Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Vous regardez photographie

« Toute photographie est cette catastrophe »

Par Posted on 0 Aucun tag 0

Fascination pour l’image, amour des photos… Depuis longtemps, je tourne autour…

Je lis ce genre d’ouvrages :

La chambre claire de Roland Barthes est l’un de mes essais préférés. Jugez plutôt, par l’exemple :

Quoi de plus bouleversant ? Le studium et le punctum, qui crée l’émotion…

J’ai souvent fait référence à cet ouvrage l’air de rien dans mes romans jeunesse. La référence la plus explicite se trouve dans Quatre filles et quatre garçons, et concerne une photo de Kertesz, photographe que j’adule, pour le dire simplement.

Ou bien ce genre d’ouvrage-là :

th

L’image fantôme… Hervé Guibert y explora toutes les facettes de son rapport aux photographies, en lien ténu avec son histoire familiale et amoureuse, au fil de tout petits textes très beaux. Le côté passionnant de l’exercice pour le lecteur d’aujourd’hui est que ces textes ont été écrits avant l’ère Internet. Il y aurait beaucoup à ajouter. Mais rien à retirer.

autoportrait_81

Et enfin, un jour, LE cadeau. J’ai la possibilité d’écrire à partir de photographies. Et quelles photographies ! Mais chut, je n’en parlerai qu’en temps voulu. En tout cas le projet est excitant, pour le moins.

Mais écrire et réfléchir à partir de photographies d’ailleurs, d’inconnu et d’étrangers, je ne le réalisais pas encore, implique une forme de tranquillité avec les siennes propres. J’ai dû, auparavant, m’occuper des miennes. De celles de mes enfants mais aussi de celles de mon enfance. Sous le prétexte de scanner les vieilles photos dont les couleurs commencent à passer, ce fut une plongée photographique dans mon enfance et mon adolescence, cet été, en compagnie de ma soeur. Et ce fut une découverte extraordinaire : des négatifs dont je connaissais l’existence sans en connaître le contenu. Et voilà comment l’on découvre sur le tard des photos de soi et de ses frère et soeurs que nous ne connaissions pas. Un récit parallèle, quasiment. Ou bien un palimpseste.

Et puis il y a ce type de photos :

Rien, ou presque. Il y a eu une intention, qui nous échappe aujourd’hui.

Le punctum est mystérieux, mais pas totalement pour moi.

Est-ce ce mystère qui bouleverse ? Ou au contraire cette part que je connais ?

« Toute photographie est cette catastrophe »…

 

partager

Mises en abyme

Par Posted on 0 Aucun tag 0

Sabine Weiss. Autoportraits :

 

(La déformation de l’image est voulue. Les artistes, photographes ou peintres… ou écrivain·e·s, souvent déforment leur image, par jeu ou par difficulté avec l’adéquation apparence/intériorité)

Et puis Sabine Weiss a photographié Giacometti en train de peindre une jeune femme nommée Anne, qui elle-même pensait à quoi ?

 

Et en train de sculpter. Qui ?

 

Puis en train de la (nous) regarder.

 

partager

Photo de la semaine 2

Je garde pour la semaine prochaine la meilleure photo prise dans le métro, car il en arrivera d’autres d’ici la fin des affichages (on veut des selfies !).

Cette semaine, je choisis un selfie d’une lectrice contrite de ne pas pouvoir se photographier devant les affiches puisqu’elle vit loin de Paris, mais qui m’a conquise par son enthousiasme communicatif :

helenereilla

Il s’agit d’Hélène R. sur Facebook, photo postée sur Lire en Live. Merci  chère Hélène.

En deuxième place, cette photo de super_cerise_ sur Instagram  :

Capture d’écran 2016-01-10 à 10.49.37

Bon week-end à vous, chers tous.

partager

été, littérature, photo, fantaisie

Cette fois, c’est vraiment l’été, depuis que j’entends les cigales qui, cette année, ont élu domicile dans quelques arbres tout près de chez moi. Hirondelles qui strient le ciel frais du matin et cigales qui envahissent la chaleur du soir ; je ne peux pas concevoir de son de vacances plus apaisant – à part peut-être le roulis des vagues sur la grève, et cela c’est un tout petit peu plus loin de ma maison, mais guère.

–––

J’ai découvert Hervé Guibert il y a longtemps, vingt ans peut-être. Je crois, que, comme souvent lorsque je vais vers un auteur inconnu de moi, c’était parce qu’il avait été cité par un autre auteur dans un autre roman. Je ne sais plus lequel. Quoi qu’il en soit j’avais été attirée d’abord par une image de couverture. Un autoportrait. Je me souviens avoir parlé dans mon journal de cette photo (c’était donc il y a vraiment longtemps, quand je tenais encore un journal). Encore aujourd’hui, lorsque je vois cet autoportrait, je suis très émue.

Hervé-Guibert1

Le titre, très bon, très poignant, m’intriguait aussi : A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie. Il devait mourir un peu plus tard.

