La haute saison des déplacements a commencé tout doucement par des rencontres dans ma région, et à partir de la fin de ce mois jusqu’à début juin hop vitesse supérieure ultasonique. Je sens qu’il me faudra des vitamines, ou que je vive en apnée, ou que je retrouve la super-héroïne qui hiberne en moi. Les trois à la fois seront sans doute requis. Cela me motive pour bien avancer voire finir mon gros projet en cours (que j’avance à la vitesse d’un escargot asthmatique) avant ces deux mois et demie à venir où je côtoierai à nouveau la Sncf de très près, et pour de looooongues heures.

Je retrouverai mes esprits et mon temps libre pile quand il fera beau et chaud (célèbre contrepèterie belge).

En attendant ici c’est toujours la tempête, mais j’adore ça, c’est un temps à écrire – ou procrastiner – pelotonnée chez soi en sirotant un thé brulant.

 

 

 

Il n'y a pas encore de commentaire.