Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

une fille sans faille

Ca y est, le tome 5 est sorti !

justine

Justine a appris à être à ce que ses parents attendent d’elle : une fille douce et calme. Lors d’un stage dans une librairie, elle tombe sous le charme de Simon, un beau jeune homme au look gothique. Elle va vouloir changer d’apparence pour ressembler à son nouvel ami et faire voler en éclats son image.



partager

cadeaux

dessins-copie-1.jpg Et puis à Saint-Orens, les enfants du CLAE ont durant plusieurs mois participé à un club de lecture. De façon très impliquée, et aussi très mignonne, ils ont remis un premier prix au livre Nassim et Nassima d’Ingrid Thobois et Judith Gueyfier, et le deuxième prix à Vanilles et Chocolats. Mille mercis et bravo à eux.

Et parfois, lors des rencontres, on a des cadeaux. Cette fois, c’étaient de jolis dessins, et aussi de jolies phrases sur Les copains, le soleil et Nabila :

« J’ai adoré votre livre car ce n’est pas comme dans les autres livres. Mon moment préféré c’est quand Jule oublie parfois son cartable, mais jamais son ballon ! » Emma

« J’ai aimé toute l’histoire mais j’ai aimé quand Nabila a embrassé Azhar ».

« J’ai adoré tout le livre mais mon passage préféré c’est quand Nabila a fait un bisou à Azhar. Et qu’il raconte à l’atelier cinéma ce qu’il a vu à la télé ». Julie

« J’ai adoré le moment où Azhar fugue parce que moi, je n’aurais jamais eu le courage de le faire. » Baptiste

« J’ai beaucoup aimé la fugue. Quand Azhar part avec Jules, ils partent avec quelques morceaux de fromage et une couverture. J’ai beaucoup ri parce que finalement 15 euros c’est rien pour aller aux Comores. »

« J’ai aimé le passage où ils ont cassé la vitre et ont accusé la bande d’Azhar, parce que ça fait du suspense. » Pauline

« Le moment que j’ai bien aimé c’est quand Jules et Azhar vont à la gare parce qu’ils font un peu les fiers. » Dorian

Merci !



partager

le vrac ordinaire d’un retour

C’était effectivement très bien, Saint-Orens. Les organisateurs, bénévoles ou non, ont fait du beau boulot.

Les classes étaient toutes très bien préparées. Les enseignants, impliqués et passionnés, ont permis que les rencontres soient de véritables rencontres. C’est tout de même formidable lorsqu’un échange se crée avec les enfants autour du sens d’un livre. Et formidable lorsqu’un enfant parle de parité, avec le bon mot et dans le bon contexte !

J’espère avoir été à la hauteur des enfants.

Je salue les nombreux visiteurs du salon, qui sont allés à la rencontre des livres et des auteurs malgré la pluie (les piles de Ma mère est maire, Le maillot de bain, Joséphine, et le dragon du fleuve étaient épuisées le dimanche soir – et les Confidences entre filles se sont tous volatilisés dès le premier jour).

Le groupe d’auteurs et d’illustrateurs (et d’auteurs-illustrateurs !) était constitué de bien belles personnes, toutes intéressantes, toutes originales. Les quelques heures passées en leur compagnie furent enrichissantes, et très plaisantes.

Et puis je connais un peu Toulouse, maintenant ! (c’est toujours un peu plus de méconnaissance qui recule).

_ _ _ __________________________________________ _ _ _

Quelques minutes avant de prendre le train, jeudi, j’avais mon manteau, valise à la main, prête à ouvrir la porte, le téléphone a sonné (l’ordiphone a joué sa petite musique énervante serait une phrase plus juste). C’était une très bonne nouvelle éditoriale, après un suspense dû à quelques péripéties entraînant doutes en tout genre. Certains doutes sont effacés, d’autres persistent, mais j’ai tout de même dit à mon interlocutrice : je vais partir le coeur léger. C’est le genre de joie brève sur laquelle il vaut mieux ne pas cracher de nos jours.

_ _ _ __________________________________________ _ _ _

Dans le train du retour, j’ai lu le livre que m’a gentiment et de façon militante donné TL. Crise au Sarkozistan : je savais déjà presque tout, mais le voir posé a, au point où j’en suis personnellement, quelque chose de plus rassurant que terrifiant. Ce qui est dit, a pu être dit, et qui est partagé, c’est déjà quelque chose. A suivre (I hope).

_ _ _ __________________________________________ _ _ _

Et j’ai reçu les exemplaires d’auteur des tomes 5 et 6 de La ligne 15 !

Ils sont beaux.

jumehdi.jpg



partager

festival de Saint-Orens

Dès jeudi, hop direction Toulouse (Saint-Orens plus précisément = quelques heures de train).

Je rencontrerai toute la journée de vendredi de jeunes lecteurs de mes livres Vanilles et Chocolats, ainsi que Les copains, le soleil et Nabila.

Samedi et dimanche, nous, auteurs, illustrateurs, dédicacerons nos livres pour vous, chers lecteurs.

Et le samedi sera remis le Prix des Enfants du Livre, pour lequel concourt Vanilles et Chocolats.

Parmi les auteurs et illustrateurs présents, je serai heureuse de retrouver Marie Mélisou, Thierry Lenain, Gaël Aymon, Anne Letuffe… Heureuse aussi d’avoir l’occasion de faire connaissance avec les autres !

Et heureuse de pouvoir vous rencontrer durant le salon, parents, enfants, et adolescents.

Au plaisir !

Aff2011-e2a7c.jpg

Cliquez sur l’image concoctée par Pef, pour visiter le site du festival.



partager