Frantisek Kupka écoutait une gamme jaune de Schönberg, ce musicien adepte de l’audition colorée, ami proche de Kandinsky, avant de s’assoupir.

Dans son sommeil il rêva à ce vers issu du poème Chant d’automne : « De l’arrière-saison le rayon jaune et doux »… avant de se réveiller dans la peau de Charles Baudelaire, face à Nadar.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon

☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 6-7 nov : Livr@do de Liège
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 523 autres abonnés

Précédent
digne et assurée
Correspondances