Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Vous regardez parutions

Une parution renversante

C’est aujourd’hui ! Vous pouvez dès maintenant trouver mon roman Renversante, illustré par Clothilde Delacroix, édité par L’Ecole des Loisirs, dans toutes les bonnes librairies.

Renversante, c’est quoi ?

C’est d’abord un roman pour les plus de 9 ans, qui décrit une société renversée, où la domination féminine a remplacé la domination masculine. Une véritable dystopie, en somme ! Dystopie parce que la domination féminine est aussi peu souhaitable que la domination masculine, évidemment, et on se rend vite compte, beaucoup plus vite que dans la vraie vie, de l’enfer que ce serait pour tous et toutes. C’en est même drôle tellement ça paraît incroyable ! Or, cette situation incroyable est déjà là, sous forme inversée, sauf qu’on a appris à l’accepter jusqu’à ne même plus la voir, ce qui n’est pas drôle du tout. Je ne cesse pas de trouver ça complètement fou.

C’est donc finalement surtout un pamphlet, issu d’années de réflexions et de lectures sur la condition des femmes et des hommes. A l’origine, il y avait un long texte très documenté, avec chiffres et références à l’appui, où j’avais tenté d’analyser ce que vivent, subissent, et aussi ce dont bénéficient hommes et femmes dans notre société actuelle. Mon idée première était d’en faire un essai pour grands ados. Cette matière est si dense et riche que j’en ferais peut-être quelque chose, autre chose, un jour. En attendant, ce document de recherches a entièrement nourri ce texte court, où absolument TOUT EST VRAI, mais renversé.

J’ai renversé jusqu’à la phrase qu’on apprend aux enfants à l’école en leçons de grammaire, aussi ne soyez pas étonné·es, mais dans cet ouvrage (petit doigt en l’air et docte expression) « le féminin l’emporte sur le masculin » !

Ce texte qui paraît dans une collection pour enfants s’adresse donc, selon moi, à un public beaucoup plus large, car même les adultes les plus conscient·es du système de domination dans lequel nous vivons risquent de se triturer le cerveau pour comprendre une inversion, puis de réaliser à quel point ce que nous vivons est aburde.
Bonne lecture à tous et toutes !

partager

Nos éclats de miroir en librairie

Par Posted on 0 Aucun tag 0

Le journal d’Anne Franck que j’ai eu à 12 ans (collection Mille Soleils) + l’un de mes journaux intimes d’ado (le plus classe, rouge, titre doré, la totale) + un véritable mystère ontologique + une coïncidence (?) de dates incroyable + une passion pour transformer la réalité afin d’en tirer l’essence la plus pure + une psyché façon palais des glaces de fête foraine = Nos éclats de miroir, mon roman le plus personnel à ce jour (mais je ne vais peut-être pas m’arrêter là…)

Il est paru hier (éditions Nathan) !

Je devais avoir 12 ans, sur cette photo…


Vous découvrirez encore une autre photo sur le rabat de la couverture de Nos éclats de miroir !

Et voici une photo de moi à l’âge de mon héroïne Cléo, 15 ans environ. A cette époque, je fuyais l’objectif, j’écoutais Pink Floyd et je lisais tout aussi bien des BD que Marguerite Duras (ça n’a pas trop changé, en fin de compte ! En plus éclectique peut-être encore).
Ces 3 photos ont été prises par ma grande soeur Laure !
partager

Dans un mois, ce sera Renversante !

Passionnante matinée d’hier pour la réunion de présentation aux libraires des nouveautés de début d’année à L’école des loisirs.
C’était à l’Hôtel de Massa (première fois que j’y allais, si si, et c’est vraiment un bel endroit), et c’était organisé sous forme de trois tables rondes.

J’ai eu le plaisir d’y retrouver la copine Flore Vesco et le copain Vincent Bourgeau, ce qui m’a permis de me sentir comme à la maison et de découvrir d’autres auteurs et autrices talentueuses, et d’avoir envie de lire des tas de romans à venir, celui de Flore, celui de Naïma Zimmerman, celui d’Eric Pessan ou encore celui d’Alice Zeniter et Antoine Philias. L’année 2019 sera un grand cru, de toute évidence.
Le sentiment de chez-soi était aussi grandement facilité par la modératrice de ma table ronde sur le thème de l’engagement, la brillante Maya Michalon ! J’étais entourée de Marianne Renoir dont *Le murmure des sorcières* est ébouriffant et plein de saveur et Clémentine du Pontavice qui a écrit-dessiné *Truc de fille, truc de garçon*, charmant album pour aider les tout-petits à se dégager des stéréotypes déjà prégnants à cet âge. 

Photo piquée sur l’instagram de Clémentine du Pontavice


Et je peux enfin vous parler de mon *Renversante*, dont j’attends la sortie (et surtout la réception) avec impatience.

