dernières lectures : Et que le monde poursuive sa course folle, Meursault, contre-enquête, Dysfonctionnelle

Publié sur 2 min. de lecture

D’abord, conseillée par un ami dès qu’on a su que l’auteur était en dédicaces à Saint-Malo, je suis allée me procurer (et fait dédicacer, en baragouinant fièrement à l’écrivain quelques mots d’anglais) Et que le vaste monde poursuive sa course folle, de Colum Mac Cann.

mccann

Et c’est bel et bien magistral. De ces romans dont on n’a envie de rien dire, juste qu’il faut les lire… De plus cela raconte l’époque de ma naissance, et toute ma génération a connu au cours de sa vie cette course folle d’un vaste monde vers un autre monde tout aussi vaste mais changé. La dernière page est encore plus que les autres sur le fil, et à la fin de cette lecture on se sent autant funambule que Philippe Petit, qui relia par les airs les 2 tours du WTC (ces deux tours comme deux mondes), un jour d’aout 1974, et qui resta longuement sur son fil, le quittant visiblement à regret (mais ce n’est qu’un motif, il ne s’agit pas de son histoire).

4795651_3_120e_le-funambule-philippe-petit-evoluant-entre_7dc294d676d6f55b7573633873e0c1e1

Juste avant j’ai lu Meursault contre-enquête, de Kamel Daoud.

513Wp0RpwiL._SX195_

L’idée de donner corps et vie (et surtout nom) à l’Arabe de L’étranger est excellente, mais cette réhabilitation aurait pu être très casse-gueule. Mais c’est un beau roman. Un personnage tombé du fil, qu’on s’efforce d’y faire remonter (d’ailleurs la couverture a quelque chose de similaire avec celle de Colum Mac Cann), via le récit de son frère. Mais je ne sais pas, quelque chose a freiné mon plaisir et mon intérêt, j’ignore vraiment quoi. Ce n’est peut-être que très personnel (peut-être que je n’aime que les personnages qui ne sont pas encore tombés).

Et encore juste avant c’était Dysfonctionnelle d’Axl Cendres (merci à Anaïs pour l’envoi !).

bm_CVT_Dysfonctionnelle_4159

Je connais un tout petit peu Axl et quand on connait l’auteure la lecture prend toujours une dimension supplémentaire. Là, ça a peut-être décuplé mon plaisir. J’ai adoré suivre  les pensées et les aventures de Fidèle, issue d’une famille « dysfonctionnelle ». Encore un personnage sur le fil, mais n’est-ce pas avec ces personnages-là que se font les (meilleurs) romans ? Là, je dis chapeau bas, c’est une vraie réussite littéraire, un récit où l’amour et la bienveillance l’emportent sans cesse sur ce qui aurait pu être sordide. Axl Cendres ne raconte que ce qu’elle veut bien raconter et s’arrête aux lisières de la douleur. Cela donne un roman hyper positif, drôle, émouvant, sensible et passionnant, que j’ai dévoré… et quitté à regret.

Tendez-moi encore des fils comme ceux-ci !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon
☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 570 autres abonnés

Précédent
l’artiste se vous regarde parle
dernières lectures : Et que le monde poursuive sa course folle, Meursault, contre-enquête, Dysfonctionnelle