August Rush

Publié sur 1 min. de lecture

L’invraisemblance est totale (à moins de réussir à se persuader qu’il s’agit d’un conte de fée, sans fée). Le scénario a été plus que bâclé, et c’est d’un mépris exaspérant pour le public visé : les enfants. Mais on peut le voir pour deux raisons : d’abord si l’on veut comprendre les ficelles grosses comme des câbles qui font qu’un mélodrame parvient à nous kidnapper (et il y parvient), ensuite pour quelques jolies scènes musicales, comme celle-ci :

Cela s’appelle du slap guitar. Une sorte de August Rush, bien réel celui-là, et pas bien vieux non plus, a été vu, et entendu, dans les rues de Sydney :

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 571 autres abonnés

Précédent
l’envers de la tapisserie (Michel Foucault)
August Rush