histoire de fonds de tiroir

Publié sur 2 min. de lecture

Ca faisait longtemps que je n’avais pas vécu le dilemme du mauvais texte (sans forfanterie). Je ne sais pas ce qui m’a pris, ou bien ce qui m’a pris c’est la tristesse de voir un texte orphelin. Il était déjà mauvais, quelques années auparavant. Mais je me suis dit, allez, y’a qu’à en couper la moitié, remanier tout ça, et ça pourrait donner quelque chose de pas mal ! Et hop je me lance dans le jeu de massacre, mue par je ne sais quelle énergie et encore moins quelle motivation, d’autant que j’ai deux projets enthousiasmants à venir, auxquels je réfléchis depuis un petit moment. Mais peut-être justement qu’il s’agit de la peur de s’y lancer. Le pire c’est qu’après un peu de temps à retravailler un mauvais texte, on est toute disposée à le trouver vraiment pas mal ce texte-là. Mais oui, en fait, pas mal du tout. C’est fou comme le nez sur le guidon on peut en oublier tout le cheminement  fait durant plusieurs années et tout un questionnement sur : qu’est-ce que je veux proposer aux enfants ? Mais j’y crois à ce moment-là, voyez-vous. Bon, je suis quand même consciente que ça n’a pas l’étoffe d’un roman, mais pourquoi pas celle d’un bon texte pour magazine de presse ? Je le propose donc. Et figurez-vous une chose : je réalise que je suis soulagée lorsque la dame, très poliment, me le refuse dès le lendemain. J’ai soudain tout à la fois une grande honte d’avoir osé proposer un truc pareil (certes pas mal écrit, pas mal mené, mais hyper moralisateur et pas fin pour deux sous – grands dieux pauv’zenfants), et une jolie foi dans la qualité du monde éditorial jeunesse. Mes textes acceptés sont donc réellement bons ? Alleluiah.

Et que je me le dise : un mauvais texte restera toujours un mauvais texte. Et enfin : enterrons les daubes du passé.

Il y a des deuils joyeux.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 582 autres abonnés

Précédent
« l’histoire est rigolote, facétieuse… »
histoire de fonds de tiroir