Citation du 18 mai (Le Grand Saut tome 2)

Publié sur 1 min. de lecture

« –… Des fois, je me demande quel genre de personnes je suis. Tu le sais, toi, quel genre tu es ? Le genre bon, ou le genre mauvais ?

Marion ne répondit pas. Elle l’avait frappée uniquement parce qu’elle lui avait donné sa version de la vérité. Ca ne faisait pas d’elle une sainte, c’était sûr.

– Voilà, fit Madeleine, c’est à toi de décider qui je suis pour toi. Peut-être que ça t’aidera à décider qui tu es, toi aussi. »

 

En écoute pour ce chapitre 9 : C’est comment qu’on freine, album Play blessures, Alain Bashung et Serge Gainsbourg, 1982

«Pousse ton genou,

j’passe la troisième

Ça fait jamais qu’une borne que tu m’aimes

Je sais pas si je veux te connaître plus loin

Arrête de me dire que je vais pas bien

C’est comment qu’on freine

Je voudrais descendre de là »

 

(playlist du Grand Saut Tome 2 : cliquer)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 570 autres abonnés

Précédent
1er prix ex-aequo pour Le Grand Saut T1
Citation du 18 mai (Le Grand Saut tome 2)