Plein de choses qui arrivent, plein de choses à vous dire, la vie qui palpite ! Allez, tout en vrac.

D’abord un week-end d’une richesse inattendue (même pas eu le temps d’aller écouter Irène Jacob). Les rencontres du vendredi furent magiques. Les élèves du collège Feuchères m’ont ébahie, j’ai adoré débattre avec vous, c’était passionnant. Et l’après-midi au CHU, qu’en dire ?… Je crains ne pouvoir rien en dire en deux mots à peine, alors je m’abstiendrai. Mais j’espère que cette première rencontre ne sera pas la dernière. Et tout au long de cette journée, être accompagnée par des adultes enseignants ou du corps médical si dévoués, lumineux, passionnés, humains, m’a fait un bien extraordinaire. Mon simple merci serait bien dérisoire…

Et lors des dédicaces, grand plaisir de revoir des fidèles enfants ou adultes (Mélanie, Noémie, Bertrand, vous vous reconnaîtrez !). J’étais heureuse de vous revoir. Et tous les autres, nouveaux regards pétillants, j’espère vous revoir aussi.

Et je n’ai pas été déçue dans mes prévisions : j’ai en effet revu et fait la connaissance d’auteurs très sympathiques, voire passionnants. On a bien rigolé, quand même ! Bref, un très bon salon, à l’organisation parfaite. Ça fait vraiment du bien d’être autant chouchoutée, y’a des moments où on en a vraiment besoin.

Acheté et fait dédicacé pour ma fille Le prince des nuages du passionné et passionnant Christophe Galfard, Achile et la rivière, pour mon fils, magnifiquement illustré par la très chouette Ilya Green, très agréable voisine de dédicaces, et encore pour ma fille qui avait adoré son premier thriller, Rêves en noir de ma voisine de l’autre côté : Jo Witek (j’en profite pour adresser un hommage particulier à Jo, auteure talentueuse et personnalité généreuse, qui m’a offert de beaux moments de confiance et d’amitié, et de joie…) Et, non, je n’ai pas acheté de biographie, même si j’ai failli me laisser tenter par le Martin Luther King du grand Alain Foix (et son chapeau), avec qui on a aussi bien ri et bien parlé.

Petite anecdote : appris by himself que dans l’un des tomes du chat Pitre se trouvait le chat de Christian Jolibois (vous savez, l’auteur des p’tites poules, homme très sympathique), oui, le vrai, je veux dire le vrai chat, pas le vrai homme, que Joëlle Passeron a pris comme modèle (le chat) ! Si.

Autres petites choses :

Théa pour l’éternité est sélectionné pour le prix Sainte Beuve des collégiens.

Chronique sympa sur le Chat Beauté, sur le site d’Enfantipages. Et une autre chez Les lectures de Kik. Et on a lu Théa pour l’éternité ici.

Je crois que c’est tout. Des projets qui prennent forme assez sûrement, aussi, mais je vous en parlerai plus tard. En tout cas beaucoup de travail, ce qui n’est pas pour me déplaire. Il suffit de s’y mettre !

Portez-vous bien.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 570 autres abonnés

Précédent
festival de la biographie de Nîmes
en vrac