Renversante, Ecole des Loisirs, Collection Neuf, 978-2211239387


Que serait notre monde s’il était dominé par les femmes au lieu d’être dominé par les hommes ? Ce serait renversante ! Avertissement : tout est vrai, tout est réel, c’est seulement renversé… Et vous verrez, moi-même en l’écrivant j’ai trouvé cela frappant. Les illustrations hilarantes de Clothilde Delacroix accompagnent efficacement mon texte, à partir de 9 ans, mais que je conseille à absolument tout le monde ! Parution le 13 février prochain.

Mais auparavant ce sera *Nos éclats de miroir*, parution dans quelques jours, chez Nathan, texte très très différent, mais tout aussi représentatif de ma psyché compliquée.

partager

parution aujourd’hui du 4e et dernier tome de Mona

Cette année, je termine mes séries ! Après le tome 3 du Grand Saut, voici la suite et la fin de ma série Mona aux éditions Rageot, suite que je sais attendue par beaucoup de mes plus jeunes lecteurs et surtout lectrices (il faut bien le dire).

Le tome 4, où Mona est en 3e, paraît donc aujourd’hui. Son titre : Hyper-connectée (mais seule au monde).

Ce texte est absolument sans prétention (quoique, thème d’une brulante actualité et sous-texte important comme souvent dans cette série qui n’a l’air de rien), mais j’ai pris beaucoup de plaisir à l’écrire et m’y suis pas mal amusée (hélas je trouve que la couverture ne lui correspond pas – il fallait rester dans l’esprit des 3 autres couvertures, j’en suis consciente, mais j’aurais aimé quelque chose de plus sobre, moderne, enlevé, humoristique, fantaisiste et décalé (peut-être même une pointe d’ironie ?), qui aurait été à l’image de mon texte ; j’ai donné des pistes mais la contrainte de l’esprit série a été plus fort… – j’espère au moins que cette couv attirera mes lectrices et lecteurs !).

Extrait :

Vrai Gros Problème numéro 12 : j’ai des tendances schizophrènes

Schizophrénie, nom féminin, du grec skhizein, fendre, et phrên, pensée : psychose délirante chronique caractérisée par une discordance de la pensée, de la vie émotionnelle et du rapport au monde extérieur.

Ma mère : Mais à ton âge, il faut t’amuser. Même Lisa dort chez une copine, ce soir-là !

Mon père : Tu pousses un peu loin le bouchon de la charité. La vente de décorations, c’était bien, mais là, ça fait beaucoup…

Ma mère : Est-ce que tu n’es pas rentrée dans une secte, ma chérie ? Ils te demandent de l’argent ?

Mon père : C’est qui, ce Clovis, d’abord ?

Ma mère : Je trouve étrange que tu aies changé d’amis si subitement.

Mon père : Après tout, laisse la vivre, Séverine. Et on doit encourager ses volontés altruistes.

Ma mère : Est-ce que tu trouves que je ne la laisse pas vivre ? C’est plutôt toi qui…

Analyse de ce VGP : le fait que j’imagine ce dialogue aurait diablement intéressé Priscilla. «Tu sembles penser que tu es souvent la cause des disputes de tes parents… » Mince, c’est vrai ça…« Arrête de culpabiliser, Mona, c’est faux ! Tu n’es pas la cause de leurs disputes, juste un prétexte ! » Aaah, Priscilla, sors de ma tête !

Fin de la fiche.

Hyper-connectée (mais seule au monde), série Mona, tome 4, Rageot, 2018, 208 p., ISBN: 9782700259117

Quatrième de couverture :

En troisième, à la suite d’un malheureux quiproquo concernant un garçon, Mona, Soizic et leurs copines se disputent avant de s’ignorer royalement. Ostracisée, moquée en permanence, Mona trouve refuge dans l’écriture de son journal où elle décortique ses VRAIS GROS PROBLÈMES. Puis ses nouvelles amitiés la conduisent à réagir  !

 

 

partager

parution du Grand Saut Tome 3

Le Grand Saut Tome 3 est paru hier !

Pour celles et ceux qui l’ignorent, c’est quoi, Le Grand Saut ? Cette trilogie est un récit que j’ai voulu le plus contemporain possible pour les jeunes de 17-18 ans : alors que depuis trois jours tous les lycéens de terminale sont rendus fébriles par les résultats de #Parcoursup, mes personnages ont connu les mêmes affres dans le tome 2 et vivent leur destin décidé en partie par la grâce d’un logiciel dans le tome 3 : Sam en fac de droit à Assas, Alex en licence de maths à Marseille, Marion en maths sup à Paris, Rébecca en licence arts du spectacle à Paris, Iris en fac de lettres, et Paul… Ah ah, grosse surprise pour Paul, vous verrez !
Eveil politique, bizutage sexiste, renforcements de vocation ou au contraire désillusions, quêtes identitaires ou familiales, des poèmes, des chansons, des chutes et des envols, et même la présence d’un écrivain célèbre dans l’une des scènes … Je pense qu’il y a de quoi vibrer avec mes 6 jeunes adultes.
Alors, prêts à sauter à pieds joints dans leurs émotions ?

