Archives de mot-clé L’école des loisirs

Vol au-dessus d’un nid de martinets

Vol au-dessus d’un nid de martinets

Publié sur 3 min. de lecture

J'ai pu bénéficier d'une mini-résidence d'autrice à Manosque, cette semaine, et c'est toujours avec émotion, quand je me rends dans cette ville, que je repense au *Hussard sur le toit* de Giono qui en parcourait les toits pour échapper à la folie générée par le choléra en bas, dans les rues... dont je me suis largement inspirée pour décrire le passage à Manosque de mon héros Yannis dans U4. Vertige de penser que les jeunes que j'y ai rencontrés sont, ...

Partager

Nouvelles de mes livres

Nouvelles de mes livres

Publié sur 3 min. de lecture

Quelques nouvelles de mes livres.  D'abord, j'ai pu constater que les jeunes gens n'ont pas perdu leur temps pendant ce confinement : ils ont lu ! J'ai eu pas mal de retours en messages privés, souvent très émouvants, surtout concernant *Le Grand Saut* et *Quatre filles et quatre garçons*. Heureuse que ces sagas vous aient accompagné·es ! Mais beaucoup ont aussi lu *Ce qui fait battre nos coeurs*, et à chaque fois j'ai envie d'embrasser celles et ceux qui prennent le ...

Partager

Un teaser renversant !
Renversante bientôt vivante

Renversante bientôt vivante

Publié sur 1 min. de lecture

Au fait, je n'ai pas partagé ici sur le blog cette bonne nouvelle : Renversante est en cours d'adaptation théâtrale par Léna Bréban ! Vous saurez tout en lisant cet article, qui comporte aussi un appel à témoignages, si vous souhaitez apporter votre patte à cette adaptation. Léna Bréban a besoin de vous ! Il semblerait donc que ce sera joué en janvier 2021 à l'Espace des Arts. Hâte !

Partager

Renversante dans Un livre un jour
Il y a des jours…

Il y a des jours…

Publié sur 2 min. de lecture

Il y a des jours où les attaques sexistes subies gratuitement plusieurs jours auparavant, soudain résonnent davantage en soi qu'au moment où on s'est dit : "ça ne vaut pas la peine que je m'y arrête !" Je ne m'y suis donc pas arrêtée mais l'attaque a fait son oeuvre lentement, doucement, patiemment, et soudain on se sent fragile, triste, vulnérable, abasourdie... Enfin on se rend compte qu'on a mal, en réalité. Qu'on avait sans doute mal depuis le début, ...

Partager