ici

Publié sur 2 min. de lecture

Il y a l’envers et il y a cet endroit, ici.

Ici ce sont les petits-déjeuners en famille qui sont drôles et comme merveilleux. On aime notre petite cuisine pas si claire, mais lumière chaude et tamisée, resserrée sur nous-mêmes, intime, et nos coudes qui se touchent, faisant dégringoler les miettes de pain et de croissants. On aime se lever pour apporter le café ou le lait pour les autres, c’est un moment de partage voire de communion, mais pas si pieuse, enjouée, fantaisiste, et pleine de la journée qui s’ouvre à nous.

On aime notre maison biscornue, semblable à un bâton de perroquet, où rien n’est encore fait. Les livres se bousculent et tombent souvent dans l’attente d’étagères. Cela dégringole en pleine nuit, dans un grand fracas. Le matin on ramasse les ouvrages échoués, on les caresse pour les consoler, on leur offre une meilleure place en les cajolant encore. Les planches clouées sur les murs donnent l’allure d’un bateau naufragé, on entend les mâts s’entrechoquer au loin pour qu’elles vivent. Les mouettes crient devant nos fenêtres, peut-être nous appellent.

Ici ce sont les moments suspendus. Soudain on voit, comme lorsqu’on était enfant, les poussières danser et scintiller longtemps dans un rai de lumière, devant l’ocre du mur. On reste à les contempler. Le chat comprend quelque chose et vient se lover sur le ventre ou réchauffer les pieds.

Ici, on n’écrit pas encore, on écoute. On voit. On se réchauffe sous la couette avec un gros livre. On confectionne des laits chauds au miel.

On écrira plus tard, et peut-être ailleurs. En tout cas, autrement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

6 Commentaires
  • Doinet
    15 septembre 2012

    Chère Florence, C’est si ressenti ce que tu écris, sensuel, nuancé, tes mots sont des camaïeux de couleurs et d’étoffes, ils résonnent comme du Matisse ! Mymi

  • florence
    16 septembre 2012

    Quel beau compliment, Mymi ! Merci beaucoup. Je te fais d’énormes bises.

  • Pascale
    17 septembre 2012

    Je suis contente d’avoir dans la tête les images de cette chaleureuse maison biscornue, que tes mots évoquent si bien.

  • florence
    17 septembre 2012

    Contente aussi ! Bises.

  • Tom
    18 septembre 2012

    Magnifique texte ! Moi je vois tout le temps ces poussières de soleil dont tu parles. Je m’arrête, je les observe, et le temps s’arrête…

  • florence
    18 septembre 2012

    Merci Tom ! Oui, il faut s’arrêter pour les observer, c’est une chose précieuse.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 582 autres abonnés

Précédent
into the life
ici