 

****

Et on peut déjà lire une chronique sur ce tome 3 du Grand Saut, qui est… waouh…. (je ne suis que bonheur et joie) : « Merci Florence pour toutes ces émotions, pour les rires et les larmes, pour le cœur qui bat un peu plus fort, qui parfois s’est arrêté, le temps d’un instant, merci de m’avoir rappelé comment c’était d’avoir dix-huit ans, terrifiant mais enivrant de liberté et de possibilités. Il est temps pour moi comme pour les personnages, de fermer les yeux un instant, d’inspirer un coup, de prendre mon élan et de faire Le grand saut.  » Merci à vous, The Anna Shaw !

Grand merci aussi à Allan qui sur Instagram a écrit, à propos du T1 : « J’ai hésité à mettre un filtre bleu et vous dire « sous un filtre bleu se cache un ciel gris ». Ce serait vous dire ce que vous devez deviner en lisant ce livre. Une putain de merveille… Le genre de livres sur les ados qui ne passe pas inaperçu puisqu’il comprend les ados… Ce livre est à dévorer…  » Allan, c’est Daaquo Jil, un étudiant qui m’avait déjà beaucoup émue car il était venu me voir à Lire en Poche et avait fait l’aller-retour Toulouse-Bordeaux dans le week-end pour ramener et me faire dédicacer U4.Yannis !

Je ne sais pas si on a les lecteurs et les lectrices qu’on mérite, mais rien que ces deux-là me donnent des ailes…

partager

J-24 pour le tome 3 du Grand Saut !

C’est le 1er mai, le joli mois du muguet !

Comme vous l’avez peut-être remarqué, le 1er mai c’est aussi la date par laquelle débute le tome 2, qui se termine le 5 juillet. Pour accompagner et soutenir tous ceux et toutes celles qui s’avancent inexorablement vers le bac comme certains et certaines de mes héros (lesquels ? Il y a un petit suspense sur cette question), je vais vous offrir de temps à autres ici même une courte citation correspondant aux dates du jour.
Voici donc celle du 1er mai !

« Un long cri se répercuta sur les parois de la Faille. Libération maximale ! Sam resta quelques secondes les bras écartés, comme une croix résistant au mistral qui soufflait depuis plus de trois jours déjà. Le vent avait chassé tous les nuages et le soleil semblait trouer le ciel bleu. Sam se trouvait à l’endroit exact d’où il avait pris son élan pour plonger un jour de septembre, celui de l’anniversaire d’Iris. »

*
*     *

C’est aussi le mois de la parution du tome 3 du Grand Saut, je suis très impatiente de vous permettre de partager la suite du destin de mes 6 héros et héroïnes ! Sur les réseaux, vous vous interrogez beaucoup sur Paul, patience, patience… Connaissez-vous la couverture de ce tome 3 ? La voici en avant-première (teasing ;-)) :

 

Elle est belle, pas vrai ? Personnellement, j’adore la petite histoire que racontent les 3 couvertures :

Le Grand Saut 1

Le Grand Saut 2

Le Grand Saut 3

Et de quoi parle ce tome 3 ? Ah là là j’ai eu tellement de plaisir à faire évoluer mes six personnages ! Ils ont même réussi à m’étonner. Surtout Paul… Mais pas que. Et cette fois j’ai osé faire faire une apparition à un grand écrivain que j’admire, un vrai. Le fil rouge de cet opus, c’est « non-fiction », ou presque… mais chut !

Voici comment l’éditeur (que je remercie infiniment pour m’avoir permis d’écrire cette trilogie que je portais depuis longtemps en moi), résume le début de tout ça :

L’année après le Bac : six amis face à des choix déterminants, et face à eux-mêmes.
Paris ! Iris, Marion, Rébecca et Sam ont réalisé leur rêve : vivre en colocation à Paris, pour leur première année d’études… mais un rêve imparfait car sans Alex, à cause de son handicap, et sans Paul, qui a disparu durant l’été.
Iris tente une percée dans le monde littéraire parisien, Rébecca dans celui de la comédie. Sam se fait des amis engagés en fac de droit, pour impressionner Charlotte, qu’il a peur de voir s’éloigner. En maths sup, Marion vit un bizutage éprouvant, mais trouve en Lena, sa voisine, un soutien inattendu.
A Marseille, Alex préfère écrire des chansons à sa fac de math. Quant à Paul, il s’est lancé dans un centre de recrutement très particulier…
Les six amis sont face à des choix déterminants, et face à eux-mêmes. Et leur amitié est mise à rude épreuve…– 6 personnages au parcours existentiel très fort, avec parfois des destins originaux
– Des problématiques pré-adultes traitées avec finesse et sans détour : sexualité, handicap, addiction, colocation, relation à distance, bizutage, vivre sans ses parents, quête de sens…

 J’ai plein de révélations à vous faire sur mes inspirations pour ce tome-là. Mais j’attends d’abord vos réactions, questions, etc !

partager