J’aime tout chez Guibert : son style, une forme de pureté, son intelligence, des fulgurances, et peut-être surtout, ce qui me fascinait le plus : cette affirmation de soi incroyable et courageuse, contée de cette façon simple qui la rend universelle. Et, aussi, très fort, un rapport à l’image dont je me sentais proche, sans que jamais je n’ose faire entrer autant que lui cet intérêt dans ma vie – hormis peut-être via l’écriture. Guibert était photographe. Normal qu’il ait écrit Des aveugles, que j’avais beaucoup apprécié.

Comment dans ces conditions ai-je pu ignorer si longtemps l’existence de cet ouvrage ?

th

L’image fantôme m’a passionnée. Guibert explore toutes les facettes de son rapport aux photographies, en lien évidemment ténu avec son histoire familiale et amoureuse, au fil de tout petits textes très beaux, très bien écrits, avec une maîtrise que j’admire. J’aime particulièrement le tout premier, sur sa mère. A qui je m’identifie ? A lui ou à sa mère ? Les deux, très certainement, et c’est ce qui m’a tant touchée. Le côté passionnant de l’exercice pour le lecteur d’aujourd’hui est que ces textes ont été écrits avant l’ère Internet. Il y aurait beaucoup à ajouter. Mais rien à retirer.

autoportrait_81

–––––

On peut aimer ce genre de bouquin et écrire des fantaisies pour enfants. Non, ce n’est pas incompatible. Et peut-être même tout à fait normal. Qui ne se laisse émouvoir par la profondeur de la vie et sa beauté grave ne peut sans doute pas faire preuve de légèreté, ni d’un humour très poussé (théorie très personnelle et peut-être inepte, mais je m’offre cette liberté passagère !).

Ainsi donc, Chat va faire mal.

Et une nouvelle chronique élogieuse. Merci Hylyirio !

Hylyirio : J’ai adoré les jeux de mots présents tout au long du livre, les illustrations amusantes et très bien faites, la mise en page aérée et claire pour les plus jeunes, de l’humour à gogo… parfait. De plus, le livre est écrit à la première personne… en tant que chat… et franchement, qui n’a jamais eu à l’esprit de se demander ce que pouvait bien penser son chat ? Un livre frais, qui accrochera sans nul doute les plus jeunes.

––––-

Ho, et puis j’oubliais. Expérience inédite cet été. Cette fois, je ne pourrai pas assurer mon rôle de correspondante du festival d’Avignon, à mon grand regret, parce que je vais tenter autre chose d’enthousiasmant. La semaine prochaine, je vais effectuer une tournée dans les camps de la CCAS (personnel EDF-GDF), pour animer des ateliers d’écriture auprès de jeunes de 12 à 14 ans. Je n’ai pas du tout choisi la région où je devrai intervenir, et lorsqu’on me l’a apprise, j’étais très contente. Depuis le temps que j’ai envie de mieux connaître la Bretagne ! Pas choisi non plus les lieux, et c’est agréable cet aspect de surprise totale. En réalité, cela va démarrer en Normandie, à Saint-Laurent-sur-mer. Puis Liffré, Poullaouen, Logonna, et enfin Crozon. Première fois que je vais animer des ateliers d’écriture sur un temps de vacances.

Ah, et puis, c’est suite à la sélection de l’un de mes romans : Zéro commentaire, dans la série Ligne 15, que l’on retrouve bien sûr dans la compilation Quatre filles et quatre garçons.

Encore une aventure identitaire.

C’est comme le loto : si l’on n’est jamais assuré de se trouver, qui ne se cherche ne peut se trouver.

–––––

(La longueur de mes interventions internautiques et puis le fait qu’elles vont dans tous les sens vous expliquent pourquoi je suis incapable de pratiquer la communication facebookienne, brève par égard envers les agendas surbookés de la plupart des gens. C’est pourquoi aussi je ne fais pas basculer mes articles de blog sur ma page dite perso mais uniquement sur ma page fb d’auteur où je ne prends le risque d’ennuyer que quelques volontaires masochistes, ou véritables amis :-))

–––

Allez, un petit dernier mot, parce que j’ai appris il y a peu quelque chose qui m’a presque déçue : vous avez sans doute déjà rencontré dans des romans au style soutenu (ça m’est arrivé il y a peu chez Michon) l’expression « n’en pouvoir mais ». Grand charme jusqu’à présent que de lire : il n’en peut mais. Je n’y comprenais rien, mais cela avait un aspect inachevé qui me séduisait beaucoup. Le charme du mystère. Mais aucun mystère là-dedans, parce que c’est une forme ancienne utilisant le mais dans sa signification latine, « magis », qui signifie davantage. « Il n’en peut mais (davantage) » est soudain plat. Fini. Impuissant. Terriblement compréhensible.

–––

Oh là là il y en a encore ! Je viens de recevoir de super photos de la super libraire de Chambéry, à la librairie Garin, en mai dernier. Merci !

florence1

Avec Céline, libraire de choc :

florence3

article_presse

partager