lire ou ne pas lire…

Publié sur 2 min. de lecture

A peu près tout le monde connaît les droits du lecteur énoncés par Daniel Pennac dans Comme un roman, ici illustrés par Quentin Blake.

Cela a certainement déculpabilisé bien des lecteurs et libéré bien des lectures.

Il est réconfortant de constater que ces droits conviennent parfaitement à la lecture de livres numériques. En effet quel que soit le support, lire reste lire. On peut très bien imaginer dans chaque cas une illustration de Quentin Blake avec une tablette au lieu d’un livre. Ça colle.

Et pourtant… De sombres conflits d’intérêt pourraient porter atteinte à certains de ces droits élémentaires et (normalement) imprescriptibles du lecteur. La gestion des droits numériques (DRM), qui contrôle l’utilisation des œuvres numériques, a fait couler beaucoup d’encre à ce sujet, et a provoqué la naissance d’une nouvelle déclaration des droits du lecteur numérique, (ici en français) mais je trouve beaucoup plus clair et complet cet article éclairé, qui s’interroge : le livre numérique est-il un sur-livre (livre augmenté) ou un sous-livre ? Il apparaîtrait évident qu’il soit un sur-livre, avec les possibilités immenses de navigation, d’intertextualité, et d’apport multimédia. Mais pour l’instant, il est un sous-livre car on s’aperçoit que les droits imprescriptibles rédigés par Pennac ne peuvent pas être assurés (droit 4, droit 5), et il faudrait ajouter ces droits qui paraissaient élémentaires du temps de Comme un roman (1992) et qui nous sont aujourd’hui enlevés avec les livres numériques :

droit 11 : le droit de prêter mon livre ou de le transmettre à mes frères et soeurs ou mes enfants.

droit 12 : le droit de lire de façon confidentielle et anonyme.

droit 13 : le droit d’annoter mon livre (ou même de le gribouiller si j’ai envie)

Et adapter le droit 5 : le droit de lire n’importe quoi… sur n’importe quel support.

 

Lire en numérique n’apparaît plus comme un objet d’émancipation, mais comme un lieu d’amoindrissement des libertés : « l’apparition du livre imprimé à la Renaissance est indissociable de l’avènement de l’individu et de la défense de la liberté de pensée et de conscience. Le livre est intimement lié à la liberté, car il garantit à l’individu la confidentialité de sa lecture et l’ouverture d’un espace mental au sein de laquelle il peut renforcer son autonomie et explorer les chemins de son émancipation. Nous avons combattu pendant des centaines d’années pour la conquête d’un espace intérieur, cet espace où nous lisons, pensons, réfléchissions et qui nous donne la possibilité de devenir non-orthodoxe, dans notre propre esprit. C’est cet espace que tout le monde veut supprimer. » (Eben Moglen via le blog S.I.Lex)

Lire ou ne pas lire, telle devrait être toujours l’unique et seule question.

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Il n'y a pas encore de commentaire.

Ce qui fait battre nos coeursLes exploits de Grand-Papy RobertNos éclats de miroirLe Grand Saut tome 2Quatre filles et quatre garçonsThéa pour l'éternitéLe chastronauteChat va faire malL'été où je suis néSuper-Louis et l'île aux quarante crânesLa fille qui dortMa mère est maireLes copains, le soleil et NabilaHyperconnectée


☞ 20-22 sept : Livre dans la boucle, Besançon

☞ 10-13 oct : Troyes
☞ 6-7 nov : Livr@do de Liège
☞ 14-17 nov : Aubagne
☞ 28 nov-2 dec : Montreuil

Saisissez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et recevoir une notification de chaque nouvel article par email.

Rejoignez les 1 532 autres abonnés

Précédent
mères et rivières
lire ou ne pas lire…