stupeur et hurlements

Publié sur 2 min. de lecture

Je découvre grâce à Théa pour l’éternité tout un monde de jeunes blogueurs et blogueuses… fous, on peut le dire un peu ! Mais dans le bon sens du terme, car ils sont plein de curiosité et de créativité, et bien sûr, ils lisent. Ils adorent les réseaux sociaux, et trouvent une tonne de défis ou de challenges en tout genre pour les dynamiser, pour créer l’échange et le partage.

Par exemple, l’initiative Le mardi sur son 31 : « Il s’agit d’ouvrir le livre qu’on est en train de parcourir à la page 31 et de sélectionner une phrase. » The Frenchbooklover était hier en train de lire Théa, et elle a sélectionné, page 31, cette phrase :

« On ne peut pas tenir toutes les promesses, expliquait Théo, comme si c’était lui le plus expérimenté. Les choses changent. »

Et voilà comment on oublie qu’on a pu écrire de telles choses, si cruelles et lucides. Leçon de vie, jeunes gens !

Allez, je joue à mon tour, même si on est mercredi. Dans le livre que je lis actuellement, page 31 des frères Karamazov, on peut trouver cette phrase :

« Ils se prosternaient devant lui, pleuraient, lui baisaient les pieds, baisaient le sol qu’il foulait, poussaient des clameurs, les paysannes tendaient vers lui leurs enfants, on lui amenait des « possédés » » Alors cela dans l’édition que j’ai commencée du Livre de poche, traduction d’Elisabeth Guertik. Mais une amie m’a dit : malheureuse, arrête tout de suite, et reprends ta lecture avec la traduction de Markowicz ! J’ai donc (conciliante et influençable) acquis cette autre traduction chez Actes Sud, et je retrouve cette phrase page 60, ainsi traduite cette fois :

« Ils se prosternaient devant lui, pleuraient, lui baisaient les pieds, baisaient la terre sur laquelle il marchait, hurlaient, les commères lui tendaient leurs enfants, lui amenaient des « hurleuses » malades ». »

Le doute est affreux, dès lors : Dostoïevski a-t-il évoqué des possédés de tous les sexes ou seulement des femmes ? Ce sera ma seule comparaison, au risque sinon de devoir urgemment apprendre le russse ! Il va falloir aussi me faire à l’idée que Fédor s’appelle désormais Fiodor, pour le reste, coulons-nous-y.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 579 autres abonnés

Précédent
ce que l’on voit
stupeur et hurlements