« il y a l’instant et l’éternité. Entre les deux c’est le vide » (Cartier Bresson)
de Shanghai à Xi’an

de Shanghai à Xi’an

Publié sur 2 min. de lecture

Lorsque nous sommes arrivés à Shanghaï, nous avons été accueillis par... un typhon, rien de moins. Bof, la routine. Ils en ont un une fois l'an. D'ailleurs le mot typhon vient du chinois : phon signifie vent. Ca ne les empêche pas de se déplacer, tant qu'ils ne s'envolent pas. Comme l'a fort bien remarqué Guy Delisle dans sa BD Shenzen, ils sont équipés : Tout paraissait se distordre. Nous avons rapidement pris l'un des quelques taxis encore disponibles. Mais nous étions tranquilles : aucune ...

Partager

un milliard de déplacements

un milliard de déplacements

Publié sur 3 min. de lecture

Lorsque j'étais à Yinchuan, j'ai eu envie de photographier les gens en deux roues, parce qu'ils m'ont paru révélateurs d'un mode de vie et de mentalités. Ici de nombreuses femmes sont voilées, d'abord pour se protéger de la poussière et de la pollution. Mais lorsqu'on s'étonne que les hommes ne s'en protègent pas, ou alors très peu d'entre eux, on découvre une autre raison. Souvent elles portent aussi des gants et se protègent les bras. Le soleil est leur pire ennemi, ...

Partager

laisser le temps au temps

laisser le temps au temps

Publié sur 1 min. de lecture

Ca y est, la saison des déplacements est terminée. Heureuse de pouvoir me poser et écrire enfin sereinement. C'est  ennuyeux pour moi, en tout cas contre-productif, que j'aie autant besoin de liberté devant moi, de journées grandes ouvertes comme des fenêtres afin de pouvoir y laisser s'envoler mon imaginaire. J'envie parfois les écrivains capables d'écrire dans tout moment creux qui se présente, et n'importe où. J'ai besoin quant à moi de solitude et de grandes plages de liberté, devant un ...

Partager