ici, des rouquins

Publié sur 1 min. de lecture

Voilà un chat dont Pitre serait vert de jalousie !

Le poil long et soyeux, il a sorti toute la panoplie de sa trousse de beauté pour en remontrer à notre animal de papier !

Et merci à sa maîtresse pour sa chronique si bienveillante, qui rend bien l’esprit que j’ai voulu donner à mon petit roman, sur son blog Les riches heures de Fantasia, ici : « Florence Hinckel est en passe de créer une petite série autour de Pitre, beau rouquin à poils courts, bougon de prime abord, au fond plein de gentillesse envers ses humains et le monde en général. Bien écrite, l’histoire mignonne ne prétend pas donner de leçon, si ce n’est celle de la beauté du cœur… et gageons que Pitre y gagne aussi un peu en sagesse. »

Le chat Beauté est aussi un coup de coeur de la Fnac du Forum des Halles de Paris.

 

——-

 

Et puis je découvre un groupe dont la chanteuse a un joli prénom 😉

Aussi bons en concert qu’en studio, en voici une version extérieure, comme tout ce qui concerne ce blog (l’intérieur est ailleurs).

Ce matin écrire avec son énergie, même sans la pluie ni la robe bleue (mais ça donne presque envie de se teindre en rousse). Et pieds nus également. Allez hop.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 570 autres abonnés

Précédent
seuils et dépassements
ici, des rouquins