord, le jeune Nathan sur son excellent blog Des bouquins en folie : « C’est un roman tout en fragilité. La fragilité d’un début qui prend son temps pour saisir le lecteur. La fragilité délicate et profondément touchante d’une plume qui dessine avec tendresse le portait sensible de Sophie, celui de son histoire, celui de son avenir dont la lumière danse et menace de s’éteindre. Et quand le lecteur est saisi. Quand une page se tourne, quand un chapitre nouveau s’ouvre, quand l’histoire continue. Alors il n’est plus tellement possible de revenir en arrière, dire j’ai fini, j’arrête, poser le livre, oublier Sophie, passer à autre chose. J’ai voulu savoir la suite, connaître la fin, la décision de cette jeune adolescente alors que je la savais déjà, voir son évolution, vivre avec elle cette étape de sa vie. La voir changer.
Les plus grands romans sont ceux qui vous font grandir. Ceux de Florence Hinckel sont de ceux-là.« 

Comment ne pas rougir, bon sang ? Je suis infiniment touchée, cher Nathan.

CV3.indd

Et Mathilde m’a tout autant émue sur son Bateau Livre : « C’est un beau roman, qui non seulement plaira aux lecteurs (bon, probablement plus les lectrices) pour son thème, mais est aussi à la hauteur des attentes des adultes, qui aimeraient bien que les ados aient de beaux textes à lire… L’auteur a trouvé un juste équilibre pour sa narratrice, entre style familier d’une adolescente et images poétiques que l’on a à cet âge, sans toujours savoir les exprimer. »

Puis il y a le blog Des livres et vous : « Ce roman m’a semblé d’une grande justesse sur ce thème et bien plus pertinent que toutes les leçons de morale ! »

Et Blogamoi : « Un roman très riche, très sensible qui touchera, j’en suis sûre les lecteurs.« 

Et Vivrelire : « Un souvenir impérissable aux ricochets bouleversants. L’écriture fluide raconte de façon cohérente une réalité déchirante sans y mettre ni trémolos ni discours moralisateurs. »

Il y a aussi le jeune Théo, qui a publié une interview étoilée pour me présenter.

Encore ? Oui ! Comme l’interview de Tibo Bérard sur La soupe de l’espace, qui parle avec toujours autant d’enthousiasme de la collection Pépix qu’il a créée, dont fait partie mon Super-Louis et l’île aux quarante crânes.

Pepix_2014-586x1024

Et enfin, merci à toutes ces jeunes lectrices qui m’écrivent en privé pour me dire combien elles ont aimé Quatre filles et quatre garçons. Cette semaine, c’était Alice qui me dit l’avoir lu et relu une tonne de fois ! Quel plaisir…

4filles4garçons

Bon, avec tout cela, comment ne pas avoir la pêche pour me remettre au travail ?

Impossible.

partager

trajet, concrètement

C’est après-demain le grand départ ! Je vais y rencontrer des classes durant cinq jours, dont une de SEGPA. Et miracle des coïncidences : son enseignante est une de mes anciennes collègues de ma vie de professeur des écoles à Marseille, ainsi que l’ancienne maîtresse de Moyenne Section de ma fille… qui a maintenant 13 ans ! La vie va, vient, revient. A chaque voyage il arrive ce genre de belle surprise.

Un peu de pragmatisme, maintenant. Pour les enfants et ados qui me lisent, voici de la pédagogie.

D’abord je vais me rendre à Paris en train (ce qui est absurde puisque ça me prend quand même 4 heures et qu’après je vais redescendre en avion dans le même sens, mais bon, pas le choix) :

Paris - Marseille

Et donc ensuite je vais prendre l’avion (parce que c’est loin) :

vol

Cela fait 9000 km à parcourir, soit 11 heures de vol. De la rigolade pour moi qui dois souvent subir pas beaucoup moins de temps de trajet en train pour traverser la France (exemple tout bête : ça va me prendre pas beaucoup plus du double de temps que mon Marseille-Paris juste avant).

… Et c’est beaucoup moins de temps qu’en 1929, lorsque ce trajet fut effectué pour la première fois par un paille-en-queue (c’est ainsi qu’on nommait les avions à La Réunion), avec de nombreuses étapes, jonchées d’obstacles. Cela a duré plus d’un mois :

img_5826-web

 

Prendre l’avion aujourd’hui n’a plus vraiment le goût de l’aventure. La sûreté engendre l’abstraction. On ne sent plus les kilomètres, et certains ne sentent que la peur, conséquemment.

La peur : grand sujet d’aujourd’hui.

Que cela ne comprime pas nos âmes et nos mouvements.

––––––––

 

Sinon merci au Bateau Livre qui a aimé Super-Louis (sur une autre île un peu moins éloignée !) :

Le Bateau Livre : Florence Hinckel… nous livre ici une aventure facile à lire et distrayante, qui devrait plaire aux jeunes lecteurs de collège. Le langage familier et les fantaisies orthographiques  vont bien avec la personnalité attachante du narrateur.

 

partager