Francisco de Zurbaran (1598–1664) aimait peindre Saint-François en extase, dans un noir des plus profonds, dans des ténèbres des plus fascinantes.

Mais il peignait aussi le faste des étoffes avec un délice évident. Les étoffes de couleur rouge, surtout. Un rouge chatoyant et insolent, sous des visages austères.

Revenons à Saint-François, voulez-vous ?

Rien que pour le contraste…

(Ces temps-ci, désirs de baroque…)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 570 autres abonnés

Précédent
Dernières lectures : Captive, Dans la combi de Thomas Pesquet
contrastes