Parution aujourd’hui de Traces, éditions Syros

Publié sur 2 min. de lecture

traces

« – Rentrez chez vous, monsieur… Votre jeune voisin va commettre un meurtre. »

Grâce au logiciel Traces, la police peut arrêter les criminels juste avant qu’ils n’aient commis leurs méfaits. Thomas Codislo, un adolescent de 13 ans, est soupçonné mais il s’enfuit. Il doit prouver son innocence, en restant libre et en espérant ne pas commettre le crime qu’il est supposé réaliser…

 

Petites précisions :

Le héros s’appelle Thomas Codislo, parce qu’il vit dans un monde où… Code is law.

Des logiciels prédictifs déjà existants et déjà utilisés (notamment aux Etats-Unis et au Japon) sont cités dans ce petit roman : Predpol et Hitachi PCA (voir cet article). J’ai inventé le logiciel Traces en ajoutant une seule donnée recrachée par le logiciel en question après moulinage de statistiques en tout genre, en plus du lieu et du moment : le nom du criminel. Mais, je l’avoue, j’ai été très tentée de l’appeler Horizon ou Anticrime, la raison est ici. Pour faire croire qu’il s’agit de SF, un tout petit peu lointaine, j’y ai renoncé…

C’est donc davantage un texte de politique-fiction, dès 11 ans, dirais-je, que je propose avec Traces. Il n’est jamais trop tôt pour réfléchir, n’est-il pas ? Et pour faire attention aux traces que l’on sème derrière soi, sur le Net notamment…

Le début est un clin d’oeil à peine dissimulé aux recherches faites avec mes co-auteurs d’U4 pour savoir quelles armes faire utiliser et comment par nos personnages. Combien de fois me suis-je dit, durant l’écriture d’U4 : « bon sang, là c’est sûr, je suis fichée ! » ? Oui, les écrivains vivent dangereusement. Et cette histoire s’inscrit naturellement dans mon parcours d’auteur.

Ah et puis, en plus de mon jeune héros adolescent, pour la première fois je mets en scène aussi une héroïne adulte : la commissaire Olympe Sax. Ca m’a bien plu, je pense que je n’en resterai pas là…

Sinon le dessin de couverture est fait par Prince Gigi, dessinateur talentueux capable aussi d’en commettre de ce genre, qui me fait penser à du bon Bilal :

264

Voici donc un très court roman, écrit avec un vrai sentiment de nécessité. J’espère qu’il vous plaira (et saura vous faire patienter avant un roman de SF plus conséquent, qui ne sera pas pour tout de suite-tout de suite).

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

3 Commentaires
  • victor
    9 juin 2016

    Un nouveau roman ! Félicitations à vous ! J’espère pouvoir le lire très vite en tout cas… Sera-t-il dans une masse critique ? J’aurais une autre question: Serez-vous présente au Livre sur la Place 2016 ?

    • FH
      9 juin 2016

      Coucou Victor ! Alors j’ignore ce qu’est une masse critique et comment un roman y échoue. Sinon pour Nancy, ce n’est pas prévu cette année, peut-être plus probablement l’année suivante ? Bises à toi et bonnes lectures !

      • victor
        11 juin 2016

        Le principe d’une masse critique est simple : on peut choisir un roman parmi une liste ou plusieurs, on a un mois à partir de la réception pour le lire et le chroniquer. C’est sur Babelio que ça se fait. Ah dommage, j’aurais été trop content de vous revoir !

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 570 autres abonnés

Précédent
retour sur mes rencontres à Mourenx
Parution aujourd’hui de Traces, éditions Syros