Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur ce qui nous reste de nos droits d’auteur sans avoir jamais osé le demander

Publié sur 3 min. de lecture

LE SAVIEZ-VOUS ? 


Vous savez, quand on dit qu’un auteur ou une autrice aura 10% sur la vente de son livre (10, c’est le taux le plus haut qu’on puisse espérer en littérature jeunesse actuellement)…

10% !!!

… en réalité, attention, il ou elle aura moins que 10% du prix du livre comme revenu disponible !

Ah mince…

Mais pourquoi ça ?

– D’abord parce que ces 10% sont calculés sur le prix du livre – la TVA de 5,5%
– Ensuite parce que comme tout le monde les auteurs et autrices vont payer sur leurs revenus des cotisations sociales dont une retraite complémentaire obligatoire.
– Parce que les auteurs et autrices payent aussi des impôts sur leurs revenus issus de droits d’auteur (s’ils ou elles sont imposables).
– Parce que les auteurs et autrices ont aussi des frais professionnels – de recherche, d’équipement, de chauffage, etc…
– (Et parce que, si l’auteur ou l’autrice déclare ses revenus en Traitements et Salaires, ces frais professionnels ne sont pas défalqués de l’assiette sociale et beaucoup trop peu du revenu imposable si c’est au forfait. Conseil à mes ami·es auteurs et autrices : déclarez soit en frais réels soit en micro-BNC !).

Allons, allons, tout ira bien… Je crois.

Pour aider mes collègues auteurs et autrices à calculer au mieux le montant de ces cotisations et impôts, mais aussi pour que chacun se rende compte de notre réalité matérielle, j’ai créé ce petit outil que vous pouvez personnaliser au mieux suivant votre situation.

Mais on peut en dégager une estimation moyenne, avec les montants que j’ai entrés par défaut. La moyenne, dans les cas les plus fréquents, est d’environ 22% qui partent en cotisations + impots (et encore un peu en frais professionnels, impossibles à estimer, 22 est donc bien une estimation basse).

Je sais, c’est énervant.

Prenons donc un roman qui coute 17 euros et faisons les calculs dans le meilleur des cas (10% de DA pour l’auteur·ice jeunesse) – merci aux cours de maths de mon fils en seconde grâce auquel j’ai tout compris aux taux d’évolution 😉 :
Il nous restera : Prix du livre multiplié par 0,1/1,055×0,78= 0,074 (0,1 = 10% de DA ; divisé par 1,055 c’est pour enlever la TVA ; 0,78 pour enlever 22%)17×0,074 = 1,26 euros(Ca, c’est un cas idyllique, soyez-en conscient·es, car le roman peut couter 10 euros pour 6% de DA, ce qui fait alors 44 centimes de revenu disponible pour l’auteur·ice par livre vendu).

Donc, quand on vous dit que vous allez gagner 10% du prix du livre, c’est en moyenne, en réalité, 7,4% du prix du livre qui vous restera en revenu disponible (ça peut même être moins dans certains cas, vous le verrez en vous « amusant » avec mon outil). Si vous avez 6% de DA, alors vous aurez en réalité 4,4% par livre vendu en revenu disponible.

Vraiment ?
Je vous assure.

Voilà, j’espère avec ce post bousculer quelques idées reçues sur les droits d’auteur et sur la réalité matérielle des auteurs et autrices ! 

Bonne écriture à vous tous et toutes, chers et chères collègues. Et soyez magnifiques quoi qu’il en soit.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 7 mars : Saint-Germain-Lès-Arpajon
☞ 4-5 avril : Villeurbanne
☞ 16-17 mai : Epoque, Caen
☞ 13-14 juin : Luçon

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 648 autres abonnés

Précédent
Bouleversements sociaux-fiscaux : lettre ouverte aux éditeurs et éditrices
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur ce qui nous reste de nos droits d’auteur sans avoir jamais osé le demander